The UAE will host Expo 2020!
  • Arabic
  • French
  • German
  • Spanish
  • Korean
Parrainé par le Conseil national des médias

Reportages

Les femmes ingĂ©nieurs d’Etihad Airways assistent Ă  la ConfĂ©rence internationale des femmes dans l’aviation

posted on 15/04/2014


Etihad Airways, la compagnie aĂ©rienne nationale des Émirats Arabes Unis, a reconnu ses dix meilleures femmes ingĂ©nieurs stagiaires en leur donnant la possibilitĂ© d’assister Ă  la 25e ConfĂ©rence internationale des femmes dans l’aviation, qui s’est tenue Ă  Orlando (Floride).

La confĂ©rence a Ă©tĂ© organisĂ©e par Women in Aviation International, un organisme Ă  but non lucratif qui se consacre Ă  soutenir les femmes qui souhaitent faire carriĂšre dans le secteur compĂ©titif de l’aviation et de l’aĂ©ronautique.

Cette annĂ©e, la confĂ©rence avait pour thĂšme : « Honorer le passĂ©, orienter le prĂ©sent, et ensemencer pour l’avenir ». Plus de 4 500 participantes ont assistĂ© aux sessions et aux ateliers qui se sont dĂ©roulĂ©s sur une pĂ©riode de trois jours.

Les confĂ©renciĂšres principales Ă©taient des femmes enthousiasmantes venues des milieux les plus divers, y compris des astronautes, des aventuriĂšres, des ingĂ©nieurs, des auteurs et des pilotes. Les stagiaires d’Etihad ont non seulement participĂ© aux sessions et aux ateliers, mais elles ont pu dialoguer avec des femmes du monde entier spĂ©cialisĂ©es dans l’aviation.

Les reprĂ©sentantes d’Etihad Airways ont visitĂ© le Centre spatial Kennedy et la prestigieuse universitĂ© aĂ©ronautique Embry-Riddle, oĂč elles ont rencontrĂ© les doyens des facultĂ©s d’ingĂ©nierie et d’aviation.

Ray Gammel, responsable des ressources humaines (Chief People and Performance Officer) d’Etihad Airways, a dĂ©clarĂ© : « DĂ©velopper les capacitĂ©s, les compĂ©tences et les connaissances des jeunes Émiriens souhaitant faire carriĂšre dans l’industrie de l’aviation a toujours Ă©tĂ© au premier rang de nos prioritĂ©s.

Nous sommes fiers des rĂ©alisations individuelles et collectives de ces jeunes Émiriennes de talent et nous sommes persuadĂ©s qu’elles continueront d’ĂȘtre motivĂ©es et inspirĂ©es pour poursuivre leur cheminement vers une longue et enrichissante carriĂšre d’ingĂ©nieurs en aĂ©ronautique. » Le programme d’études supĂ©rieures en ingĂ©nierie d’Etihad Airways est actuellement proposĂ© en partenariat avec les Instituts supĂ©rieurs de technologie et l’Al Ain International Aviation Academy, et permet aux stagiaires d’obtenir une licence B1 (ingĂ©nierie cellule et moteurs) ou B2 (avionique) en technologie aĂ©ronautique. Ce programme est accrĂ©ditĂ© Ă  la fois par l’EASA et la GCAA.

Etihad Airways compte actuellement 252 ingĂ©nieurs stagiaires, dont 28 femmes, qui suivent ce programme. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Une Ă©tude place les E.A.U. en tĂȘte de classement en matiĂšre de progrĂšs social

posted on 15/04/2014


Cette Ă©tude a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par Social Progress Imperative, organisme amĂ©ricain Ă  but non lucratif, et rendue publique lors du Forum mondial sur l’entreprenariat social de la Fondation Skoll.

Les E.A.U. se classent au premier rang des pays de la rĂ©gion selon une Ă©tude mondiale qui Ă©value le progrĂšs social dans 132 pays. D’aprĂšs l’indice du progrĂšs social, le pays se classe mondialement au 37e rang.

Parmi les pays du Moyen-Orient, les E.A.U. sont suivis de prùs par le Koweït qui se trouve à la 40e place, l’Arabie Saoudite à la 65e et la Jordanie à la 75e.

Les E.A.U et le KoweĂŻt ont Ă©tĂ© classĂ©s en tĂȘte des pays du BRICS — BrĂ©sil (46e), Afrique du Sud (69e), Russie (80e), Chine (90e) et Inde (102e).

Selon les rĂ©sultats de l’étude, la croissance Ă©conomique ne se traduit pas toujours par un progrĂšs social.

Cette Ă©tude a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par Social Progress Imperative, organisme amĂ©ricain Ă  but non lucratif, et rendue publique lors du Forum mondial sur l’entreprenariat social de la Fondation Skoll.

Sur les 132 pays classĂ©s, la Nouvelle-ZĂ©lande arrive en premiĂšre place, suivie de la Suisse, de l’Islande, des Pays-Bas et de la NorvĂšge.

L’étude observe qu’un PIB par habitant Ă©levĂ© apporte des bĂ©nĂ©fices, notamment en ce qui concerne les « besoins humains fondamentaux », mais que l’augmentation des revenus ne garantit pas une amĂ©lioration de la sauvegarde des Ă©cosystĂšmes, ni de la santĂ© et du bien-ĂȘtre, ni des opportunitĂ©s.

Une Ă©quipe dirigĂ©e par le professeur Michael E. Porter de la Harvard Business School a menĂ© l’étude et l’a conçue en vue d’évaluer les indicateurs Ă©conomiques de maniĂšre Ă  obtenir une vision plus holistique de la performance globale des pays.

« Jusqu’ici, on a toujours pensĂ© qu’il avait un lien direct entre la croissance Ă©conomique et le bien-ĂȘtre. Cependant, l’indice du progrĂšs social montre que la croissance Ă©conomique n’offre pas partout les mĂȘmes possibilitĂ©s. S’il existe un lien entre le fait d’avoir un PIB par habitant Ă©levĂ© et le progrĂšs social, celui-ci est loin d’ĂȘtre automatique. L’étude rĂ©vĂšle que pour un niveau de PIB semblable, certains pays parviennent Ă  assurer un progrĂšs social bien supĂ©rieur Ă  d’autres », dĂ©clare le professeur Porter.

Les pays bĂ©nĂ©ficiant de revenus plus Ă©levĂ©s connaissent gĂ©nĂ©ralement un plus grand progrĂšs social. Pour les pays dont les revenus sont plus bas, la croissance Ă©conomique ne conduit pas forcĂ©ment Ă  une amĂ©lioration marquĂ©e du progrĂšs social. En ce qui concerne la « sĂ©curitĂ© personnelle » par exemple, ce n’est que lorsque les pays atteignent le statut de pays Ă  revenu Ă©levĂ© que les taux d’homicides, d’infractions violentes et de mortalitĂ© par accident de la circulation baissent considĂ©rablement, mais lĂ  encore les Ă©carts entre ces pays Ă  revenu Ă©levĂ© varient Ă©normĂ©ment. – Khaleej Times – Pour en savoir plus, consulter : http://www.khaleejtimes.com/kt-article-display-1.asp?xfile=data/nationgeneral/2014/April/nationgeneral_April99.xml§ion=nationgeneral

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Le Forum sur les arts et la culture clĂŽture la saison artistique de DubaĂŻ

posted on 15/04/2014

La Direction des arts et de la culture de Dubaï (Dubai Culture) marque la clÎture de la saison artistique de Dubaï en organisant, le lundi le 14 avril, un Forum spécial sur les arts et la culture.

Ce Forum des arts et de la culture, qui se tiendra au Ritz Carlton du Centre financier international de DubaĂŻ (DIFC), examinera l’évolution du paysage artistique de DubaĂŻ, en s’intĂ©ressant tout particuliĂšrement Ă  la capacitĂ© de la ville Ă  fournir aux artistes et aux enthousiastes une plateforme leur permettant de crĂ©er, d’innover et de contribuer au tissu culturel de la ville.

AnimĂ© par le conseiller responsable de la saison artistique de DubaĂŻ, Yusaka Imamura, le Forum accueillera parmi ses participants d’éminents spĂ©cialistes du secteur, dont Jamal bin Huwaireb, directeur gĂ©nĂ©ral de la Fondation Mohammed bin Rashid, Jude Kelly, directrice artistique du South Bank Centre (Londres), Chris Wainwright, vice-recteur et professeur Ă  l’UniversitĂ© des arts de Londres, et l’artiste Ă©mirien Mattar bin Lahej.

Le Forum portera sur trois thĂšmes principaux : DubaĂŻ, ville crĂ©ative – le rĂŽle de la culture en tant que moteur de la ville, le patrimoine culturel et l’art contemporain dans la ville, et les nouvelles plateformes de crĂ©ativitĂ© Ă  DubaĂŻ.

S.A. Cheikha Latifa bint Mohammed bin Rashid Al Maktoum, vice-prĂ©sidente du Conseil d’administration de Dubai Culture, affirme : « DubaĂŻ est devenue un centre international de crĂ©ativitĂ© rĂ©unissant des spĂ©cialistes du secteur, des idĂ©es audacieuses et des manifestations qui crĂ©ent et cĂ©lĂšbrent la culture et les arts. La saison artistique inaugurale de DubaĂŻ, l’initiative-cadre de la ville dans le domaine artistique, a facilitĂ© l’échange d’idĂ©es, favorisĂ© de nouvelles collaborations artistiques et rĂ©ellement encouragĂ© une apprĂ©ciation vĂ©ritable des arts.

« Par le biais du Forum sur les arts et la culture, nous crĂ©ons une autre plateforme solide permettant aux spĂ©cialistes, aux artistes et aux passionnĂ©s d’art d’échanger leurs idĂ©es et de dĂ©battre du tissu sous-jacent des villes crĂ©atives, tout en explorant le potentiel crĂ©atif de DubaĂŻ, notamment Ă  l’approche de l’accueil par la ville, en 2020, de l’exposition universelle qui promet d’ĂȘtre la meilleure du monde. Notre objectif consiste Ă  maintenir tout au long de l’annĂ©e le dynamisme de la saison artistique de DubaĂŻ, Ă  servir de base de rĂ©flexion pour une crĂ©ativitĂ© rĂ©volutionnaire et Ă  crĂ©er pour la saison prochaine un programme de manifestations encore plus dynamique, Ă©laborĂ© Ă  DubaĂŻ par des artistes basĂ©s Ă  DubaĂŻ et internationaux. » – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Départ et arrivée du premier vol solaire mondial aux EAU

posted on 11/04/2014


Deux aventuriers suisses prĂ©voient d’entamer et de terminer leur tour du monde historique en avion solaire aux Émirats Arabes Unis (E.A.U.).
L’avion sans carburant, Solar Impulse 2, qui a Ă©tĂ© dĂ©voilĂ© par le duo en Suisse mercredi dernier, sera pilotĂ© par une seule personne pendant cinq jours et nuits consĂ©cutifs. L’avion solaire a pour objectif de sensibiliser le public Ă  la nĂ©cessitĂ© d’adopter les Ă©nergies renouvelables pour rĂ©soudre de nombreux problĂšmes Ă  travers le monde, notamment le changement climatique .
André Borschberg et le Dr Bertrand Piccard ont piloté le premier avion solaire du monde, le Solar Impulse 1, en 2010 et 2011 respectivement.
« Je viens souvent Ă  DubaĂŻ et Ă  Abu Dhabi et j’ai participĂ© Ă  plusieurs sommets mondiaux sur l’énergie du futur. J’ai toujours Ă©tĂ© impressionnĂ© par l’esprit pionnier des Émirats Arabes Unis, » a dĂ©clarĂ© le Dr Piccard au quotidien Gulf News mercredi dernier Ă  Payerne en Suisse avant de dĂ©voiler Solar Impulse 2, l’avion solaire monoplace.
« Je crois que les E.AU. ont compris que les Ă©nergies renouvelables ne protĂšgent pas seulement l’environnement, mais crĂ©ent aussi des emplois et gĂ©nĂšrent des bĂ©nĂ©fices.
DubaĂŻ est dĂ©jĂ  l’une des principales plaques tournantes au monde dans le domaine de l’aviation commerciale et deviendra bientĂŽt la plus grande. C’est la raison pour laquelle je souhaite entamer et finir le tour du monde en avion solaire aux E.A.U. en mars 2015, » a dĂ©clarĂ© le Dr Piccard.
« Une grande aventure se doit d’ĂȘtre entamĂ©e dans un endroit idĂ©al. Solar Impulse pourrait ĂȘtre un ambassadeur de l’esprit de l’Expo 2020 au cours de son tour du monde. Nous avons dĂ©jĂ  organisĂ© des rĂ©unions afin d’explorer cette Ă©ventuelle collaboration avec les autoritĂ©s Ă©miriennes, » a-t-il ajoutĂ©.
Aucun commentaire des autoritĂ©s Ă©miriennes n’était disponible mercredi dernier.
Le Dr Piccard et M. Borschberg piloteront l’avion à tour de rîle.
Le duo a conçu Solar Impulse 1, le premier avion solaire capable de voler en nocturne, de traverser deux continents et de survoler les États-Unis et dĂ©tenteur de huit records du monde.
Un esprit d’avant-garde
Le Dr Piccard est psychiatre et explorateur et M. Borschberg est ingĂ©nieur et entrepreneur. Le lancement mercredi dernier de Solar Impulse 2 fut l’aboutissement de douze ans de calculs, de simulations, de construction et d’essais.


« Solar Impulse n’a pas Ă©tĂ© construit pour transporter des passagers, mais pour porter des messages. Nous voulons dĂ©montrer l’importance de l’esprit d’avant-garde pour encourager les gens Ă  s’interroger sur ce qu’ils ont toujours pris pour acquis. Le monde a besoin de trouver de nouveaux moyens d’amĂ©liorer la qualitĂ© de la vie humaine. Des technologies plus propres et des formes d’énergie renouvelable font partie intĂ©grante de la solution, » a dĂ©clarĂ© le Dr Piccard.
L’avion solaire monoplace a une Ă©norme envergure de 72 mĂštres pour un poids de seulement 2300 kg, assurant des performances aĂ©rodynamiques et une efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique incomparables Ă  ce jour. Il dispose d’un cockpit de 3,8 m3 dont chaque dĂ©tail a Ă©tĂ© conçu pour la survie d’un pilote pendant une semaine. Toutefois, par souci d’efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique maximum, la cabine n’est ni pressurisĂ©e ni chauffĂ©e, un dĂ©fi supplĂ©mentaire pour son pilote.
Les vols d’essai devraient ĂȘtre effectuĂ©s en mai, suivis par des vols d’entraĂźnement en Suisse.
Solar Impulse 2 survolera, dans l’ordre, la mer d’Arabie, l’Inde, la Birmanie, la Chine, l’ocĂ©an Pacifique, les États-Unis, l’ocĂ©an Atlantique et l’Europe du Sud ou l’Afrique du Nord avant de fermer la boucle en revenant au point de dĂ©part. Il n’est pas prĂ©cisĂ© combien de jours seront nĂ©cessaires pour effectuer le tour du monde. Des atterrissages seront effectuĂ©s tous les deux ou trois jours pour changer de pilote et organiser des Ă©vĂ©nements publics pour les gouvernements, les Ă©coles et les universitĂ©s.
– Gulf News – Pour en savoir plus : http://gulfnews.com/news/gulf/uae/environment/first-global-solar-flight-to-start-and-end-in-uae-1.1317356

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Aldrin créé le « buzz » à Dubaï

posted on 11/04/2014

Buzz Aldrin, le deuxiĂšme homme Ă  marcher sur la Lune, a effectuĂ© une visite historique au siĂšge de l’EIAST (Institut des Émirats pour les sciences et technologies avancĂ©es) Ă  DubaĂŻ.

Il a visitĂ© la station au sol des satellites DubaiSat-1et DubaiSat-2, qui fournit des images satellites de haute qualitĂ© pour les projets en matiĂšre d’environnement, l’urbanisme, les infrastructures et la recherche scientifique aux Émirats Arabes Unis (E.A.U.). Aldrin et sa dĂ©lĂ©gation ont Ă©tĂ© accueillis par plusieurs hauts dirigeants de l’EIAST qui ont prĂ©sentĂ© une explication dĂ©taillĂ©e des initiatives de recherche et des projets spatiaux des E.A.U., le premier satellite du pays entiĂšrement construit aux Émirats.

Au cours de sa visite, Aldrin s’est penchĂ© sur les accomplissements de l’EIAST en termes de consolidation de la culture de recherche scientifique et de l’innovation technologique ainsi que de fourniture de l’infrastructure nĂ©cessaire Ă  Ă©tablir les E.A.U. comme plaque tournante de pointe en matiĂšre de fabrication de satellites. Il a Ă©galement louĂ© les efforts entrepris par l’EIAST pour utiliser la technologie spatiale dans le cadre du dĂ©veloppement social et Ă©conomique.

Aldrin et la dĂ©lĂ©gation ont Ă©galement Ă©tĂ© briefĂ©s sur la stratĂ©gie de l’EIAST visant Ă  investir de maniĂšre optimale en ressources humaines locales qui soient capables de jouer un rĂŽle moteur dans le dĂ©veloppement et la fabrication de satellites avancĂ©s et de se montrer Ă  l hauteur de la concurrence mondiale.

Yousuf Al Shaibani, directeur gĂ©nĂ©ral au sein de l’EIAST, a exprimĂ© son plaisir d’accueillir l’une des plus grandes personnalitĂ©s de l’histoire de l’espace au monde. Il a soulignĂ© que la visite revĂȘtait une grande importance stratĂ©gique, car elle reflĂ©tait l’intĂ©rĂȘt international croissant envers l’EIAST en tant qu’incubateur pour la crĂ©ativitĂ© scientifique et plaque tournante prometteuse pour l’industrie spatiale.
« La visite du deuxiĂšme astronaute Ă  marcher sur la Lune nous invite Ă  poursuivre nos efforts en vue de concrĂ©tiser notre vision ambitieuse centrĂ©e sur l’accomplissement d’une vaste renaissance scientifique sous la supervision des talents locaux.

Ceci nous permettra de renforcer la compĂ©titivitĂ© des E.A.U. et de les amener Ă  la hauteur des principaux centres internationaux au sein de l’industrie spatiale et dans le secteur de la recherche scientifique et technologique, en harmonie avec la vision de Son Altesse le cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, vice-prĂ©sident des E.A.U. et premier ministre et gouverneur de DubaĂŻ, » a conclu Al Shaibani.

L’EIAST a Ă©tĂ© Ă©tabli par le gouvernement de DubaĂŻ en 2006 avec pour objectif de promouvoir une culture de recherche scientifique et d’innovation technologique avancĂ©es Ă  DubaĂŻ et dans les E.A.U., d’élargir la capacitĂ© nationale des E.A.U. en matiĂšre d’innovation technologique et d’atteindre des niveaux scientifiques supĂ©rieurs. L’EIAST est principalement impliquĂ© dans la recherche et le dĂ©veloppement spatiaux, la fabrication de satellites et le dĂ©veloppement de systĂšmes, l’imagerie spatiale et les services de station au sol et le soutien des autres satellites. – The Gulf Today – Pour en savoir plus : http://gulftoday.ae/portal/d01dea51-ea37-4171-bb14-c7002e847eee.aspx

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Mohammed bin Rashid vient en aide aux personnes Ă  besoins spĂ©cifiques par le biais d’une subvention de 6 millions de dirhams

posted on 08/04/2014

Le Vice-président et Premier ministre, Souverain de Dubaï, Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum a donné ordre de verser une subvention de 6 millions de dirhams pour permettre aux personnes à besoins spécifiques de prendre part aux manifestations sportives locales, régionales et internationales.

S.A. Cheikh Mohammed bin Rashid a donnĂ© ses directives alors qu’il assistait aux Championnats du monde de force athlĂ©tique (powerlifting) du ComitĂ© international paralympique (CIP), lesquels ont attirĂ© quelque 430 athlĂštes, hommes et femmes, venus de 65 pays. La manifestation, qui se dĂ©roule du 5 au 11 avril 2014, est organisĂ©e par le Dubai Club for the Disabled (Club des handicapĂ©s de DubaĂŻ).

Pendant qu’il se trouvait lĂ , S.A. Cheikh Mohammed bin Rashid a visitĂ© les installations du club, inspectĂ© les salles et rencontrĂ© plusieurs des participants.

Il a exprimĂ© son grand plaisir d’avoir rencontrĂ©s les athlĂštes.

S.A. Cheikh Mohammed bin a observĂ© qu’aprĂšs son entretien avec Sir Philip Craven, prĂ©sident du CIP, il a rĂ©alisĂ© que le handicap n’a jamais Ă©tĂ© un obstacle Ă  la crĂ©ativitĂ© ni Ă  l’excellence.



Sir Craven, qui est lui-mĂȘme un ancien athlĂšte et nageur aujourd’hui amputĂ© d’une jambe, s’est fĂ©licitĂ© des Ă©quipements que les autoritĂ©s concernĂ©es de DubaĂŻ avaient mis Ă  la disposition des participants au championnat, qu’il a dĂ©crit comme « exceptionnel » puisqu’il est organisĂ© dans un pays arabe jouissant une solide rĂ©putation internationale. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Saif bin Zayed inspecte les forces émiriennes du Bouclier de la péninsule à Bahreïn

posted on 08/04/2014

Manama : Le GĂ©nĂ©ral de corps d’armĂ©e S.A. Cheikh Saif bin Zayed Al Nahyan, Vice-Premier ministre et ministre de l’IntĂ©rieur a transmis hier les salutations du PrĂ©sident Son Altesse Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, du Vice-prĂ©sident et Premier ministre, Souverain de DubaĂŻ, Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, et de Son Altesse le GĂ©nĂ©ral Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, Prince hĂ©ritier d’Abu Dhabi et Vice-commandant suprĂȘme des forces armĂ©es des E.A.U., aux unitĂ©s Ă©miriennes engagĂ©es dans la force du Bouclier de la pĂ©ninsule (Gulf Waves 7), Ă  l’occasion de sa visite au Royaume de BahreĂŻn.

Cheikh Saif a effectuĂ© une visite d’inspection au commandement des forces armĂ©es Ă©miriennes, oĂč il a assistĂ© Ă  un dĂ©jeuner avec les officiers et le personnel. Il a Ă©galement exprimĂ© la fiertĂ© que lui inspirent le peuple et le gouvernement Ă©mirien pour leur participation Ă  la mission patriotique humanitaire que les forces Ă©miriennes accomplissent dans le cadre de l’accord de coopĂ©ration du CCG en matiĂšre de dĂ©fense.

« Nous sommes tous des soldats du droit et de la justice et la voix du devoir est la seule qui nous appelle », a souligné le ministre.

Sheikh Saif s’est dĂ©clarĂ© fier des loyaux citoyens des E.A.U. qui ont rĂ©pondu Ă  l’appel du devoir pour apporter leur soutien Ă  leurs frĂšres de BahreĂŻn, dĂ©fendre le droit des innocents Ă  la sĂ©curitĂ© et Ă  la stabilitĂ©, et dĂ©courager les saboteurs en dĂ©jouant leurs complots criminels.

Le ministre bahreĂŻni de l’IntĂ©rieur, le GĂ©nĂ©ral de corps d’armĂ©e Cheikh Rashid bin Abdullah Al Khalifa, ainsi que de hauts responsables, se sont rendus Ă  l’aĂ©roport pour accueillir Cheikh Saif et la dĂ©lĂ©gation qui l’accompagne Ă  leur arrivĂ©e. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Le programme unique de chirurgie cardiaque pĂ©diatrique de la Cheikh Khalifa Medical City apporte espoir Ă  des milliers d’enfants

posted on 08/04/2014

Le programme unique de chirurgie cardiaque pĂ©diatrique de la Cheikh Khalifa Medical City (SKMC), qui a Ă©tĂ© mis en Ɠuvre il y aura bientĂŽt sept ans, a apportĂ© espoir Ă  des milliers de nouveau-nĂ©s au fils des annĂ©es.

Avant l'avÚnement de la chirurgie cardiaque pédiatrique, les chances de survie au-delà de 18 ans d'un nouveau-né souffrant d'une maladie cardiaque congénitale étaient inférieures à 20 pour cent, alors qu'actuellement plus de 80 pour cent d'entre eux vivent au-delà de 20 ans, selon le Dr Laszlo Kiraly, chef du service de chirurgie cardiaque pédiatrique à la SKMC.

D'aprÚs les données du médecin, plus de 500 bébés naissent chaque année aux E.A.U. avec une maladie cardiaque congénitale. Soixante-dix pour cent de ces nouveau-nés doivent subir une intervention cardiaque, et la moitié d'entre eux dans les six premiers mois de leur vie.

« Ce service est trĂšs sollicitĂ© par le public du fait que le parents n'ont pas toujours les moyens d'emmener leur nouveau-nĂ© Ă  l'Ă©tranger pour le faire soigner, ce qui ĂȘtre revient extrĂȘmement cher. La SKMC est la seule Ă  assurer un service offrant un programme de soins complets spĂ©cialisĂ©s 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 pour les maladies cardiaques congĂ©nitales », a dĂ©clarĂ© le Dr Kiraly.

« Nous avons été désignés par la SEHA comme « centre d'excellence » qui recueille le soutien et la confiance de la collectivité, un tiers de nos patients étant des ressortissants émiriens », a-t-il ajouté.



En 2013, le nombre d'interventions chirurgicales réalisées dans le cadre du programme de chirurgie cardiaque pédiatrique de la SKMC depuis son lancement s'élevait à plus de 1 800, et on avait réussi à soigner entre 300 et 330 cas par an depuis son début en 2007, apportant espoir et la possibilité de mener une vie heureuse et épanouie à des enfants nés avec une maladie cardiaque congénitale, qui sans cela auraient été confrontés à la maladie et à la mort. En mars 2014, on avait déjà réalisé 100 interventions chirurgicales dans le cadre du programme depuis le début de l'année, et le nombre total d'actes devrait atteindre 2 000 d'ici fin avril.

Le service de chirurgie cardiaque pédiatrique bénéficie du seul programme d'oxygénation extracorporelle par membrane (ECMO) du pays en pédiatrie. Il s'agit d'une forme perfectionnée de maintien en vie artificiel utilisé pour les nourrissons et jeunes enfants qui souffrent d'une insuffisance cardiaque ou respiratoire. Le systÚme fonctionne comme un dispositif modifié de circulation extracorporelle temporaire et offre une solution alternative aux méthodes traditionnelles de maintien en vie artificiel.

« La possibilitĂ© d'amĂ©liorer la vie d'un enfant et de lui permettre de grandir en bonne santĂ© est l'un des plus grands dons qu'une personne puisse faire Ă  la sociĂ©tĂ©, et c'est une compĂ©tence qui mĂ©rite d'ĂȘtre reconnue. Les rĂ©sultats du service de chirurgie cardiaque pĂ©diatrique de la SKMC surpassent ceux qui sont obtenus aux États-Unis, selon un rapport de l'University HealthSystem Consortium sur les sorties d'hĂŽpitaux », a affirmĂ© le Dr Abdulmajeed Al Zubaidi, cardiologue interventionnel consultant et mĂ©decin en chef Ă  la SKMC.

La SKMC, qui est gĂ©rĂ©e par la Cleveland Clinic et fait partie du systĂšme de santĂ© SEHA, appartient Ă  l'Abu Dhabi Health Services Company PJSC (SEHA), qui l'exploite et qui est responsable des activitĂ©s curatives de tous les hĂŽpitaux et centres de soins publics de l'Ă©mirat d'Abu Dhabi. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Le Centre Kennedy fait honneur à Quincy Jones et Badr Jafar pour avoir « rapproché les cultures »

posted on 04/04/2014



Jafar et Jones ont fondé conjointement la société de production de musique Global Gumbo Group (G3), dans le but de promouvoir et de mettre en valeur les talents musicaux des artistes du Moyen-Orient.

L’entrepreneur Ă©mirien Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises, et le producteur de musique et artiste de jazz lĂ©gendaire Quincy Jones, ont Ă©tĂ© honorĂ©s par le Centre Kennedy pour les arts de la scĂšne pour avoir ƓuvrĂ© en faveur du rapprochement des cultures par la musique et le thĂ©Ăątre.

Jafar et Jones ont fondĂ© conjointement la sociĂ©tĂ© de production de musique Global Gumbo Group (G3), en vue de promouvoir et de mettre en valeur les talents musicaux des artistes du Moyen-Orient. Par le biais de cette premiĂšre grande initiative, lancĂ©e en 2011, G3 a sorti, au profit d’Ɠuvres caritatives, le single arabe Tomorrow/Bokra qui est interprĂ©tĂ© par 24 artistes de 16 pays arabes. Ce single, numĂ©ro un dĂšs sa sortie, est restĂ© en tĂȘte du hit-parade Virgin des meilleurs titres internationaux et arabes pendant cinq semaines consĂ©cutives.

Le duo s’est vu dĂ©cerner la prestigieuse mĂ©daille d’or des arts du Centre Kennedy pour les arts de la scĂšne lors d’une cĂ©rĂ©monie qui s’est dĂ©roulĂ©e Ă  DubaĂŻ, un honneur qui, espĂšrent-ils, attirera l’attention sur le pouvoir de la « diplomatie culturelle » du point de vue du rapprochement des pays.

« Les arts fournissent une langue commune et sont seuls capables de transcender les frontiĂšres, de promouvoir la comprĂ©hension transculturelle et de changer les attitudes », a affirmĂ© Jafar. « J’espĂšre non seulement encourager les talents rĂ©gionaux, mais les faire connaĂźtre sur la scĂšne internationale, afin de rĂ©pondre aux besoins de notre sociĂ©tĂ© et de rapprocher les cultures de maniĂšre unique et enrichissante », a-t-il ajoutĂ©.

Et Jafar de constater : « Le gouvernement Ă©mirien a apportĂ© un soutien phĂ©nomĂ©nal aux arts et Ă  la culture et, avec la dĂ©signation cette annĂ©e de la capitale de l’émirat de Sharjah comme Capitale de la culture islamique, l’organisation dans six ans de l’Exposition universelle par l’émirat de DubaĂŻ et l’ouverture de nouveaux musĂ©es d’arts de classe internationale Ă  Abu Dhabi dans les prochaines annĂ©es, j’attends avec beaucoup d’intĂ©rĂȘt ce que nous rĂ©serve l’avenir sur le plan de l’économie culturelle du pays et de la rĂ©gion. »

Quincy Jones a affirmĂ© : « Je suis un ardent dĂ©fenseur de la musique et des arts, qui constituent un atout puissant pour le rapprochement des peuples et des cultures. Je crois fermement que les arts et l’éducation artistique sont d’importants Ă©lĂ©ments pour jeter les bases d’un avenir meilleur. Les arts sont une nourriture spirituelle. »

L’annĂ©e derniĂšre, G3, en collaboration avec le World Trade Centre du gouvernement de DubaĂŻ, a organisĂ© la Dubai Music Week (la Semaine musicale de DubaĂŻ), premiĂšre convention de l’industrie musicale du Moyen-Orient, qui a attirĂ© plus de 35 000 participants. Le programme de la Dubai Music Week 2014 devrait ĂȘtre annoncĂ© cette semaine.

Jafar participe en outre activement au dĂ©veloppement des activitĂ©s thĂ©Ăątrales dans la rĂ©gion et a fondĂ© en 2011 l’AcadĂ©mie de thĂ©Ăątre du Moyen-Orient (Middle East Theatre Academy -META), organisation Ă  but non lucratif, en collaboration avec Kevin Spacey, acteur plusieurs fois rĂ©compensĂ© aux Oscars, et la Fondation Kevin Spacey. Il a Ă©galement Ă©tĂ© nommĂ© membre du Cercle des amis du Guggenheim Moyen-Orient et du Cercle des amis du directeur artistique de l’Old Vic Theatre Trust. – Khaleej Times – Pour en savoir plus, consulter : http://www.khaleejtimes.com/nation/inside.asp?xfile=/data/entertainmentnation/2014/April/entertainmentnation_April2.xml§ion=entertainmentnation

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Une nouvelle application pourrait devenir l’Instagram Ă©mirien.

posted on 04/04/2014


Une nouvelle application mise au point par deux Émiriens, un frĂšre et sa sƓur, permet de partager des photos et d’échanger en mĂȘme temps une conversation.

Il est possible de partager des photos avec ses amis et parents, de crĂ©er des albums publics ou privĂ©s, de discuter des questions soulevĂ©es par le partage de photos. Yebab — la toute derniĂšre application de partage de photos disponible dans l’App store d’Apple — pourrait devenir l’Instagram Ă©mirien.

Mise au point par deux Émiriens, un frĂšre et sa sƓur, Murshed et Mareyah Mohammad, l’application, qui a Ă©tĂ© lancĂ©e cette semaine, a reçu des utilisateurs des mĂ©dias sociaux un accueil triomphal.

« Nous avons enregistrĂ© plus de 1 000 utilisateurs en moins de six heures aprĂšs le lancement de l’application et nous sommes confus face Ă  un tel accueil, » observe Murshed Mohammad, fondateur de Yebab, qui propose Ă©galement en ligne un annuaire de mariage du mĂȘme nom.

EncouragĂ© par le grand intĂ©rĂȘt qu’a suscitĂ© l’application dĂšs son lancement, Mohammad explique que cette derniĂšre ne se limite pas au partage de photos.

« Il existe peut-ĂȘtre des dizaines d’applications de partage de photos sur le marchĂ©, mais Yebab se dĂ©marque de plusieurs maniĂšres. L’application allie le partage de photos Ă  l’échange de conversations et au shopping. Elle permet aux utilisateurs de crĂ©er des albums personnels et de les partager s’ils le souhaitent, en offrant divers niveaux de rĂ©glage des paramĂštres de confidentialitĂ©. »

Les photos de l’annuaire de mariage www.yebab.com figurent Ă©galement dans l’application.

« Nous associons Ă  l’application certaines des fonctions de notre annuaire de mariage. Toute entreprise peut ouvrir l’application et tĂ©lĂ©charger des photos de leurs produits, et les utilisateurs peuvent trouver des photos sur diffĂ©rents thĂšmes et contacter les fournisseurs afin de passer une commande », observe Mohammad.

Les produits montrĂ©s ne peuvent pas actuellement ĂȘtre achetĂ©s directement Ă  partir de l’application, mais Mohammad prĂ©voit d’ajouter prochainement une fonction e-commerce.

Yebab est dĂ©jĂ  l’une des applications de partage de photos les plus utilisĂ©es aux E.A.U., puisqu’elle se classe au quatriĂšme rang de cette catĂ©gorie dans l’App store d’Apple, et quinziĂšme dans la liste des applications Ă©miriennes les plus utilisĂ©es.

Le frĂšre et la sƓur ont commencĂ© Ă  travailler sur ce projet en dĂ©but d’annĂ©e derniĂšre et il leur a fallu un an pour mener la tĂąche Ă  bien et lancer l’application.

Combinaison de fonctions

« Il existe des applications trĂšs populaires, comme WhatsApp et Instagram, qui permettent de partager des photos, mais nous avons essayĂ© de regrouper les fonctions de ces deux applications sur une mĂȘme plate-forme. Bien qu’il ne soit pas possible d’utiliser l’application uniquement pour discuter en ligne, vous pouvez entamer une conversation Ă  partir d’une photo. Nous avons Ă©galement essayĂ© de trouver le juste milieu en ce qui concerne les paramĂštres de confidentialitĂ© et le choix ne limite pas Ă  privĂ© ou public. Nous offrons diffĂ©rents niveaux de rĂ©glage qui vous permettent par exemple de rendre un album privĂ© ou de ne partager certaines photos qu’avec certaines personnes, et de conserver certaines photos uniquement Ă  des fins commerciales », prĂ©cise Mareyah, co-fondatrice de Yebab.

Les utilisateurs peuvent Ă©galement parcourir l’application pour trouver des photos sur divers thĂšmes, tels que la mode, le hennĂ©, le maquillage, les voyages, la santĂ© et la mise en condition physique.

Les applications de partage de photos figurent parmi celles qui sont les plus utilisées du monde. En effet, les utilisateurs de WhatsApp partagent plus de 600 millions de photos par jour, tandis que ceux de Facebook et de Snapchat en partagent 350 millions par jour, et que 55 millions de photos sont partagées tous les jours via Instagram.

Yebab.com a été lancé en 2008 par Murshed et Mareyah comme annuaire de mariage en ligne pour répondre aux besoins des futurs époux émiriens, saoudiens et égyptiens.

Il s’agit actuellement du plus important annuaire de mariage en ligne de la rĂ©gion.

CrĂ©Ă©e il y a six ans pour un coĂ»t de 2 700 dirhams, Yebab affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de plusieurs millions.

L’application est disponible dans l’App Store pour les dispositifs iOS et peut ĂȘtre tĂ©lĂ©chargĂ©e en utilisant le lien suivant : itunes.com/apps/yebab. – Gulf News – Pour en savoir plus, consulter : http://gulfnews.com/news/gulf/uae/society/new-app-may-be-uae-s-answer-to-instagram-1.1312997

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Le Film d’Ali remporte la mĂ©daille d’or lors de la 26e Ă©dition des International Visual Communications Awards (IVCA), Ă  Londres

posted on 01/04/2014

Ce film, qui a jouĂ© un rĂŽle essentiel dans le ton de la candidature de DubaĂŻ pour organiser EXPO 2020, a remportĂ© une mĂ©daille d’or lors des IVCA 2014, Ă  Londres. La remise des prix a eu lieu Ă  l’hĂŽtel Grosvenor House, lors d’un dĂźner qui a accueilli plus de 600 convives.

La vedette du film, Ahmed Al Daheri, écolier de Ras al-Khaimah, a atteint la notoriété aux E.A.U. pour son interprétation émouvante dans plusieurs autres films, comme La Tortue, récompensé de plusieurs médailles d'or, réalisé pour EXPO 2012.

Le succĂšs du Film d’Ali aux IVCA a eu lieu dans la catĂ©gorie trĂšs disputĂ©e de « Meilleure communication de marque », face Ă  plus de 40 concurrents. La sĂ©lection resserrĂ©e, le soir mĂȘme, comprenait 12.29, rĂ©alisĂ© par The Edge Picture Company pour British Airways ; Access Prepaid Worldwide : The Access Story Radley, rĂ©alisĂ© par Yeldar Ltd pour Access Prepaid Worldwide ; Our Lives, rĂ©alisĂ© par Maverick Television pour Health Education England ; et Trust, rĂ©alisĂ© par Wordley Productions pour Nationwide Building Society.

Le Film d’Ali a Ă©tĂ© produit par FQC Media / Big Features pour le haut comitĂ© d’Expo 2020. Il a Ă©tĂ© montrĂ© parmi les films de prĂ©sentation de candidature des E.A.U., Ă  Paris, et, depuis, a Ă©tĂ© largement regardĂ© sur Internet. On peut le voir sur le site Internet d’EXPO Dubai 2020.

L’équipe de tournage associĂ©e au Film d’Ali travaille actuellement sur de nouveaux films, qui seront montrĂ©s au pavillon Ă©mirien pour EXPO Milano 2015, sous l’organisation du Conseil national des mĂ©dias. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Les hÎtels des E.A.U. se tournent vers Instagram, un réseau social, afin de se forger un créneau

posted on 01/04/2014



« Si une image vaut un millier de mots, alors une photo Instagram vaut un millier de tweets. » C’est l’opinion de Philippe Gonzalez, fondateur d’Instagramers, communautĂ© (basĂ©e Ă  Madrid) de groupes Instagram basĂ©s dans une ville pour ce service en ligne de partage de photos et de vidĂ©os.

Les nombres semblent confirmer son opinion. LancĂ©e en octobre 2010, la sociĂ©tĂ© Instagram compte maintenant 200 millions d’utilisateurs actifs par mois, avec une moyenne de 55 millions de publications par jour et plus de 20 milliards de photos partagĂ©es Ă  ce jour sur la plateforme.

Ce rĂ©seau social est Ă©galement trĂšs apprĂ©ciĂ© aux E.A.U., ce qui n’est pas surprenant, car plusieurs Ă©tudes indiquent que le pays affiche l’un des taux de pĂ©nĂ©tration du smartphone les plus Ă©levĂ©s au monde. Selon Google, environ 75 % de la population en sont Ă©quipĂ©s.

Cependant, cette application plĂ©biscitĂ©e ne s’adresse pas qu’aux particuliers qui capturent et partagent des moments de leur vie quotidienne. Les marques, elles aussi, publient des photos et des vidĂ©os sur le site chaque jour. Il y a quelques semaines, Instagramers a lancĂ© le Guide Instagram pour les Marques, qui contient des outils et des conseils permettant aux professionnels du marketing d’obtenir le soutien de leur public grĂące Ă  Instagram.

Ces conseils sont particuliĂšrement utiles pour les hĂŽtels de luxe, qui disposent d’un large contenu visuel accrocheur Ă  partager, depuis les photos de leur hall d’entrĂ©e ou de leur spa aux menus crĂ©atifs, aux prĂ©sentations, et bien plus encore.

Sarah Wisler, directrice de marketing numĂ©rique chez Mina Seyahi Complex, Ă  DubaĂŻ, pense qu’Instagram est le moyen de vraiment montrer « l’ñme » d’une marque : « Que ce soient des images Ă©tonnantes ou des photos prises en coulisses, le contenu Instagram d’un hĂŽtel peut englober tous les aspects de la vie quotidienne d’un hĂŽtel du point de vue des clients. »

Les voyages sont souvent une occasion oĂč de nombreux utilisateurs passent beaucoup de temps sur les rĂ©seaux sociaux : avant le voyage, pour obtenir l’inspiration, pendant le voyage, pour rester en contact avec leurs proches, et aprĂšs le voyage, pour se souvenir des bons moments. L’utilisation de hashtags et de gĂ©otags sur Instagram facilite la recherche de photos Ă  un endroit spĂ©cifique. Par exemple le hashtag #JumeirahBeach mĂšne Ă  quelque 17 000 publications, dont beaucoup sont des photos d’hĂŽtel du secteur.

M. Gonzalez se souvient que, il y a trois ans, avant un voyage en ThaĂŻlande, il avait cherchĂ© sur Instagram des photos d'hĂŽtel sur l'Ăźle Phi Phi, pour dĂ©cider oĂč sĂ©journer. Il trouve qu’Instagram est un moyen de trouver des informations sur les hĂŽtels plus facilement qu’en parcourant les catalogues de vacances.

Comme il semble avisé, pour les hÎtels, de montrer leur propriété sur une plateforme que de nombreuses personnes du monde entier passent beaucoup de temps à parcourir, presque tous les hÎtels cinq étoiles des E.A.U. ont un compte Instagram.

Madiha Zakir, directrice du service e-commerce et rĂ©seaux sociaux du groupe Ă©mirien Carlson Rezidor Hotel, admet que, alors que Facebook et Twitter sont toujours en tĂȘte en termes d’intĂ©rĂȘt pour la marque du groupe, Instagram continue d’afficher une croissance positive : « Le marketing visuel Ă©tant une des grandes tendances de 2014, Instagram est un des principaux outils pour nous, cette annĂ©e. »

Mais la publication de photos d'hÎtel sur Instagram incite-t-elle réellement les clients à réserver plus de chambres ? En d'autres termes, quel est le retour sur investissement d'un hÎtel concernant sa stratégie Instagram ?

Bien que Mme Wisler ne pense pas qu’Instagram mĂšnera Ă  de nombreuses conversions directes en rĂ©servations, elle considĂšre que cette plateforme est une fenĂȘtre efficace sur l'hĂŽtel qui, si elle est bien exĂ©cutĂ©e, pourra augmenter la sensibilisation Ă  la marque : « Les clients ne font pas confiance aux images retouchĂ©es des sites Internet d’hĂŽtel, explique-t-elle. Instagram ajoute une "dimension humaine", avec des images plus proches de l’expĂ©rience des clients. »

Mme Zakir confirme l’importance de bĂątir la confiance envers la marque : « Les clients prĂ©fĂšrent acheter Ă  des entreprises auxquelles ils font confiance. Instagram leur permet d'acquĂ©rir cette confiance, grĂące Ă  la transparence, indique-t-elle. En montrant visuellement ce que nous faisons au quotidien, les gens apprennent Ă  connaĂźtre notre marque et Ă  lui accorder leur confiance. »

Au cours des quelques derniĂšres annĂ©es, certains rĂ©seaux sociaux sont apparus puis ont disparu. Par exemple, vous vous souvenez de MySpace ? Alors, il est naturel de se demander si Instagram n'est pas un simple effet de mode. Bien que les opinions divergent, l’importance accordĂ©e par les hĂŽtels au marketing visuel, au moins dans un avenir proche, fait d'Instagram une plateforme attrayante, dans laquelle il est intĂ©ressant de s'investir. La gageure, Ă  long terme, consistera Ă  transformer Instagram en activitĂ© rentable. – The National – Pour en savoir plus : http://www.thenational.ae/business/industry-insights/the-life/uae-hotels-turn-to-instagram-social-media-to-carve-a-niche#ixzz2xW48yhbp; Suivez-nous : @TheNationalUAE sur Twitter | thenational.ae sur Facebook

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Les tortues de mer viennent pondre sur l’üle de Saadiyat

posted on 28/03/2014

Les tortues de mer arrivent sur l’üle de Saadiyat pour y pondre.

Avec le dĂ©but de la saison d’éclosion annuelle des tortues imbriquĂ©es (de fin mars Ă  juin), les autoritĂ©s prennent des mesures pour protĂ©ger les dunes de la plage de Saadiyat, situĂ©e Ă  Abu Dhabi.

Les habitants qui se rendent Ă  la plage ont Ă©tĂ© invitĂ©s Ă  faire trĂšs attention de ne pas dĂ©ranger les nids de tortue et de les signaler aux autoritĂ©s s’ils en repĂšrent.

« Les habitants doivent immĂ©diatement signaler les nids de tortue qu’ils trouvent Ă  la propriĂ©tĂ© de front de mer la plus proche ou Ă  la sĂ©curitĂ© de la plage de Saadiyat. En outre, s’ils trouvent des bĂ©bĂ©s tortues perdus, ils doivent les mettre Ă  la mer, » explique Ă  XPRESS le Dr Nathalie Staelens, directeur des services environnementaux du TDIC.

Par ailleurs, les habitants de la plage de Saadiyat ont Ă©tĂ© priĂ©s d’éteindre toutes les lumiĂšres externes inutiles, de fermer leurs rideaux ou volets la nuit afin de limiter les Ă©clairages perturbateurs. En effet, les lumiĂšres et les bruits peuvent empĂȘcher les tortues femelles de venir pondre sur la plage.

Pour protéger les bébés

« De mĂȘme, les lumiĂšres et bruits forts peuvent perturber les bĂ©bĂ©s tortues, en les incitant Ă  aller dans la direction opposĂ©e Ă  la mer, » poursuit le Dr Staelens.

Elle a ajoutĂ© que le TDIC prenait d’autre mesures, telles que des directives sur l’éclairage et des Ă©valuations des amĂ©nagements. Par exemple, pendant la saison des Ă©closions, l’éclairage nocturne est rĂ©duit, afin que les bĂ©bĂ©s tortues puissent s’orienter vers la mer ; les nids sont rĂ©pertoriĂ©s et Ă©vitĂ©s par le personnel d’entretien de la plage et tout le mobilier de plage est retirĂ© la nuit.

La tortue imbriquĂ©e fait partie des espĂšces menacĂ©es. Sa population a diminuĂ© de plus de 80 % dans le monde en l’espace de trois gĂ©nĂ©rations, en raison de la destruction de son habitat et du braconnage. Dans le cadre du programme de protection des tortues imbriquĂ©es gĂ©rĂ© par le TDIC, tous les ans, plusieurs nids sont identifiĂ©s et des mesures sont prises pour assurer leur sĂ©curitĂ©.

Depuis le dĂ©but du programme, dĂ©but 2010, quelque 650 Ɠufs sont parvenus Ă  Ă©closion sur l'Ăźle de Saadiyat. La derniĂšre saison des Ă©closions s’est dĂ©roulĂ©e d’avril Ă  septembre 2013. Les Ă©closions commencent environ 50 Ă  70 jours aprĂšs la ponte. Donc, cette annĂ©e, la pĂ©riode d’éclosion pourrait aller jusqu’en septembre.

Les habitants de l’üle de Saadiyat et les personnes qui vont rĂ©guliĂšrement Ă  la plage disent qu’ils ont hĂąte de voir Ă©clore les Ɠufs de tortue. « C’est un miracle auquel mes enfants et moi aimons assister tous les ans, » explique Emma Johnes, femme au foyer australienne.

« Les enfants sont passionnés quand je leur explique que les tortues ont parcouru des millions de kilomÚtres avant de retourner à Saadiyat pour y nicher. Nous projetons, au cours des prochaines semaines, de marcher sur la plage pour essayer de repérer les nids de tortues, » poursuit cette expatriée de 39 ans.

Les propriétés du front de mer de Saadiyat organisent des manifestations afin de sensibiliser le public à la protection des tortues imbriquées.

Par exemple, le Monte-Carlo Beach Club, en collaboration avec le TDIC et la SociĂ©tĂ© de protection de la nature des Émirats, en association avec le WWF (EWS-WWF), organise un rassemblement familial appelĂ© « DĂ©couvrez le monde des tortues », le 29 mars, afin de marquer le dĂ©but de la saison de la ponte sur Saadiyat.

À faire et à ne pas faire :

Si vous voyez une tortue ou un nid

Signalez-le à la propriété de bord de mer la plus proche ou à la sécurité de Saadiyat au 02-403 6393

Restez Ă  distance des tortues afin de ne pas les perturber

Attendez qu’un reprĂ©sentant de la sĂ©curitĂ© de Saadiyat ou du TDIC vous donne des informations sur vos observations

Si vous trouvez un bébé tortue, mettez-le à la mer et signalez-le immédiatement à la sécurité de Saadiyat

N'effrayez pas les tortues en vous en approchant

N’effacez pas les traces des tortues ou les signes qu’elles ont creusĂ© Ă  un endroit

Ne vous approchez pas des nids et n’entrez pas dans la zone de protection clĂŽturĂ©e des nids connus

Ne marchez pas sur la page aprùs le coucher du soleil : - Gulf News – Pour en savoir plus : http://gulfnews.com/news/gulf/uae/environment/sea-turtles-come-home-to-saadiyat-island-1.1308964

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Allocution de l’astronaute Buzz Aldrin à Abu Dhabi

posted on 28/03/2014

Buzz Aldrin, astronaute amĂ©ricain et deuxiĂšme personne Ă  avoir marchĂ© sur la lune, prononcera le discours d'ouverture lors du Sommet mondial de l'aĂ©rospatiale, Ă  Abu Dhabi, le mois prochain. Buzz Aldrin devrait intervenir le deuxiĂšme jour du sommet, le 8 avril, afin d'exposer au public sa vision sur l’exploration spatiale, sur les informations retirĂ©es des missions sur Mars et sur les dĂ©veloppements de l’industrie aĂ©rospatiale.

En outre, Buzz Aldrin expliquera l’importance de la coopĂ©ration internationale et encouragera la permanence de l’exploration et de l’occupation humaines dans l’espace. Gulf News – Pour en savoir plus : http://gulfnews.com/business/aviation/astronaut-buzz-aldrin-to-speak-in-abu-dhabi-1.1309212

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Les prĂ©sentations financiĂšres d’Etihad Airways attirent des banquiers et financiers de grande envergure provenant de New York et de Londres

posted on 28/03/2014

Etihad Airways, la compagnie aĂ©rienne nationale des Émirats arabes unis, vient d’organiser une nouvelle Ă©dition de ses prĂ©sentations financiĂšres Ă  grand succĂšs, Ă  New York et Ă  Londres, attirant un nombre record d’invitĂ©s.

DirigĂ©es par James Hogan (PDG d’Etihad Airways), avec l’aide de James Rigney (directeur financier) et de Ricky Thirion (trĂ©sorier du groupe), ces prĂ©sentations ont accueilli plus de 400 personnes, dont un grand nombre des plus grands Ă©tablissements, bailleurs et autres partenaires importants dans le monde.

Ces prĂ©sentations, effectuĂ©es tous les ans dans de grands centres financiers mondiaux et rĂ©gionaux, notamment Ă  New York, Londres et Sydney, constituent pour la compagnie aĂ©rienne l’occasion idĂ©ale d’informer les plus grands financiers mondiaux sur sa stratĂ©gie d’expansion, ainsi que sur le renforcement de ses liens existants.

Etihad envisage de réunir 2 milliards de dollars pour financer sa flotte aérienne en 2014, avec notamment son premier A380 et son premier Boeing 787.

Selon James Hogan : « Etihad Airways a pour but d'étendre ses relations avec des établissements financiers situés dans des marchés du monde entier qui, à leur tour, joueraient un rÎle crucial dans l'agrandissement du réseau mondial et de la flotte aérienne de la compagnie.

Les Ă©tablissements financiers considĂšrent Etihad Airways comme un partenaire solide, financiĂšrement stable, avec d’excellents antĂ©cĂ©dents en matiĂšre de sĂ©curitĂ©. Nous sommes toujours prĂȘts Ă  passer du temps avec eux pour communiquer nos tous derniers dĂ©veloppements. » Au dĂ©but du mois, Etihad Airways a annoncĂ© un bĂ©nĂ©fice net record de 62 millions de dollars en 2013, soit une hausse de 48 %, marquant ainsi la troisiĂšme annĂ©e successive de rentabilitĂ© nette. De plus, l’an dernier, la compagnie avait enregistrĂ© des revenus de plus de 6 milliards de dollars.

Etihad a rĂ©uni plus de 8 milliards de dollars de fonds, provenant de 68 Ă©tablissements financiers, au cours 10 annĂ©es passĂ©es, afin de financer ses avions et ses moteurs. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Les E.A.U. honorent la MĂšre de la nation pour son soutien concernant l’avancĂ©e et l'autonomisation des femmes

posted on 25/03/2014


Une grande cĂ©rĂ©monie a Ă©tĂ© organisĂ©e hier au Palais des Émirats, en l’honneur de S.A. Fatima bint Moubarak, prĂ©sidente de l’Union gĂ©nĂ©rale des femmes (GWU) et de la Fondation pour le dĂ©veloppement de la famille (FDF), et prĂ©sidente du Conseil suprĂȘme pour les mĂšres et les enfants, le jour de la fĂȘte des mĂšres, en reconnaissance de son soutien ferme et constant pour le dĂ©veloppement, l’avancĂ©e et l’autonomisation des Émiriennes.

La soirĂ©e « MĂšre de la nation – fiertĂ© des E.A.U. » a Ă©tĂ© organisĂ©e par le Conseil des femmes d’affaires aux Émirats, afin de cĂ©lĂ©brer et d’honorer les Ɠuvres humanitaires et les rĂ©ussites de S.A., dans l’assistance aux pays frappĂ©s par un dĂ©sastre, dans la construction d’écoles et d’hĂŽpitaux dans les pays pauvres et dans l’assistance aux indigents, afin qu’ils mĂšnent une vie dĂ©cente.

Cet événement, qui prévoyait divers programmes de musique, de poésie et de théùtre, a duré deux heures, afin de chanter les louanges et les mérites des valeurs de la charité et du don associées à la MÚre de la nation.

S’adressant au public, Fatima Obeid Al Jaber, prĂ©sidente du Conseil des Femmes d’affaires des Émirats, s’est jointe aux fĂ©licitations envers S.A., en cette glorieuse occasion, en lui souhaitant, Ă  elle et Ă  toutes les mĂšres des E.A.U., une bonne santĂ© et un grand bonheur.

Mme Al Jaber a dit que Cheikha Fatima avait accompli des choses spectaculaires au cours des quatre derniÚres décennies :

« S.A., qui a pris la tĂȘte du mouvement fĂ©ministe Ă©mirien, est devenue la MĂšre de la nation et a lancĂ© de nouvelles tendances, en sensibilisant les femmes. Elle a Ă©tĂ© la premiĂšre Ă  montrer le chemin aux femmes dans les domaines de l’enseignement et du travail. Elle a Ă©tĂ© la premiĂšre Ă  encourager la participation des femmes au dĂ©veloppement et au service de la nation dans tous les domaines. »

Elle a ajoutĂ© que cette cĂ©lĂ©bration Ă©tait un message d’amour profond et de gratitude Ă  la MĂšre de la nation.

Cet Ă©vĂ©nement a Ă©tĂ© organisĂ© par la sociĂ©tĂ© de gestion d’évĂ©nements Al Asala, sous la houlette du dĂ©partement privĂ© du prĂ©sident et la commande gĂ©nĂ©rale des forces armĂ©es Ă©miriennes, avec le soutien de la FĂ©dĂ©ration des chambres de commerce et de l'industrie Ă©miriennes. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Le Centre de protection de l’enfance du ministĂšre de l’IntĂ©rieur a Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© pour les World Summit Awards 2014

posted on 25/03/2014

Le Centre de protection de l’enfance du ministĂšre de l’IntĂ©rieur a Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© pour deux projets sĂ©lectionnĂ©s parmi les finalistes pour les World Summit Awards, initiative de suivi mondial du Sommet mondial sur la sociĂ©tĂ© de l’information (SMSI) des Nations unies. Ces deux projets ont dĂ©jĂ  passĂ© le premier et le deuxiĂšme niveaux des Ă©liminatoires.

Le Centre de protection de l’enfance participe Ă  deux projets, parmi un total de 10 projets participant qui reprĂ©sentent les E.A.U. dans un concours qui comprend 18 catĂ©gories directement liĂ©es au thĂšme du sommet. Le projet vise Ă  affirmer l’importance de l’échange international des meilleures pratiques et Ă  encourager les participants Ă  envoyer leur projet au sommet, partie intĂ©grante du processus d’évaluation.

Le Centre de protection de l’enfance participe au concours dans la cinquiĂšme catĂ©gorie, appelĂ©e « BĂątir la confiance et la sĂ©curitĂ© concernant l’utilisation de l’informatique ». Pour cette catĂ©gorie, le Centre de protection de l’enfance a envoyĂ© l'application pour smartphone « Hemayati » du Centre de protection de l'enfance du ministĂšre de l'IntĂ©rieur. Le Centre de protection de l’enfance participe aussi Ă  la dix-huitiĂšme catĂ©gorie, appelĂ©e « Collaboration internationale et rĂ©gionale » en envoyant le projet : « Organiser la 5e confĂ©rence bisannuelle VGT (main-d’Ɠuvre mondiale virtuelle) sur le thĂšme « L’exploitation sexuelle des enfants sur Internet et la collaboration internationale : faciliter la prĂ©vention. » Le major gĂ©nĂ©ral Nasser Lakhrebani Al Nuaimi, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du bureau de S.A. le Premier ministre adjoint et ministre de l’IntĂ©rieur, et prĂ©sident du Haut comitĂ© pour la protection de l’enfance, a expliquĂ© que le ministĂšre de l’IntĂ©rieur, reprĂ©sentĂ© par son Centre de protection de l’enfance, s’est engagĂ© Ă  laisser sa marque sur tous les Ă©vĂ©nements rĂ©gionaux et internationaux. Le ministĂšre de l’IntĂ©rieur souhaite atteindre l’entreprenariat et l’excellence que chaque Émirien s’efforce d’atteindre. En s’appuyant sur cette vision, le Centre de protection de l’enfance du ministĂšre de l’IntĂ©rieur participe au Sommet mondial sur la sociĂ©tĂ© de l’information de 2014, avec deux projets sĂ©lectionnĂ©s pour les Ă©tapes finales de l’évaluation, qui dĂ©pendent du vote du public.

Le major gĂ©nĂ©ral Lakhrebani a soulignĂ© que ces projets reflĂštent l’engagement institutionnel Ă  rĂ©aliser la vision E.A.U. 2021. Cette vision se compose de quatre Ă©lĂ©ments principaux : « Une nation ambitieuse et confiante, ancrĂ©e dans son patrimoine », « Une union forte rĂ©alisĂ©e par un destin commun. Marcher dans les traces de nos pĂšres fondateurs, maintenir des acquis nationaux grĂące au gouvernement, obtenir une sĂ©curitĂ© permanente du pays et Ă©tablir la position des E.A.U. sur la scĂšne internationale sont les ambitions de tous », « Une Ă©conomie compĂ©titive fondĂ©e sur des Émiriens informĂ©s et innovants. Ceci est clairement visible dans le potentiel du capital humain local, qui travaille sur de grands projets internationaux. Cette main-d’Ɠuvre cristallise des connaissances Ă©conomiques productives basĂ©es sur l’innovation, la recherche, la science et la technologie », avec le quatriĂšme Ă©lĂ©ment : « Un environnement favorable et durable pour la qualitĂ© de vie. Tous les segments de la sociĂ©tĂ©, ainsi que les institutions fĂ©dĂ©rales et locales, participent aux efforts de rĂ©alisation de cette vision ; cette participation reflĂšte l'engagement de la sociĂ©tĂ© et l'approche unifiĂ©e. » Il a ajoutĂ© que tous les projets participants des E.A.U. reprĂ©sentaient les rĂ©fĂ©rences de dĂ©veloppement stratĂ©gique qui ressortent de la Vision E.A.U. 2021, ainsi que la stratĂ©gie du gouvernement Ă©mirien. En outre, ces projets confirment l’approche scientifique utilisĂ©e dans l’étalonnage des services et projets Ă©laborĂ©s. Pour cette partie, ceci reflĂšte la planification stratĂ©gique de ces projets et services, qui partagent un mĂȘme but : « amĂ©liorer la compĂ©titivitĂ© des E.A.U. » – Emirates News Agency, WAM


RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Dubai Investments va augmenter son plafond d’appartenance Ă©trangĂšre

posted on 25/03/2014

Dubai Investments projette d’augmenter la limite d'appartenance Ă©trangĂšre de ses actions, pour la porter Ă  35 % de son capital total, a annoncĂ© l'entreprise dimanche.

Les investisseurs Ă©trangers possĂšdent maintenant 13,7 % des actions de Dubai Investments, sur un total de 20 % autorisĂ©s, d’aprĂšs les donnĂ©es de la bourse. Les actionnaires de la sociĂ©tĂ©, notamment le fonds souverain Corp of Dubai, qui dĂ©tient 11,5 % de parts, voteront concernant cette proposition lors de la rĂ©union du 15 avril, a indiquĂ© l’entreprise. Cette proposition fait suite Ă  une dĂ©marche similaire de la part d’autres entreprises cotĂ©es Ă  DubaĂŻ, telles que Deyaar, Union Properties et Mashreq. – Khaleej Times – Pour en savoir plus : http://www.khaleejtimes.com/biz/inside.asp?xfile=/data/uaebusiness/2014/March/uaebusiness_March367.xml§ion=uaebusiness

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

DubaĂŻ lance la FĂȘte des lumiĂšres

posted on 21/03/2014



Le ciel situĂ© au-dessus de DubaĂŻ brillera grĂące Ă  sa toute premiĂšre FĂȘte des lumiĂšres.

Emaar Properties et la ville de Lyon ont lancĂ© hier cette premiĂšre fĂȘte, qui devrait occuper le devant de la scĂšne, au centre-ville de DubaĂŻ Ă  partir du 29 mars.

« Nous vous accueillons ce soir Ă  la toute premiĂšre Ă©dition de la FĂȘte des lumiĂšres de DubaĂŻ, durant laquelle plus de 30 Ɠuvres d’art seront dans le secteur, explique Ahmed Al Matroushi, directeur gĂ©nĂ©ral d’Emaar Properties. Je voudrais remercier nos partenaires de la ville de Lyon et le personnel d’Emaar pour leur contribution. »

Lionel Flasseur, directeur de la promotion internationale de la ville de Lyon, qui a parlĂ© au nom de sa ville et de son maire, GĂ©rard Collomb, a dit que la ville Ă©tait fiĂšre de faire partie de la FĂȘte des lumiĂšres de DubaĂŻ.

« Ayant le mĂȘme souhait de nous ouvrir au monde et de jouer un rĂŽle actif dans l’avenir de leur ville, Lyon et DubaĂŻ sont partenaires depuis 10 ans, informe-t-il. Aujourd’hui est un grand jour, parce que nous sommes ensemble pour cĂ©lĂ©brer une nouvelle mesure de notre relation. »

Selon M. Flasseur, la FĂȘte des lumiĂšres de Lyon, l'un des Ă©vĂ©nements les plus artistiques et historiques de France, qui a lieu tous les ans en dĂ©cembre, attire des millions de visiteurs :

« Ce soir, nous allons ressentir une grande émotion et une grande fierté en essayant ce festival dans la magie du centre-ville. C'est la promesse d'une collaboration à long terme entre Lyon et Emaar.

Il s’agit d’un pont artistique entre nos deux villes. Vive la FĂȘte des lumiĂšres de DubaĂŻ ! »

Plus de 30 artistes participeront Ă  la manifestation, qui utilisera un Ă©clairage Ă©conome en Ă©nergie et projettera des bĂątiments et des lieux cĂ©lĂšbres au cƓur de la ville, notamment vers Burj Khalifa et Dubai Mall.

Les lieux connus qui en feront partie seront entre autres Cheikh Mohammed ben Rachid Boulevard, la Fontaine de DubaĂŻ, le Souk Al Bahar, les hĂŽtels The Address Downtown Dubai et The Palace Downtown Dubai, le Burj Plaza et Emaar Square.

« La FĂȘte des lumiĂšres de DubaĂŻ devrait ĂȘtre un extraordinaire festival de crĂ©ativitĂ© artistique et d’installations lumineuses, sur une Ă©chelle qui n’a encore jamais Ă©tĂ© expĂ©rimentĂ©e dans la rĂ©gion, » conclut M. Al Matroushi. – The National – Pour en savoir plus : http://www.thenational.ae/uae/dubai-launches-festival-of-lights#ixzz2wTnjNAE0

Suivez-nous : @TheNationalUAE sur Twitter | thenational.ae sur Facebook

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

L’espoir que la 6e Ă©dition d’Earth Hour, aux E.A.U., batte son record

posted on 21/03/2014



Les habitants du pays sont invités à éteindre leurs lampes, la semaine prochaine, afin de marquer Earth Hour (Une heure pour la planÚte).

Lors de la 6e Ă©dition de cet Ă©vĂ©nement annuel qui, aux E.A.U., aura lieu le 29 mars, il est espĂ©rĂ© que les Ă©conomies d’électricitĂ© soient de 10 % supĂ©rieures Ă  celles de l'an dernier.

En 2013, les habitants de DubaĂŻ ont, Ă  eux seuls, Ă©conomisĂ© 200 000 kWh en Ă©teignant leurs lampes, ce qui Ă©quivaut Ă  environ 120 000 kg d’émissions de carbone.

« Les E.A.U. sont l’un des rares pays qui annonce au monde entier les rĂ©sultats de son Earth Hour, explique SaĂŻd Al Tayer, directeur gĂ©nĂ©ral de la Dewa (Direction de l’Eau et de l’ÉlectricitĂ© de DubaĂŻ).

Ceci prouve l’engagement de nos dirigeants Ă  promouvoir la protection de l’environnement et Ă  inciter les habitants Ă  adopter des pratiques Ă©cologiques. »

L’an dernier, les Ă©conomies ont Ă©tĂ© infĂ©rieures Ă  celles de 2012, qui se montaient Ă  216 000 kWh et Ă  130 000 kg d’émissions carbone – l’équivalent de 1 million de dirhams.

Cependant, les patrons de la Dewa espĂšrent que, cette annĂ©e, les Ă©conomies iront jusqu’à 220 000 kWh.

Pour participer à Earth Hour, les habitants doivent éteindre les lumiÚres entre 20h30 et 21h30. Ils peuvent aussi se joindre à une manifestation organisée de 17h00 à 21h00 à Bay Avenue Park, dans le centre de Dubaï.

Earth Hour est l’une des 80 campagnes que la Dewa a organisĂ© l’an dernier, afin d’encourager le public Ă  rĂ©duire leur consommation d’énergie. Cette organisation s’est fixĂ© pour objectif de diminuer la consommation de 30 % d’ici Ă  2030.

Cependant, Earth Hour est une campagne mondiale. Plus de 140 pays, dont 7 000 villes dans le monde, participent chaque année à cet événement, qui a vu le jour en Australie en 2007.

« Nous sommes fiers de voir que les divers membres de la communautĂ© Ă©mirienne rejoignent les millions de gens qui, dans le monde entier, Ă©teignent les lumiĂšres pour prouver l’efficacitĂ© d'Earth Hour chaque annĂ©e, afin d’exprimer leur souhait d'une vraie action pour protĂ©ger la planĂšte et mettre fin au phĂ©nomĂšne du changement climatique, explique Ida Tillisch, directrice gĂ©nĂ©rale d'Emirates Wildlife Society / WWF.

Cette annĂ©e, Ă  l’occasion d’Earth Hour, nous invitons tout le monde Ă  prendre des mesures concrĂštes en choisissant des ampoules Ă©conomies en Ă©nergie, pour crĂ©er un avenir meilleur et faire circuler le message clair qui souligne la nĂ©cessitĂ© de prendre ses responsabilitĂ©s afin de protĂ©ger notre planĂšte et les futures gĂ©nĂ©rations. »

De plus, cette annĂ©e, Earth Hour sert Ă  promouvoir l’adoption des ampoules Ă  basse consommation.

À partir du 1er juillet, l’importation aux E.A.U. des ampoules Ă  incandescence sera interdite. Les habitants ne pourront acheter dans les magasins que des ampoules Ă©conomes en Ă©nergie.

Les ampoules Ă  incandescence sont souvent vendues Ă  1,5 dirham, tandis que les ampoules halogĂšnes les plus efficaces peuvent ĂȘtre jusqu’à 10 fois plus chĂšres.

Cependant, Mme Tillisch dit que les coĂ»ts de remplacement des ampoules par des ampoules LED sont compensĂ©s en moins d’un an.

« Les Ă©conomies annuelles pour un foyer qui utilisent des ampoules LED se montent Ă  2 300 dirhams par an, explique-t-elle. Il y a une dĂ©pense initiale, mais c’est une Ă©norme Ă©conomie Ă  long terme pour les foyers.

C’est aussi une Ă©norme Ă©conomie pour le gouvernement qui, actuellement, subventionne l’énergie. »

Il pense que, si tout le monde remplace ses ampoules, il pourrait Ă©conomiser 668 millions de dirhams par an, diminuer sa consommation d’énergie de 500 mĂ©gawatts et rĂ©duire ses Ă©missions de carbone de 940 000 tonnes, l’équivalent de 165 000 voitures retirĂ©es des routes.

Mme Tillisch dit que, bien qu’il soit possible que, face à l’interdiction, des habitants aient fait un stock d'anciennes ampoules à incandescence, il serait mieux de remplacer ces ampoules :

« S’ils conservent les anciennes ampoules Ă  incandescence, Ă  long terme, ils s’abusent eux-mĂȘmes. » – The National – Pour en savoir plus : http://www.thenational.ae/uae/environment/hope-that-sixth-earth-hour-to-be-staged-in-uae-can-be-biggest-yet#ixzz2wTrMpinq

Suivez-nous : @TheNationalUAE sur Twitter | thenational.ae sur Facebook

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

PLACE À L’ÉCOLOGIE AVEC LE FESTIVAL ÉMIRIEN DE L’ENVIRONNEMENT

posted on 18/03/2014

Les E.A.U. feront place Ă  l'Ă©cologie au cours des quatre semaines prochaines, aprĂšs l'inauguration, dimanche dans la capitale, du premier festival respectueux de l'environnement de ce type.

Le Festival Ă©mirien 2014 de l'environnement, qui durera un mois, vise Ă  encourager l'adoption par les Émiriens et les expatriĂ©s d'un mode de vie plus respectueux de l'environnement.

Le premier jour, on a planté 33 arbres et plus de 1 000 fleurs dans le parc Khalidyah Park avec l'aide du personnel de la Municipalité d'Abu Dhabi.

« Nous sommes fiers de célébrer le développement durable et d'inaugurer le premier festival du genre à se tenir aux E.A.U. et dans la région », a déclaré Lamiaa Chlyeh, directrice générale de LatestOn, qui organise la manifestation avec le concours de divers ministÚres et d'autres entreprises.

Mme Chlyeh espÚre que le festival permettra d'améliorer les performances environnementales des E.A.U. en informant le public sur les questions écologiques.

Parmi ceux qui ont pris part à la plantation d'arbres dimanche figuraient 10 membres de Green Hope UAE, une association de jeunes bénévoles basée à Dubaï qui participe aux opérations de nettoyage du désert et des plages, ainsi qu'à d'autres actions de sensibilisation au respect de l'environnement organisées tout au long de l'année sur l'ensemble du pays.

« C'est formidable de venir ainsi en aide à notre planÚte », observe Shashwik Shetty, un jeune de 14 ans.

Les arts jouent Ă©galement un rĂŽle important dans le festival, puisque dans la Salle 76 de la Dubai International Art Gallery a Ă©tĂ© montĂ©e une exposition sur le thĂšme de l'environnement, intitulĂ©e Cycles of Life (Cycles de vie). Ouverte jusqu'au 23 mars, l'exposition prĂ©sente plusieurs artistes, dont la française Corine Pagny, la norvĂ©gienne Siren Waaroe, l'Éthiopien Alem Goshime et le Bulgare Kamen Bonev, qui crĂ©eront des Ɠuvres en carton recyclĂ© et en papier mĂąchĂ© devant le public le 22 mars.

« Nous nous penchons sur une vaste gamme de thÚmes écologiques qui seront abordés par la peinture, la sculpture, le dessin et l'art multimédia », a affirmé Jeff Scofield, directeur artistique de la Galerie d'art.

« Le thĂšme de l'Ă©cologie trouve un grand Ă©cho parmi nos membres. Pour nous, il Ă©tait tout naturel de nous lancer et de participer Ă  cette initiative artistique du Festival Ă©mirien 2014 de l'environnement.” »

À DubaĂŻ, le festival sera axĂ© sur certaines des solutions aux enjeux environnementaux, dont celle qui verra des vĂ©hicules hybrides et Ă©lectriques circuler le long du boulevard Sheikh Mohammed bin Rashid dans le cadre du Salon de l'automobile Ă©cologique, lequel aura lieu du 3 au 10 avril.

À Sharjah, des membres du public auront la possibilitĂ© d'acheter des lĂ©gumes, des objets d'art et d'artisanat ainsi que des produits mĂ©nagers durables, tous issus de la production locale, au MarchĂ© Ă©cologique international qui se tiendra tous les soirs Ă  Al Qasba, du 25 mars au 12 avril.

Le festival reviendra dans la capitale avec un dĂ©filĂ© de mode Ă©cologique, qui se dĂ©roulera Ă  l'Abu Dhabi Mall du 8 au 12 avril. – The National – Pour en savoir plus, consulter : http://www.thenational.ae/uae/environment/going-green-with-uae-environmental-festival#ixzz2wC4bS7h2

Suivez-nous : @TheNationalUAE sur Twitter | thenational.ae sur Facebook

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

MOHAMMED BIN RASHID RENCONTRE BILL CLINTON AU FORUM MONDIAL SUR L’ÉDUCATION TENU À DUBAÏ

posted on 18/03/2014

Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Vice-président et Premier ministre des E.A.U., Souverain de Dubaï, a assisté dimanche, au Dubai JW Marriott Marquise Hotel, au deuxiÚme Forum mondial annuel sur l'éducation et les compétences (GESF).

Ont également assisté à la conférence Mohammad Abdullah Al Gergawi, ministre des Affaires du Cabinet des ministres, et d'autres hauts responsables.

Cheikh Mohammad a accueilli l'ancien prĂ©sident des États-Unis Bill Clinton en marge du forum et saluĂ© les initiatives de Varkey GEMS en matiĂšre d'Ă©ducation, tout notamment le don gĂ©nĂ©reux fait par son fondateur, Sunny Varkey, Ă  Dubai Cares au profit des projets et programmes d'Ă©ducation de cette association.

Il a déclaré que le forum, inauguré samedi à l'Emirates Palace Hotel d'Abu Dhabi, fournit aux experts et aux décideurs en matiÚre d'éducation une plateforme de dialogue et de débat leur permettant d'arriver à des solutions pratiques, avec la possibilité d'apporter des ressources et des moyens logistiques en vue de la réalisation des objectifs du forum, qui vise à engager la participation du secteur privé au développement de l'éducation.

Dans son discours d'ouverture, l'ancien prĂ©sident des États-Unis Bill Clinton, prĂ©sident de la Fondation Bill Clinton, a saluĂ© la vision de Cheikh Mohammad sur l'avenir de l'Ă©ducation dans le pays. Il a rappelĂ© les initiatives de Cheikh Mohammad qui ont pour objet de transformer l'Ă©ducation en mettant l'accent sur les techniques et les mĂ©thodes qui permettront d'arriver Ă  des rĂ©sultats comparables aux normes internationales.

Clinton a Ă©galement saluĂ© les contributions de Dubai Cares Ă  l'Ă©largissement de l'Ă©ducation dans les pays en voie de dĂ©veloppement, oĂč l'association a ouvert de nombreuses Ă©coles dans le cadre d'efforts visant Ă  dispenser une Ă©ducation Ă  plus d'un million d'enfants au niveau de l'enseignement primaire.

Lorsqu'il s'agit d'amĂ©liorer l'Ă©ducation, ce sont les enseignants qui sont les plus importants, a constatĂ© Clinton. « Une Ă©tude rĂ©alisĂ©e aux États-Unis a rĂ©vĂ©lĂ© le fait que d'avoir un bon professeur pendant un an peut avoir un profond impact sur les Ă©lĂšves tout au long de leur vie », a-t-il ajoutĂ©.

Clinton est président honoraire de la Fondation Varkey GEMS, dont il a fait l'éloge pour avoir attiré l'attention sur les problÚmes en matiÚre d'éducation, notamment dans les pays du tiers monde. Il a salué les efforts déployés par la Fondation pour encourager le secteur privé de ces pays à contribuer activement au développement de l'éducation et à offrir des possibilités à des millions d'enfants désavantagés du monde entier, et plus particuliÚrement du continent africain. Le forum aboutira, espÚre-t-il, à un renforcement de la coopération entre les secteurs public et privé. Cette coopération, si importante, conduira à la croissance, a-t-il affirmé. « Pour chaque dollar (3,67 dirhams) investi dans l'éducation, les employés en retirent des avantages chiffrés à 53 dollars. »

Clinton a fait allusion Ă  une Ă©tude menĂ©e aux États-Unis auprĂšs de 1 000 PDG d'entreprise, qui a rĂ©vĂ©lĂ© que 30 pour cent d'entre eux rencontraient des obstacles lorsqu'il s'agissait d'investir dans les domaines qui les intĂ©ressaient, ce qui les incitait Ă  abandonner leurs projets.

« Il y a tellement à faire qu'aucun gouvernement ne peut le faire seul. Toutefois, cela n'est pas une excuse pour ne pas mener les actions qui se sont avérées efficaces. »

S'exprimant sur l'importance de l'accÚs à l'éducation, notamment dans les pays pauvres, Clinton a rappelé que 100 millions d'enfants ne sont pas scolarisés, alors que 200 millions vont à l'école mais leurs enseignants ne sont pas qualifiés et l'éducation qu'ils reçoivent est de mauvaise qualité.

L'ancien président américain a également souligné l'importance de l'égalité des chances pour les filles en matiÚre d'éducation, car il a été prouvé que celles fréquentent l'école plus longtemps, se marient plus tard, ont moins d'enfants et ont une meilleure espérance de vie.

Il a également attiré l'attention sur le problÚme de l'accÚs à l'éducation pour les minorités, dont les personnes handicapées, les immigrés et les réfugiés.

Avant l'intervention de Clinton, son épouse, Hillary Clinton, s'est adressée aux participants par vidéoconférence, en ces termes : « Vous pouvez faire le choix de mettre l'éducation à la portée de tous les jeunes, hommes et femmes, à travers le monde ».

Plus de 1 100 participants venus de 65 pays ont assistĂ© Ă  la confĂ©rence, qui s'est tenue Ă  DubaĂŻ et se termine aujourd'hui. – Gulf News — avec la contribution de WAM – Pour en savoir plus : http://gulfnews.com/news/gulf/uae/education/mohammad-meets-bill-clinton-at-global-education-forum-in-dubai-1.1304782

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

La collection du Louvre Abu Dhabi présentée au musée du Louvre à Paris

posted on 14/03/2014

Dans la premiĂšre grande exposition de sa collection en dehors d’Abu Dhabi, le Louvre Abu Dhabi prĂ©sentera cent soixante de ses plus beaux chefs-d’Ɠuvre au musĂ©e parisien du Louvre, dans le Hall NapolĂ©on, du 2 mai au 28 juillet.

L’exposition, intitulĂ©e « Naissance d’un musĂ©e », donnera aux visiteurs du Louvre, Ă  Paris, un aperçu du musĂ©e qui ouvrira ses portes en fin d’annĂ©e prochaine dans le quartier culturel de Saadiyat, lequel abrite Ă©galement le musĂ©e national Zayed et le Guggenheim Abu Dhabi. SituĂ© dans le quartier culturel d’Abu Dhabi, le Louvre Abu Dhabi est un musĂ©e universel conçu pour accueillir les expressions artistiques de diffĂ©rentes civilisations et cultures, des plus anciennes aux plus contemporaines.

Se rĂ©fĂ©rant aux philosophes et au principe de l’universalisme dont nous avons hĂ©ritĂ© du XVIIIe siĂšcle, le SiĂšcles des lumiĂšres, le concept universel du Louvre Abu Dhabi remettra en question les catĂ©gories traditionnelles dĂ©finies par l’histoire de l’art et rĂ©examinera les approches stylistiques classiques. Il explorera et Ă©tablira Ă©galement des liens artistiques, historiques et anthropologiques encore jamais rĂ©vĂ©lĂ©s entre les cultures.

Les visiteurs pourront admirer en dĂ©tail des Ɠuvres d’art de l’antiquitĂ©, dont l’un des plus beaux exemples d’une princesse de Bactriane datant de la fin du IIIe millĂ©naire av. J.-C., un bracelet en or ornĂ© d’une tĂȘte de lion, fabriquĂ© au Moyen-Orient il y a prĂšs de 3 000 ans, ainsi qu’un tableau d’Oman Hemdy Bey datant de 1878, intitulĂ© Jeune Émir Ă  l’étude, et une peinture de Paul Gauguin, Les Jeunes lutteurs, de 1888. Parmi les Ɠuvres d’arts plus contemporaines et modernes figurent un Piet Mondrian qui appartenait Ă  l’ancienne Collection Yves Saint-Laurent et Pierre BergĂ©, une peinture d’Alexander Calder et une sĂ©rie de neuf toiles de l’artiste contemporain Cy Twombly.

S’exprimant au sujet de l’exposition, Cheikh Sultan bin Tahnoon Al Nahyan, prĂ©sident de la Direction du tourisme et de la culture d’Abu Dhabi (TCA Abu Dhabi) a dĂ©clarĂ© : « Nous nous rĂ©jouissons Ă  la perspective de partager ces trĂ©sors au niveau international. C’est pour le Louvre Abu Dhabi une grande Ă©tape, qui concrĂ©tise un moment important de l’histoire oĂč les deux pays, les E.A.U. et la France, ont collaborĂ© et partagĂ© une vision qui a permis l’accomplissement de cette rĂ©alisation. La prĂ©sentation de l’exposition Ă  un public extĂ©rieur Ă  Abu Dhabi donne une idĂ©e du concept du Louvre Abu Dhabi et du musĂ©e en tant que lieu de dialogue et d’échanges interculturels ». Les commissaires de l’exposition sont : Vincent PomarĂšde, directeur du Support Ă  la mĂ©diation/directeur du dĂ©partement des Peintures au musĂ©e du Louvres, Paris ; Laurence des Cars, directeur du musĂ©e de l'Orangerie et Khalid Abdulkhaliq Abdulla, commissaire associĂ© de l’exposition « Naissance d’un musĂ©e », TCA Abu Dhabi. – Agence de presse des Émirats.

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Mohammed bin Rashid inaugure un Waldorf Astoria Ă  Palm Jumeirah (DubaĂŻ)

posted on 14/03/2014




Le Vice-PrĂ©sident et Premier ministre, Souverain de DubaĂŻ, Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum a inaugurĂ© ce soir le Waldorf Astoria - Dubai Palm Jumeirah, situĂ© dans le croissant est de l’archipel artificiel de Palm Jumeirah.

Cheikh Mohammed Ă©tait accompagnĂ© de S.A. Cheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Prince hĂ©ritier de DubaĂŻ et prĂ©sident du Conseil exĂ©cutif de DubaĂŻ, de S.A. Cheikh Maktoum bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Vice-Souverain de DubaĂŻ, et de S.A. Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, prĂ©sident de la Direction de l’aviation civile de DubaĂŻ et PDG du groupe Emirates.

Cheikh Mohammed a visitĂ© l’hĂŽtel et fĂ©licitĂ© Khalaf Al Habtoor, prĂ©sident du groupe Al Habtoor, de cet hĂŽtel de luxe qui est considĂ©rĂ© comme le plus rĂ©cent ajout au portefeuille du groupe.

Mohammed Khalaf Al Habtoor, Vice-prĂ©sident du groupe Al Habtoor, a communiquĂ© des informations Ă  Cheikh Mohammed sur l’hĂŽtel, qui couvre une superficie de 51 091 mĂštres carrĂ©s. Il est gĂ©rĂ© par Waldorf Astoria Hotels '&' Resorts, l’enseigne de luxe de la chaĂźne hĂŽteliĂšre Hilton Worldwide.

Cet hĂŽtel de 2,5 milliards de dirhams offre un cadre magnifique pour toute une gamme de rĂ©unions d’affaires, rĂ©ceptions d’entreprise, lancements de produits et cĂ©lĂ©brations grandioses, et propose des services personnalisĂ©s. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE

Le zoo d’Al Ain accueille 10 nouveaux flamants roses

posted on 14/03/2014

Une nouvelle collection de flamants roses est arrivée au zoo d'Al Ain.

Dans le cadre de ses grands projets d'amélioration et d'expansion, le zoo a ajouté ces oiseaux aux animaux qu'il abrite tout autour du Centre d'apprentissage Sheikh Zayed Desert Learning Centre.

Ce centre d'apprentissage présentera des expositions éducatives qui célÚbrent la faune, la flore et les traditions du désert, ainsi que la vision du Président fondateur, Cheikh Zayed, en matiÚre de conservation.

Les 10 nouveaux flamants roses proviennent d'un établissement privé de Dubaï. Ils portent à 90 le nombre de flamants roses qui se trouvent au zoo.

« Le zoo d'Al Ain travaille en collaboration avec d'autres Ă©tablissements des E.A.U. afin de proposer une collection unique d'animaux et d'oiseaux, a observĂ© Ghanim Mubarak Al Hajeri, directeur gĂ©nĂ©ral du zoo et d'Aquarium Public Institution. Cela s'inscrit dans le cadre du projet d'expansion du zoo. Étant donnĂ© l'importance du centre, qui prĂ©sente la culture et le patrimoine des E.A.U., et malgrĂ© le fait que les flamants roses soient rĂ©pandus aux E.A.U., le zoo d'Al Ain cherche toujours Ă  renforcer sa coopĂ©ration avec les Ă©tablissements locaux afin de veiller Ă  Ă©tablir les bons partenariats pour assurer la rĂ©ussite des efforts de conservation de la faune et de la flore sauvages. »

Les flamants des E.A.U. se caractérisent par leur couleur rose qu'ils obtiennent des pigments caroténoïdes présents dans les crevettes, le plancton, les algues et les crustacés dont ils se nourrissent. Ces oiseaux sont également connus pour leur grande taille, leurs longues pattes et l'habitude qu'ils ont de se tenir sur une patte lorsqu'ils dorment ou se reposent. On peut les observer tout au long de l'année dans les lacs d'eau douce, d'eau salée et artificiels. Ils ont également été repérés prÚs d'habitats humains, dans des secteurs tels que Ras Al Khor, à Dubaï.

Le zoo participe activement Ă  plusieurs projets de conservation coordonnĂ©s au niveau international, travaillant en coopĂ©ration avec d'autres organismes attachĂ©s aux mĂȘmes principes, tels que le zoo de Jersey, l'Agence pour l'environnement d'Abu Dhabi, la Commission pour la survie des espĂšces, le zoo de San Diego, le Northern Rangelands Trust du Kenya et le Fonds pour la conservation du Sahara.

Le zoo, qui est ouvert tous les jours de 9h00 Ă  20h00, se trouve Ă  la frontiĂšre entre les E.A.U. et Oman et il est facile de s'y rendre de DubaĂŻ et d'Abu Dhabi par la route. DominĂ© par le majestueux Jebel Hafeet et situĂ© Ă  proximitĂ© du joli parc Green Mubazzarah, le zoo est l'une des principales attractions d'Al Ain. – The National – Pour en savoir plus, consulter : http://www.thenational.ae/uae/al-ain-zoo-welcomes-10-new-flamingoes#ixzz2vovn2K00

Suivez-nous : @TheNationalUAE sur Twitter | thenational.ae sur Facebook

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIÈRE HEURE