• Arabic
  • French
  • German
  • Spanish
  • Korean
Parrainé par le Conseil national des médias

Le commerce


Choisir catégorie

Un article scientifique publié conjointement par le Masdar Institute et MIT remporte le prix IEEE EDA du Meilleur article pour 2014

Publié le 25/07/2014




Le Masdar Institute of Science and Technology, un institut universitaire indépendant axé sur la recherche qui se spécialise dans les technologies énergétiques et durables de pointe, a annoncé qu’un article scientifique présenté par une équipe universitaire de MIT et du Masdar Institute a remporté le prestigieux prix Donald O. Pederson 2014 du Meilleur article (IEEE TCAD Best Paper Award).

Les auteurs récipiendaires, M. Zheng Zhang, le Dr Tarek A. El-Moselhy, le Dr Ibrahim (Abe) M. Elfadel et le Dr Luca Daniel, sont les premiers à recevoir trois nominations pour leur article intitulé « Méthode de modélisation stochastique pour la quantification des incertitudes au niveau des transistors basée sur le chaos polynomial généralisé ». L’article est le résultat d’un projet de recherche entrepris conjointement dans le cadre du Programme de recherche collaborative MIT-Masdar Institute.

Le prix a été présenté le mois dernier lors de la cérémonie de remise des prix de la 51e Design Automation Conference (DAC), qui s’est tenue à San Francisco (États-Unis) du 1er au 5 juin.

Sponsorisé par l’IEEE Council on Electronic Design Automation (CEDA), le prix Donald O. Pederson récompense le meilleur article publié, au cours des deux années civiles précédant l’attribution du prix, dans les Transactions d’IEEE sur la conception assistée par ordinateur des circuits et systèmes intégrés. Tout article publié dans les Transactions durant cette période peut être proposé pour le prix. Divers facteurs sont pris en compte lors de l’évaluation des articles proposés, et notamment la qualité globale, l’originalité, le niveau de contribution, le sujet et le degré d’actualité de la recherche.

Dans la déclaration accompagnant le prix, IEEE CEDA décrit l’article comme « une prestation exceptionnelle ». – Agence de presse des Émirats, WAM – Pour en savoir plus, consulter : http://www.wam.ae/en/news/emirates/1395268064729.html

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les filiales de Mubadala participeront au 49e Salon international de l’aéronautique de Farnborough

Publié le 15/07/2014





Mubadala, la société d’investissement et de développement basée à Abu Dhabi, participera au Salon international de l’aéronautique de Farnborough, qui se tiendra au Royaume-Uni du 14 au 20 juillet.

Quatre filiales du groupe qui offrent des services aux secteurs de l’aérospatiale et de la défense sont présentes au salon, à savoir Piaggio Aero, l’AMMROC (Advanced Military Maintenance Repair and Overhaul Centre), Strata Manufacturing et Sanad Aero Solutions, ce qui leur donne la possibilité d’établir des liens avec de nouveaux clients potentiels en vue de partenariats futurs.

Piaggio Aero présentera son P.1 HH HammerHead ultramoderne, un drone multifonctions conçu pour des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (RSR), et l’Avanti EVO, la nouvelle version créée par Piaggio Aero de son aéronef emblématique, le P.180 Avanti. L’Avanti EVO est le turbopropulseur d’affaires multi-utilitaire le plus rapide et le plus moderne du monde, offrant une vitesse comparable à celle d’un jet léger de taille moyenne. Sera également présenté au pavillon de Piaggio Aero le Multi-Patrol Aircraft (MPA), nouvellement conçu afin de répondre à la nécessité de proposer une solution robuste de haute technologie permettant d’assurer la sécurité côtière, maritime et offshore.

S’exprimant au sujet de la participation de Mubadala au salon de Farnborough, Homaid Al Shemmari, PDG des Services Aérospatiale et Ingénierie de Mubadala, a déclaré : « Farnborough offre à nos filiales participant au salon une plateforme internationale où elles peuvent rencontrer les principaux acteurs du secteur et discuter de la collaboration et des partenariats existants et futurs. Ce salon fournit également une occasion de montrer à un public mondial nos capacités ainsi que les produits et les services que nous proposons, alors que nous cherchons à établir à Abu Dhabi un secteur des services aérospatiaux et de défense. » Les activités de Piaggio Aero Industries couvrent la conception, la maintenance et la révision des appareils/drones civils et RSR. La société fabrique également des pièces de moteurs d’avion, tout en gérant les réparations et les révisions de moteurs sous licence. La société est basée à Gênes (Italie).

L’AMMROC (Advanced Military Maintenance Repair and Overhaul Centre) est l’un des principaux fournisseurs de services MRR pour l’aviation militaire sur l’ensemble du Moyen-Orient, de l’Asie du Sud et de l’Afrique. Coentreprise de Mubadala, Sikorsky et Lockheed Martin, l’AMMROC offre à l’aviation militaire des services MRR fondés sur les meilleures pratiques pour une vaste gamme d’aéronefs à voilure fixe et à voilure tournante. L’AMMROC est le principal fournisseur de services MRR et de soutien à l’armée de l’air des E.A.U.

Strata Manufacturing est une usine de fabrication d’aérostructures composites basée à Al Ain, qui est détenue à 100 % par Mubadala. Strata travaille en étroite collaboration avec ses partenaires et ses clients, afin de fournir aux fabricants du secteur aérospatial avec lesquels elle a établi des partenariats des solutions novatrices, d’un bon rapport qualité-prix, associant des technologies de pointe, des processus de fabrication fondés sur les meilleures pratiques et une chaîne d’approvisionnement intégrée. Strata a créé des partenariats avec certains des plus grands fabricants d’équipements d’origine (OEM) du monde, dont Boeing, Airbus et Alenia Aermacchi, ainsi qu’avec les fournisseurs de premier rang FACC AG et SABCA.

Sanad Aero Solutions est un leader du secteur en matière de solutions intégrées de financement et de leasing pour les pièces de moteurs et d’avions, dont l’actif dépasse les 750 millions de dollars. La société répond à la demande d’un portefeuille croissant de compagnies aériennes de la région MENA, d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord. Lancée en 2010, Sanad, dont le siège social se trouve en Suisse, a des bureaux à Zurich et Abu Dhabi.

Le Salon international de l’aéronautique de Farnborough se flatte d’offrir des possibilités d’affaires de premier ordre à l’industrie mondiale de l’aérospatiale. En tant que l’un des plus grands salons et meetings aériens du monde, cette manifestation fournit aux participants une large gamme de plateformes commerciales spécialisées et ciblées. Le salon de 2012 a accueilli plus de 1 500 exposants et 107 000 visiteurs professionnels. Les commandes confirmées et les engagements pris alors ont atteint un montant impressionnant de 72 milliards de dollars. Soixante-dix délégations militaires venues de 46 pays et 13 délégations civiles représentant 10 pays y ont organisé, en moyenne, 15 réunions par jour. – Agence de presse des Émirats, WAM – Pour en savoir plus, consulter : http://www.wam.ae/en/news/economics/1395267710613.html

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

NMC PUBLIE SON PREMIER RAPPORT ANNUEL POUR 2013

Publié le 11/07/2014







S.A. Cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, ministre émirien des Affaires étrangères, a déclaré que les résultats du Conseil national des médias (NMC) sont en conformité avec les objectifs du gouvernement fédéral ainsi qu’avec ses plans opérationnels et stratégiques.

Le NMC a réalisé un score de 92 pour cent d’après le programme de performance mis en place par le bureau du Conseil des ministres pour toutes les institutions fédérales, ce qui indique l’excellent résultat du NMC dans la réalisation de ses plans stratégiques et des objectifs du gouvernement fédéral.

Cheikh Abdullah, qui est également président du NMC, rappelle dans son introduction au premier Rapport annuel du NMC pour 2013 que le Conseil a lancé l’année dernière plusieurs initiatives et projets visant à soutenir les activités à caractère social, notamment celles qui concernent les centres et institutions liés à la santé, à l’éducation, à l’art, à l’aide sociale et humanitaire, aux sports et à l’environnement, tout en parrainant et en assurant la couverture médiatique de forums et de conférences universitaires destinés à favoriser le développement des institutions et organisations sociales du pays.

Cheikh Abdullah ajoute que le Conseil a mis en œuvre son plan stratégique pour les trois années précédentes avec un succès remarquable, en faisant appel à ses propres capacités et ressources humaines, ce qui a contribué au développement de ses activités. Il observe en outre que ses plans se distinguent par une participation positive à tous les niveaux administratifs, et notamment par trois objectifs stratégiques, que le Conseil cherche à réaliser par le biais de divers partenariats, initiatives et activités.

Cheikh Abdullah déclare : « Nous tenons à ce que le NMC continue progressivement à développer ses outils, politiques et systèmes afin de mettre en œuvre la stratégie du gouvernement fédéral et de répondre aux aspirations des clients et de tous les segments de la société. » Le rapport présente entre autre un aperçu général du Conseil, qui a été créé en 2006. Il dégage aussi la vision du NMC qui ambitionne de se conformer aux normes internationales dans le domaine des médias, de mettre en valeur les réalisations du pays au niveau national et international et de sauvegarder la prestation de tous les services administratifs pour les clients.

Le rapport présente également les grandes lignes de la structure organisationnelle du NMC, ainsi que ses activités et ses missions spéciales au cours des trois années précédentes, dont un certain nombre d’initiatives réussies et jugées satisfaisantes par le bureau du Conseil des ministres.

Le premier rapport du Conseil national des médias pour l’année 2013 accorde une attention particulière à l’Agence de presse des Émirats (WAM), qui a commencé à publier des communiqués le 18 juin 1977, et qui en reçoit aujourd’hui de toutes les agences de presse arabes et de la plupart des agences de presse internationales par divers moyens de communication modernes. Elle a également signé des accords de coopération et d’échange d’informations avec plus de 20 agences arabes et internationales.

WAM est membre du Groupe des agences de presse arabes du Conseil de coopération du Golfe, de la Fédération des agences de presse arabes (FANA), de l’Union des agences de presse islamiques, du Pool des agences de presse non alignées, ainsi que du Congrès mondial des agences de presse.

WAM diffuse ses informations en arabe, en anglais et en français tous les jours de 8h00 à 1h00 du matin, heure locale. Depuis qu’elle a commencé à diffuser des communiqués, WAM assure une couverture de l’ordre de 80 à 90 pour cent de la totalité de l’actualité locale et officielle des Émirats Arabes Unis.

Au cours de l’année 2013, l’agence de presse a fourni des reportages sur plus de 36 332 événements, ainsi que des photographies et des services de télévisés portant sur de nombreuses activités.

Le Conseil national des médias (NMC) supervise également le site "uaeinteract.com", qui est l’un des tous premiers lancés par les E.A.U., conformément à la vision des dirigeants avisés des Émirats, afin de mettre en valeur les réalisations et les contributions du pays et de présenter au monde entier une image fidèle de l’État. Le contenu du site est disponible en six langues : arabe, anglais, français, espagnol, allemand et coréen, et le nombre de visiteurs a atteint 2 293 542 en 2013. – Agence de presse des Émirats, WAM http://www.wam.ae/en/news/emirates/1395267586757.html

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Etihad Airways et Alitalia nommées transporteurs aériens internationaux officiels pour l’Expo 2015

Publié le 04/07/2014



Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats Arabes Unis, et Alitalia, la compagnie nationale italienne, qui est aussi membre de l’alliance SkyTeam, ont été nommées conjointement Transporteurs aériens internationaux officiels pour l’Expo 2015, la prochaine exposition universelle qui se tiendra à Milan du 1er mai au 31 octobre 2015.

On estime à 20 millions le nombre de visiteurs attendus à l’Expo 2015. Environ 7,6 millions d’entre eux se rendront à Milan en avion, dont 1,5 million provenant de destinations intercontinentales, 3,3 millions de destinations internationales et 2,8 millions d’Italie.

Pour témoigner de leur engagement envers la manifestation, Etihad Airways et Alitalia proposeront près de 100 vols par jour à destination et en provenance de Milan, reliant 866 villes du monde par le biais de 125 vols directs et 741 autres vols avec escale.

James Hogan, PDG d’Etihad Airways, a déclaré : « L’Italie est un marché stratégique pour Etihad Airways et notre association avec Alitalia en tant que transporteur aérien international officiel pour l’Expo 2015 s’inscrit dans le prolongement tout naturel de notre accord existant de partage de codes.

Grâce à son vaste réseau de lignes internationales, Etihad Airways jouera un rôle prépondérant au niveau de la promotion de l’Expo 2015 auprès d’un public mondial, en mettant l’accent sur les principaux marchés que représentent la région du Golfe, l’Australie, l’Asie et le Sous-continent. »

« Dans les prochains mois, Etihad Airways et Alitalia présenteront leur pavillon Expo 2015 emblématique, et nous nous réjouissons à la perspective d’y accueillir, à partir du 1er mai 2015, des visiteurs venus du monde entier, a affirmé Gabriele Del Torchio, PDG d’Alitalia. Nous sommes très fiers qu’Alitalia et Etihad Airways aient été choisies conjointement comme transporteurs aériens internationaux officiels ».

« Avec notre partenaire Etihad Airways, nous nous ferons un plaisir d’offrir aux visiteurs du monde entier des vols pratiques et confortables pour leur permettre de participer à ce qui sera l’événement de l’année 2015 », a déclaré Giuseppe Sala, PDG de l’Expo 2015 Company. Nous sommes heureux d’avoir Alitalia et Etihad Airways comme partenaires pour l’Expo Milano 2015. Nous souhaitons accueillir 20 millions de visiteurs sur le site de l’Exposition et prévoyons que 8 millions d’entre eux viendront de l’étranger. Nous savons qu’il nous faut un acteur d’envergure internationale pour nous aider à réaliser cet objectif.

Le partenariat avec Alitalia et Etihad Airways se situe dans la perspective de notre objectif. À partir de maintenant, et même durant les six mois de l’Exposition universelle, toutes les initiatives présenteront un double avantage : d’une part elles serviront à promouvoir la manifestation et d’autre part elles faciliteront les voyages en provenance et à destination de Milan. De cette façon, elles permettront également d’offrir le meilleur accueil possible à tous ceux qui se rendront en Italie et prendront part à la manifestation ». – Agence de presse des Émirats, WAM –

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les services assurés par les Douanes de Dubaï seront accessibles depuis les smartwatch (montres connectées)

Publié le 20/06/2014


Les Douanes de Dubaï ont annoncé le lancement d’une nouvelle plate-forme permettant d’accéder à leurs services depuis les smartwatch, afin de suivre le rythme des toutes dernières innovations dans le domaine de la prestation de services en ligne et d’offrir des services plus conviviaux et plus accessibles.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la vision du Vice-Président et Premier ministre, Souverain de Dubaï, Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, et de la réalisation des objectifs en matière de « smart gouvernement » fixés par Son Altesse Cheikh Mohammed en ces termes : « Un gouvernement performant est un gouvernement qui va à la rencontre de son peuple et n’attend pas que celui-ci vienne à lui. Le gouvernement du futur fonctionnera 24 heures sur 24 et 365 jours par an.

« La prestation de services via une plateforme smartwatch vient en réponse à l’initiative lancée dans le but de faire de Dubaï la ville la plus intelligente du monde en hissant la qualité et les modes de prestation des services vers de nouveaux sommets. Cela coïncide avec le lancement par S.A. Cheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Prince héritier de Dubaï et président du Conseil exécutif de Dubaï, d’un système de travail gouvernemental conçu pour jeter les bases de la création d’un « smart gouvernement » dans tous les départements et institutions gouvernementaux de Dubaï.

Le site smartwatch des Douanes de Dubaï est compatible avec des écrans de toutes tailles. L’interface comporte des fenêtres qui donnent directement accès au service désiré.

« Les Douanes de Dubaï poursuivent le développement de leurs services en accord avec la vision prévoyante du gouvernement de Dubaï qui ambitionne de fournir des services intelligents intégrés. En tant que premier département gouvernemental véritablement intelligent et connecté, les Douanes de Dubaï incorporeront continuellement les toutes dernières nouveautés dans le domaine du service clients », a affirmé Ahmed Mahboob Musabih, directeur des Douanes de Dubaï, alors qu’il faisait part de ses observations sur ce grand pas en avant.

Musabih a signalé que les Douanes de Dubaï s’efforcent de développer leurs services afin de suivre le rythme des technologies mondiales les plus pointues dans le domaine de la prestation des services à la clientèle. « Améliorer les services publics de Dubaï afin de suivre le rythme des progrès technologiques renforcera l’avantage compétitif de l’émirat et sa capacité d’attirer le commerce et les investissements internationaux. » Pour sa part, Juma Al Ghaith, directeur exécutif de la division du Développement des douanes aux Douanes de Dubaï, a déclaré que ces dernières avaient pris l’engagement d’améliorer la satisfaction des clients en leur offrant des services intelligents et exceptionnels. Pour cette raison, les Douanes de Dubaï ont lancé un nouveau site en vue de la prestation de leurs services via les smartwatch, récemment mises au point par les géants mondiaux de la technologie électronique. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les applications mobiles VisitAbuDhabi récompensées par les prix Webby Awards

Publié le 28/05/2014




Les applications mobiles récemment lancées pour VisitAbuDhabi – la ressource en ligne d’Abu Dhabi de tant que destination – ont été classées parmi les plus grandes marques du monde en matière de voyages et de tourisme au 18e palmarès annuel des prix Webby Awards.

Ces prix décernés annuellement par l’International Academy of Digital Arts and Sciences récompensent l’excellence sur Internet. Les applications ont été désignées « Official Honouree » dans la catégorie voyages des applications mobiles, aux côtés de marques de renom international, telles qu’Expedia, National Geographic et Star Alliance.

« C’est la deuxième fois que les produits numériques VisitAbuDhabi obtiennent un prix Webby Awards », a déclaré Mouza Al Shamsi, directrice exécutive par intérim Marketing et Communications à la Direction du tourisme et de la culture d’Abu Dhabi (TCA Abu Dhabi), qui détient et exploite VisitAbuDhabi. « Ce résultat va nous encourager à améliorer encore notre stratégie et notre zone de couverture numérique. » Le site VisitAbuDhabi.ae, relancé en 2013, est devenu le premier portail officiel arabe à recevoir un « Official Honouree » des Webby Awards dans la catégorie « Gouvernement ».

TCA Abu Dhabi a récemment lancé sa stratégie mobile globale ainsi que de nouvelles applications mobiles autochtones pour iPhone, Android et Windows Phone. La Direction a également modernisé son site Web VisitAbuDhabi.ae pour le doter d’une technologie « responsive » permettant d’adapter son contenu de manière à ce qu’il puisse être visualisé sur tous les écrans mobiles, quelles que soient la marque, la technologie ou la taille de l’écran.

« Au cours des deux dernières années, nous avons consacré des efforts et des ressources considérables à la mise à niveau de la présence numérique de notre destination, et le lancement des applications mobiles ne sont qu’une nouvelle étape de notre parcours numérique, d’autres produits étant en cours de mise au point, » a déclaré Al Shamsi.

Conçues comme des planificateurs de voyage visuels, les applications se veulent des guides mobiles, en ligne et hors ligne, exhaustifs et conviviaux indiquant tout ce qu’il y a à voir et à faire à Abu Dhabi. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’ADNEC va promouvoir Abu Dhabi en tant que destination lors du salon IMEX Francfort 2014

Publié le 16/05/2014



L’Abu Dhabi National Exhibitions Company (ADNEC) a annoncé hier qu’elle se servirait de sa participation à l’édition de cette année du Salon international des voyages de gratification et des réunions et événements d’entreprise (IMEX Francfort 2014) comme tremplin pour élargir son portefeuille et promouvoir Abu Dhabi comme l’une des villes du monde les plus branchées en ce qui concerne le secteur des réunions, incitations, conférences et événements (MICE, de l’anglais Meetings, Incentives, Conferences and Events).

Le salon IMEX Francfort 2014, qui se tiendra du 20 au 22 mai à Francfort (Allemagne) est le plus grand salon professionnel d’Europe pour le secteur international des congrès, des conférences et des événements d’entreprise.

La participation de l’ADNEC se situe dans la perspective de son objectif de renforcer la coopération internationale et d’attirer les délégués aux conférences, les acheteurs, ainsi que les organisateurs de réunions et d’événements d’entreprise pour qu’ils choisissent de tenir leurs manifestations à Abu Dhabi. En vue de la réalisation de cette priorité, l’ADNEC mettra en vedette ses capacités uniques et ses avantages décisifs en tant que destination de prédilection pour l’organisation de manifestations internationales, et entre autres ses infrastructures MICE ultramodernes, ses installations de premier ordre et sa connectivité avec les principaux marchés internationaux.

L’ADNEC participera à IMEX par l’intermédiaire d’une délégation d’Abu Dhabi dirigée par la Direction du tourisme et de la culture d’Abu Dhabi (TCA), qui comprendra un groupe représentatif de la chaîne d’approvisionnement locale du secteur de l’événementiel, y compris, entre autres, les principaux tours opérateurs et marques hôtelières.

Robin Miller, directeur de l’exploitation par intérim à l’ADNEC, a déclaré : « IMEX Francfort 2014 offrira une excellente occasion de présenter nos capacités uniques pour ce qui est de l’organisation de manifestations internationales, conformément à notre mission qui consiste à promouvoir activement Abu Dhabi en tant que destination de premier choix pour le secteur MICE. Nous nous attacherons à renforcer nos partenariats existants et à établir de précieux contacts en vue de futures collaborations. IMEX 2014 nous permettra également de mieux connaître les attentes et les exigences des organisateurs de conférences et d’événements d’entreprise et de développer nos activités en conséquence, afin de rester proche des réalités dans le contexte du dynamisme actuel du secteur des expositions ». Et Miller d’ajouter : « Le secteur des conférences et des expositions revêt une grande importance économique dans la Vision économique d’Abu Dhabi 2030 et l’ADNEC, par le biais de ses centres de renommée mondiale, tels que le Centre des expositions d’Abu Dhabi et ExCeL London, situé à Londres, vise à jouer un rôle de premier plan dans l’accroissement de la contribution du secteur MICE au PIB global du pays. » IMEX Francfort 2014 devrait attirer près de 3 500 exposants en provenance de 150 pays et 9 000 décideurs venus du monde entier. Ce salon professionnel primé s’est engagé à encourager l’innovation dans le secteur MICE.

La manifestation inclura des salons de l’éducation, des séminaires, des ateliers interactifs, des groupes de discussion informels, ainsi qu’un forum à l’intention des hommes politiques et un autre s’adressant aux futures dirigeants.

L’ADNEC joue un rôle capital en apportant son soutien à l’Abu Dhabi Convention Bureau, qui a été créé sous les auspices de la Direction du tourisme et de la culture d’Abu Dhabi (TCA Abu Dhabi) dans l’objet de positionner l’émirat comme acteur principal dans les secteurs MICE et du tourisme d’affaires. Cela a été réalisé en attirant des organisateurs de manifestations très en vue et en accueillant des manifestations majeures.

L’ADNEC offre des locaux communicants qui s’étendent sur une superficie de 133 000 mètres carrés et répondent aux besoins d’un vaste éventail de manifestations et d’expositions. Dotés d’équipements modernes et construits conformément aux normes internationales, le centre a attiré en 2013 un total de 1,53 million de personnes venues assister à 328 manifestations différentes.

L’ADNEC a récemment mérité le droit d’accueillir cinq grandes conférences internationales, dont la quatrième édition du Congrès international 2014 de la World Heart Failure Society (Association pour l’insuffisance cardiaque), la 134e Conférence IATA 2014 de répartition des créneaux horaires, le Congrès 2014 de la SPWLA (Society of Petrophysicists and Well Log Analysts – Société des pétrophysiciens et des analystes de donnés diagraphiques), le Sommet mondial 2015 de la ville durable : Ecocity, et la Compétition World Skills 2017. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Expo 2020 renforce la confiance dans la croissance de Dubaï

Publié le 13/05/2014




À Dubaï, les hommes d’affaires semblent plus optimistes du fait qu’Expo 2020 attire de nombreux nouveaux projets qui renforcent considérablement la confiance des grandes sociétés.

Les milieux d’affaires à Dubaï ont été beaucoup plus optimistes au cours du premier trimestre 2014 qu’à la même période l’année dernière. L’optimisme est particulièrement grand dans les sociétés de fabrication et de services, selon l’enquête trimestrielle sur les entreprises réalisée par le ministère du Développement économique, ou DED.

L’indice composite de confiance des entreprises de Dubaï se situait à 135,5 points au trimestre terminé le 31 mars 2014, soit une augmentation de 22,4 points par rapport au même trimestre en 2013. Les nouveaux projets attendus du fait de l’organisation de l’Expo 2020 suscitent des perceptions positives.

Poursuivant la tendance du trimestre précédent, les perspectives des grandes sociétés continuent d’être plus favorables que celles des petites et moyennes entreprises, comme l’indique leurs indices correspondants de 141,6 et 126,4, respectivement. Les grandes sociétés sont plus optimistes que les PME pour chacun des paramètres évalués dans le cadre de l’enquête.

Au niveau sectoriel, l’optimisme quant aux prix de vente, aux volumes et aux nouvelles commandes est le plus grand dans le secteur manufacturier, alors que l’optimisme quant aux plans de recrutement et aux bénéfices nets est le plus grand parmi les sociétés de services.

Les prix de vente devraient en grande partie rester stables, 73 pour cent des personnes interrogées ne s’attendant à « aucun changement », tandis que sept pour cent d’entre elles anticipent une baisse due à une concurrence acharnée sur le marché, ainsi qu’à l’effet de ralentissement saisonnier qui est lié au deuxième trimestre.

Les prix devant en grande partie rester stables, les estimations de l’augmentation des revenus reposent essentiellement sur une augmentation escomptée du volume des ventes. Soixante trois pour cent des personnes interrogées prévoient une hausse du volume des ventes au cours du deuxième trimestre 2014, contre 54 pour cent l’année dernière.

En cohérence avec les anticipations concernant le volume de ventes, 62 pour cent des personnes interrogées prévoient une augmentation du nombre de nouvelles commandes au deuxième trimestre 2014. Pour ce qui est des bénéfices nets, 54 pour cent anticipent une augmentation grâce à l’amélioration de la demande pour leurs produits, tandis que 10 pour cent prévoient une baisse due à un ralentissement de la conjoncture et à un rétrécissement de la demande.

Les entreprises ayant participé à l’enquête sont plus optimistes en matière de recrutement que l’année dernière à la même époque, mais le sont moins par rapport au trimestre précédent. En effet, 30 pour cent d’entre elles ont l’intention d’augmenter leurs effectifs au cours du deuxième trimestre 2014, contre 23 pour cent pour la même période en 2013 et 39 pour cent au premier trimestre de cette année.

Le secteur manufacturier reste en tête en ce qui concerne les anticipations en termes de volumes vendus, 69 pour cent des entreprises escomptant une augmentation des volumes de ventes au trimestre prochain.

Au sein du secteur des services, les sociétés appartenant au sous-segment de la construction, de l’architecture et de l’immobilier sont extrêmement optimistes en ce qui concerne les volumes de ventes au deuxième trimestre 2014. Par contre, les anticipations sont moroses dans le segment de l’hôtellerie et de la restauration, principalement en raison de l’effet que l’été exerce sur le flux de touristes et les manifestations.

Les perspectives des entreprises de transport restent optimistes, 65 pour cent d’entre elles escomptant une amélioration du volume de ventes accentuée par la croissance démographique, l’intensification des activités de construction, une augmentation des échanges commerciaux (exportations et importations) et une économie en pleine expansion. Dans le secteur du commerce, les entreprises de bâtiment et de construction, ainsi que celles dont les activités touchent à l’alimentation et aux boissons, à l’électronique et à la fabrication de pièces automobiles détachées sont particulièrement optimistes en raison des nouveaux contrats attendus le trimestre prochain.

Le DED réalise tous les trimestres ces enquêtes qui constituent un outil efficace permettant de prendre le pouls des milieux d’affaires et offrant au gouvernement et au secteur privé la possibilité de suivre et d’analyser les grandes tendances et questions qui ont une influence sur l’activité économique à Dubaï.

Au total, 502 entreprises de Dubaï ont été couvertes par l’enquête au cours du premier trimestre 2014. On a demandé aux entreprises d’indiquer, pour des indicateurs clés tels que le produit des ventes, les prix de vente, les volumes vendus, les bénéfices et le nombre d’employés, si elles anticipaient une augmentation, une baisse ou aucun changement. – Khaleej Times – Pour en savoir plus, consulter : http://www.khaleejtimes.com/biz/inside.asp?xfile=/data/uaebusiness/2014/May/uaebusiness_May191.xml§ion=uaebusiness

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Dubai Investments International dirige les projets d’expansion du groupe dans le monde

Publié le 13/05/2014




Dubai Investments International, une filiale détenue à 100 % par Dubai Investments (DI), vise une expansion à l’étranger et exploite actuellement des opportunités commerciales en Afrique et en Asie.

Outre la création d’entreprises communes et de partenariats stratégiques en Afrique et en Asie, la société s’intéresse également à des projets commerciaux dans certains pays du Moyen-Orient, selon un communiqué publié par Dubai Investments.

La société en est à un stade avancé dans ses négociations avec des partenaires commerciaux potentiels en Libye et à Erbil (Kurdistan d’Irak), en vue de la construction d’une zone industrielle, commerciale et résidentielle semblable au Dubai Investments Park (DIP) ainsi que de la reproduction de ce modèle d’entreprise dans les pays respectifs.

DI International travaille également en étroite collaboration avec les autorités gouvernementales compétentes afin d’attirer des investissements, ainsi qu’avec d’autres sociétés internationales dans le but d’implanter des unités industrielles dans ces zones d’affaires.

Khalid Bin Kalban, directeur général et PDG de Dubai Investments PJSC, déclare : « La création de Dubai Investments International a été la première étape de notre stratégie visant à élargir notre présence mondiale dans les principaux marchés. Nos projets sont en place et nos négociations avec d’importants acteurs stratégiques ont atteint un stade avancé en ce qui concerne les possibilités d’investissement dans des secteurs diversifiés au sein de régions où nous sommes déjà présents ainsi que de nouvelles zones géographiques du monde, afin de consolider notre statut d’important acteur international. Nous sommes actuellement en train d’établir des agences et des bureaux de représentation dans des marchés stratégiques ». Et d’ajouter : « Nous entamons également la phase finale de nos négociations portant sur la reproduction du modèle d’entreprise performant de DIP et avons déjà reçu des invitations de différents pays. Nous ferons appel à notre expertise, à nos business plans et à nos outils de création de réseaux pour construire des complexes semblables dans d’autres pays encore. » Les exportations de DI ont augmenté de plus de 129 % au cours des cinq dernières années et les plans de croissance agressifs de DI International lui permettront de renforcer considérablement sa présence mondiale. Guidée par une vision mondiale, la société vise des investissements dans des entreprises existantes et nouvelles sur les marchés internationaux, celle-ci s’intéressant tout particulièrement à la région du Golfe, au Moyen-Orient et à l’Afrique.

DI International a été lancée en 2013, dans le cadre de la stratégie de DI visant à dynamiser ses opérations internationales et à renforcer sa position de conglomérat mondial. L’entité a pour mission de constituer un portefeuille international de divers actifs commerciaux qui couvrira un large éventail d’industries, en mettant en œuvre l’expertise, les connaissances et les modèles d’entreprise éprouvés de DI afin de promouvoir la croissance économique dans le monde entier. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Lubna Al Qasimi et Alan Duncan s’entretiennent de la coopération entre les E.A.U. et le Royaume-Uni sur le plan humanitaire

Publié le 02/05/2014


Cheikha Lubna bint Khalid Al Qasimi, ministre du développement et de la coopération internationale a rencontré Alan Duncan, secrétaire d’État britannique au développement international, à Londres en marge de la 7e réunion du groupe des Amis du Yémen.

Au cours de leur rencontre, les deux parties se sont entretenues des moyens de renforcer la coopération entre les E.A.U. et le Royaume-Uni en matière de développement international ainsi que des interventions humanitaires des deux pays en réponse aux diverses crises et catastrophes naturelles survenues dans le monde.

Dans les propos qu’elle a tenus lors de la réunion, Cheikha Lubna a réitéré que les E.A.U. souhaitent encourager les efforts internationaux visant à renforcer le développement de tous les secteurs dans les pays en développement et les collectivités vivant dans la pauvreté, sur la base des directives des dirigeants du pays qui ont permis aux E.A.U. de se classer en tête des donateurs d’aide publique au développement (APD) les plus généreux en 2013, selon le Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les deux parties ont également abordé la question des réfugiés syriens et des efforts déployés par les deux pays en vue d’aider à accueillir des couturiers et de fournir une aide au développement ainsi que des secours humanitaires au Yémen et à d’autres pays.

Pour sa part, M. Duncan a insisté sur l’importance des liens historiques solides qui existent entre les E.A.U. et le R.-U. et salué les efforts mis en œuvre par les E.A.U afin de répondre de manière positive et efficace aux crises humanitaires et de renforcer le développement international. – Agence de presse des Émirats, WAM – Pour en savoir plus, consulter :

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les femmes ingénieurs d’Etihad Airways assistent à la Conférence internationale des femmes dans l’aviation

Publié le 15/04/2014



Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats Arabes Unis, a reconnu ses dix meilleures femmes ingénieurs stagiaires en leur donnant la possibilité d’assister à la 25e Conférence internationale des femmes dans l’aviation, qui s’est tenue à Orlando (Floride).

La conférence a été organisée par Women in Aviation International, un organisme à but non lucratif qui se consacre à soutenir les femmes qui souhaitent faire carrière dans le secteur compétitif de l’aviation et de l’aéronautique.

Cette année, la conférence avait pour thème : « Honorer le passé, orienter le présent, et ensemencer pour l’avenir ». Plus de 4 500 participantes ont assisté aux sessions et aux ateliers qui se sont déroulés sur une période de trois jours.

Les conférencières principales étaient des femmes enthousiasmantes venues des milieux les plus divers, y compris des astronautes, des aventurières, des ingénieurs, des auteurs et des pilotes. Les stagiaires d’Etihad ont non seulement participé aux sessions et aux ateliers, mais elles ont pu dialoguer avec des femmes du monde entier spécialisées dans l’aviation.

Les représentantes d’Etihad Airways ont visité le Centre spatial Kennedy et la prestigieuse université aéronautique Embry-Riddle, où elles ont rencontré les doyens des facultés d’ingénierie et d’aviation.

Ray Gammel, responsable des ressources humaines (Chief People and Performance Officer) d’Etihad Airways, a déclaré : « Développer les capacités, les compétences et les connaissances des jeunes Émiriens souhaitant faire carrière dans l’industrie de l’aviation a toujours été au premier rang de nos priorités.

Nous sommes fiers des réalisations individuelles et collectives de ces jeunes Émiriennes de talent et nous sommes persuadés qu’elles continueront d’être motivées et inspirées pour poursuivre leur cheminement vers une longue et enrichissante carrière d’ingénieurs en aéronautique. » Le programme d’études supérieures en ingénierie d’Etihad Airways est actuellement proposé en partenariat avec les Instituts supérieurs de technologie et l’Al Ain International Aviation Academy, et permet aux stagiaires d’obtenir une licence B1 (ingénierie cellule et moteurs) ou B2 (avionique) en technologie aéronautique. Ce programme est accrédité à la fois par l’EASA et la GCAA.

Etihad Airways compte actuellement 252 ingénieurs stagiaires, dont 28 femmes, qui suivent ce programme. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le Centre Kennedy fait honneur à Quincy Jones et Badr Jafar pour avoir « rapproché les cultures »

Publié le 04/04/2014




Jafar et Jones ont fondé conjointement la société de production de musique Global Gumbo Group (G3), dans le but de promouvoir et de mettre en valeur les talents musicaux des artistes du Moyen-Orient.

L’entrepreneur émirien Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises, et le producteur de musique et artiste de jazz légendaire Quincy Jones, ont été honorés par le Centre Kennedy pour les arts de la scène pour avoir œuvré en faveur du rapprochement des cultures par la musique et le théâtre.

Jafar et Jones ont fondé conjointement la société de production de musique Global Gumbo Group (G3), en vue de promouvoir et de mettre en valeur les talents musicaux des artistes du Moyen-Orient. Par le biais de cette première grande initiative, lancée en 2011, G3 a sorti, au profit d’œuvres caritatives, le single arabe Tomorrow/Bokra qui est interprété par 24 artistes de 16 pays arabes. Ce single, numéro un dès sa sortie, est resté en tête du hit-parade Virgin des meilleurs titres internationaux et arabes pendant cinq semaines consécutives.

Le duo s’est vu décerner la prestigieuse médaille d’or des arts du Centre Kennedy pour les arts de la scène lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à Dubaï, un honneur qui, espèrent-ils, attirera l’attention sur le pouvoir de la « diplomatie culturelle » du point de vue du rapprochement des pays.

« Les arts fournissent une langue commune et sont seuls capables de transcender les frontières, de promouvoir la compréhension transculturelle et de changer les attitudes », a affirmé Jafar. « J’espère non seulement encourager les talents régionaux, mais les faire connaître sur la scène internationale, afin de répondre aux besoins de notre société et de rapprocher les cultures de manière unique et enrichissante », a-t-il ajouté.

Et Jafar de constater : « Le gouvernement émirien a apporté un soutien phénoménal aux arts et à la culture et, avec la désignation cette année de la capitale de l’émirat de Sharjah comme Capitale de la culture islamique, l’organisation dans six ans de l’Exposition universelle par l’émirat de Dubaï et l’ouverture de nouveaux musées d’arts de classe internationale à Abu Dhabi dans les prochaines années, j’attends avec beaucoup d’intérêt ce que nous réserve l’avenir sur le plan de l’économie culturelle du pays et de la région. »

Quincy Jones a affirmé : « Je suis un ardent défenseur de la musique et des arts, qui constituent un atout puissant pour le rapprochement des peuples et des cultures. Je crois fermement que les arts et l’éducation artistique sont d’importants éléments pour jeter les bases d’un avenir meilleur. Les arts sont une nourriture spirituelle. »

L’année dernière, G3, en collaboration avec le World Trade Centre du gouvernement de Dubaï, a organisé la Dubai Music Week (la Semaine musicale de Dubaï), première convention de l’industrie musicale du Moyen-Orient, qui a attiré plus de 35 000 participants. Le programme de la Dubai Music Week 2014 devrait être annoncé cette semaine.

Jafar participe en outre activement au développement des activités théâtrales dans la région et a fondé en 2011 l’Académie de théâtre du Moyen-Orient (Middle East Theatre Academy -META), organisation à but non lucratif, en collaboration avec Kevin Spacey, acteur plusieurs fois récompensé aux Oscars, et la Fondation Kevin Spacey. Il a également été nommé membre du Cercle des amis du Guggenheim Moyen-Orient et du Cercle des amis du directeur artistique de l’Old Vic Theatre Trust. – Khaleej Times – Pour en savoir plus, consulter : http://www.khaleejtimes.com/nation/inside.asp?xfile=/data/entertainmentnation/2014/April/entertainmentnation_April2.xml§ion=entertainmentnation

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les présentations financières d’Etihad Airways attirent des banquiers et financiers de grande envergure provenant de New York et de Londres

Publié le 28/03/2014


Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, vient d’organiser une nouvelle édition de ses présentations financières à grand succès, à New York et à Londres, attirant un nombre record d’invités.

Dirigées par James Hogan (PDG d’Etihad Airways), avec l’aide de James Rigney (directeur financier) et de Ricky Thirion (trésorier du groupe), ces présentations ont accueilli plus de 400 personnes, dont un grand nombre des plus grands établissements, bailleurs et autres partenaires importants dans le monde.

Ces présentations, effectuées tous les ans dans de grands centres financiers mondiaux et régionaux, notamment à New York, Londres et Sydney, constituent pour la compagnie aérienne l’occasion idéale d’informer les plus grands financiers mondiaux sur sa stratégie d’expansion, ainsi que sur le renforcement de ses liens existants.

Etihad envisage de réunir 2 milliards de dollars pour financer sa flotte aérienne en 2014, avec notamment son premier A380 et son premier Boeing 787.

Selon James Hogan : « Etihad Airways a pour but d'étendre ses relations avec des établissements financiers situés dans des marchés du monde entier qui, à leur tour, joueraient un rôle crucial dans l'agrandissement du réseau mondial et de la flotte aérienne de la compagnie.

Les établissements financiers considèrent Etihad Airways comme un partenaire solide, financièrement stable, avec d’excellents antécédents en matière de sécurité. Nous sommes toujours prêts à passer du temps avec eux pour communiquer nos tous derniers développements. » Au début du mois, Etihad Airways a annoncé un bénéfice net record de 62 millions de dollars en 2013, soit une hausse de 48 %, marquant ainsi la troisième année successive de rentabilité nette. De plus, l’an dernier, la compagnie avait enregistré des revenus de plus de 6 milliards de dollars.

Etihad a réuni plus de 8 milliards de dollars de fonds, provenant de 68 établissements financiers, au cours 10 années passées, afin de financer ses avions et ses moteurs. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Dubai Investments va augmenter son plafond d’appartenance étrangère

Publié le 25/03/2014


Dubai Investments projette d’augmenter la limite d'appartenance étrangère de ses actions, pour la porter à 35 % de son capital total, a annoncé l'entreprise dimanche.

Les investisseurs étrangers possèdent maintenant 13,7 % des actions de Dubai Investments, sur un total de 20 % autorisés, d’après les données de la bourse. Les actionnaires de la société, notamment le fonds souverain Corp of Dubai, qui détient 11,5 % de parts, voteront concernant cette proposition lors de la réunion du 15 avril, a indiqué l’entreprise. Cette proposition fait suite à une démarche similaire de la part d’autres entreprises cotées à Dubaï, telles que Deyaar, Union Properties et Mashreq. – Khaleej Times – Pour en savoir plus : http://www.khaleejtimes.com/biz/inside.asp?xfile=/data/uaebusiness/2014/March/uaebusiness_March367.xml§ion=uaebusiness

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les investissements émiriens dans le secteur de l’immobilier de Dubaï ont dépassé ceux du Pakistan, de la Chine, de l’Iran, des États-Unis, du Canada, de la France et de l’Allemagne réunis

Publié le 11/03/2014



D’après un rapport officiel récemment publié, les transactions opérées en 2013 par les investisseurs émiriens dans le secteur de l’immobilier de Dubaï ont dépassé les transactions des sept plus grands pays investisseurs étrangers réunis, à savoir le Pakistan, la Chine, l’Iran, les États-Unis, le Canada, la France et l’Allemagne.

Le nombre total de 5 424 investisseurs émiriens représente des investissements d’un montant total de 24 727 milliards de dirhams, alors que le montant total des transactions opérées par sept pays étrangers s’élève à 23 157 milliards de dirhams, répartis comme suit : Pakistan (8 635 milliards de dirhams), Chine (1 345 milliards de dirhams), Iran (5 529 milliards de dirhams), États-Unis (2 194 milliards de dirhams), Canada (2 934 milliards de dirhams), France (1 397 milliards de dirhams) et Allemagne (1 123 milliards de dirhams).

On a attiré l’attention sur de nombreuses autres statistiques concernant les investissements immobiliers alors que Dubaï s’apprête à accueillir, du 8 au 10 avril 2014, la dixième édition du Salon international de l’immobilier (IPS), auquel participeront 80 pays.

Le salon présentera 300 exposants, dont 60 % sont des promoteurs immobiliers et 40 % exercent leurs activités dans des secteurs liés à l’immobilier.

« Le fait que 5 424 investisseurs émiriens ont réalisé de plus grosses transactions que les 14 853 investisseurs étrangers provenant de grands pays investisseurs prouve que le secteur de l’immobilier attire autant les investisseurs locaux qu’étrangers », a déclaré Sultan Butti bin Mejren, directeur général du Dubai Land Department. C’est un signe positif que le marché immobilier émirien soit poussé par des investissements locaux. Dubaï est aujourd’hui plus que jamais une destination privilégiée par des gens de différentes nationalités pour ce qui est du mode de vie et des investissements ». Et celui-ci d’ajouter : « Les E.A.U. sont extrêmement bien placés pour mieux réussir encore dans le secteur immobilier, qui est une force économique majeure. Nous l’avons appris à nos dépens et sommes aujourd’hui plus avisés et par conséquent mieux équipés pour exceller, notamment à l’approche de l’Expo 2020. L’IPS 2014 sera à notre avis une manifestation exceptionnelle du fait que le marché florissant se traduira incontestablement par un nombre accru d’exposants, de marchés conclus et de visiteurs. Ayant adopté des lois plus transparentes et des règlementations plus strictes, nous avons le sentiment d’être sur la bonne voie ».

Dawood Al Shezawi, PDG de Strategic Marketing '&' Exhibitions, l’organisateur du Salon international de l’immobilier, a affirmé : « L’hésitation parmi les investisseurs étrangers disparaît progressivement et Dubaï reprend sa position de centre d’activité important en matière d’immobilier. L’émirat accueille et organise des manifestations de premier ordre se rapportant à ce secteur. Il est suffisamment clair que les E.A.U. en général, et Dubaï en particulier, jouissent d’un avenir très prometteur et d’un énorme potentiel de croissance. Nous avons dévoilé 12 projets régionaux importants lors de l’édition précédente de l’IPS et prévoyons d’en annoncer un bien plus grand nombre au salon de 2014. Nous pensons que la dixième édition de l’IPS marquera un tournant dans l’histoire du salon puisque plus de 20 000 visiteurs devraient s’y rendre pour dialoguer avec des promoteurs immobiliers de premier plan. » – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Abu Dhabi est en passe de devenir un pôle aéronautique et spatial mondial

Publié le 07/03/2014




Abu Dhabi est en passe de devenir un pôle aéronautique et spatial mondial fournissant un produit fini à des constructeurs d’avions tels que Boeing et Airbus, a affirmé Badr Al Olama, PDG de Strata Manufacturing, une usine de fabrication de structures aéronautiques et spatiales basée à Al Ain.

Al Olama s’exprimait mercredi sur la situation actuelle ainsi que sur sa vision future de l’industrie aéronautique et spatiale aux E.A.U., à l’occasion de l’édition 2014 du Global Financial Market Forum (Forum mondial des marchés financiers).

« Abu Dhabi connaît un essor indubitable et nous souhaitons qu’elle devienne la prochaine Seattle dans le domaine aéronautique et spatial. On attirera ainsi de nombreuses PME (petites et moyennes entreprises), et [les bénéfices tirés de l’industrie aéronautique et spatiale] pourraient se répercuter sur les autres secteurs », Al Olama a-t-il confié à Gulf News.

Il a ajouté que l’industrie aéronautique et spatiale attire une grande attention parce qu’elle est au diapason avec la Vision 2030 d’Abu Dhabi.

« La Vision 2030 d’Abu Dhabi repose sur neuf piliers différents, dont six sont concrétisés par l’industrie aéronautique et spatiale, qui est véritablement basée sur la connaissance », a observé Al Olama.

En l’état actuel des choses, l’usine de fabrication d’Abu Dhabi, Strata Manufacturing, fournit des pièces d’avions à des constructeurs mondiaux, tels que Boeing et Airbus. La société est passée d’un milliard de dollars d’engagements de la part de Boeing en 2009 à des engagements d’une valeur de 7 milliards de dollars de la part de Boeing et Airbus cette année.

Comptant actuellement un effectif de 650 personnes, l’industrie aéronautique et spatiale pourrait potentiellement créer 10 000 nouveaux emplois à Abu Dhabi dans les prochaines années, a constaté Al Olama.

« Nous sommes devenus aujourd’hui un fournisseur stratégique. Nous aimerions que les E.A.U. deviennent dans les prochaines années un fournisseur de premier rang de Boeing et d’Airbus en leur proposant un produit fini », a déclaré le PDG.

Al Olama a conclu son discours adressé au Forum en faisant part de sa vision : il aimerait que tous les avions du monde soient construits avec des pièces fabriquées à Abu Dhabi. – Gulf News – Pour en savoir plus, consulter : http://gulfnews.com/business/aviation/abu-dhabi-to-become-global-aerospace-hub-1.1299893

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le canal de Dubaï va transformer Al Safa en un quartier très fréquenté en matière d’hôtellerie et de restauration

Publié le 07/03/2014




Le projet du canal de Dubaï qui a commencé à prendre forme près du parc Al Safa transformera les 3 kilomètres qui séparent Business Bay et Jumeirah Beach en un des quartiers les plus recherchés de Dubaï.

Avec ses promenades en bord de mer, quatre hôtels de premier ordre, y compris un bâtiment en forme de croissant et 450 restaurants, ce quartier sera transformé en un centre de l’hôtellerie et de la restauration.

Une fois construit, le canal de Dubaï, d’un coût de 2 milliards de dirhams, prolongera la crique de 3 kilomètres et transformera Bur Dubai en une sorte d’île.

La crique de Dubaï, qui s’étend actuellement sur 23,8km, part d’Al Shindagha à Bur Dubai et traverse la réserve naturelle de Ras Al Khor pour se terminer à Business Bay.

« Le projet va complètement changer la nature de ce secteur. Le quartier sera transformé en un centre très recherché en matière d’immobilier de prestige, de loisirs et de tourisme », a observé Nabil Mohammad Saleh, directeur de la Direction des routes et des transports.

Le parc Al Safa, qui constitue l’épicentre du projet, accueillera un centre commercial de 50 000 mètres carrés, six kilomètres de plage, ainsi qu’un sentier pédestre tentaculaire couvrant une superficie de 80 000 mètres carrés et une aire de loisirs.

Le projet prévoit également deux pistes distinctes, l’une pour le footing et l’autre pour le cyclisme, ainsi que des équipements de loisirs pour enfants.

En plus des trois ponts routiers, quatre passerelles, dont l’une abriant un souk itinérant, franchiront le canal.

De 80 à 120 mètres de large, suivant les endroits, le canal sera bordé des deux côtés de divers centres commerciaux et de loisirs et quartier résidentiels.

On prévoit plusieurs stations de transport maritime, ainsi que des jetées, à divers endroits le long des deux rives de la crique, afin d’améliorer les services de transport maritime de la ville.

Le complexe, dont l’achèvement est prévu pour septembre 2016, devrait dynamiser le tourisme à Dubaï avec une fréquentation estimée à 22 millions de visiteurs. – Gulf News – Pour en savoir plus, consulter : http://gulfnews.com/news/gulf/uae/dubai-canal-to-turn-al-safa-into-hospitality-hotspot-1.1299821

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Sharjah construit un nouvel hôtel, l’Expo Hotel

Publié le 07/03/2014


United Investment et la Chambre de commerce et d’industrie de Sharjah (SCCI) ont signé un accord portant sur la construction d’un hôtel nommé « Expo Hotel Sharjah », à un coût de plus de 100 millions de dirhams, dans le but de desservir les divers secteurs de l’émirat et les participants aux nombreuses manifestations organisées au Centre des expositions.

L’accord a été signé par Cheikh Sultan bin Ahmed Al Qasimi, qui représentait United Investment, et Ahmed Al Midfaa, président de la SCCI, en présence de membres du Conseil d’administration de la SCCI, Hussain Al Mahmoudi, directeur général de la SCCI, et Khalifa Al Shaibani, directeur général de United Investment.

Cheikh Sultan bin Ahmed Al Qasimi a souligné l’importance de ce projet, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des directives de Son Altesse Cheikh Dr Sultan bin Muhammad Al Qasimi, Membre du Conseil suprême des E.A.U. et Souverain de Sharjah, portant sur la construction d’installations de service.

Le premier du genre à Sharjah, cet hôtel de 200 chambres sera construit selon les normes les plus rigoureuses et satisfera aux exigences touristiques et économiques de l’émirat, selon Cheikh Sultan bin Ahmed Al Qasimi.

Pour sa part, Ahmed Al Midfaa a souligné l’importance du partenariat entre United Investment et la SCCI, notant qu’il aboutirait à l’ajout d’un nouvel ouvrage d’art aux nombreux accomplissements touristiques et économiques remarquables de Sharjah, qui visent tous à servir les résidents et les visiteurs de l’émirat.

Il a signalé que le projet témoignait de l’énorme succès des manifestations qui avaient eu lieu à Sharjah, que ce soit au Centre des expositions ou ailleurs, et qui avaient attiré des participants et des visiteurs du monde entier.

Affirmant également l’importance de l’Expo Hotel Sharjah, Khalifa Al Shaibani a indiqué que les détails du projet seraient révélés lors de l’Arabian Travel Market (Marché du voyage arabe) qui se tiendra à Dubaï, avant que les travaux de construction ne commencent.

Il a ajouté que l’hôtel, qui sera situé, crucialement, près du Centre des expositions de Sharjah, apporterait une valeur touristique à l’émirat et ferait partie d’un système intégré de services visant à renforcer l’image de dynamisme que Sharjah projette dans le monde entier. – Emirates 24/7 – Pour en savoir plus, consulter : http://www.emirates247.com/business/economy-finance/sharjah-to-build-expo-hotel-2014-03-05-1.540559

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Emirates commence à proposer des vols à destination de Chicago

Publié le 25/02/2014




La compagnie aérienne Emirates a annoncé hier qu’elle inaugurera le 5 août 2014 un vol quotidien à destination de l’aéroport international O’Hare de Chicago, Terminal 5.

Ce service sera assuré par un Boeing 777-200LR équipé de moteurs GE90.

Chicago deviendra la neuvième porte d’entrée aux États-Unis de la compagnie aérienne, suivant de près le lancement des vols Emirates à destination de Boston (Massachusetts), le 10 mars 2014.

Tim Clark, président de la compagnie aérienne Emirates, a déclaré : « Chicago est depuis longtemps une destination nord-américaine qu’Emirates souhaite desservir. Tout comme Dubaï, Chicago, ville d’une grande diversité culturelle, est l’une des principales plaques tournantes mondiales en matière de commerce et de transport, et le moteur économique de sa région. Nous nous réjouissons à la perspective de pouvoir établir un pont d’échanges commerciaux direct entre ces deux grandes villes et, via notre plateforme de correspondances de Dubaï, d’assurer aux passagers et aux expéditeurs de la région de Chicago une liaison plus efficace avec 125 destinations réparties sur six continents, grâce à notre réseau international au-delà de Dubaï. C’est une très bonne nouvelle pour le commerce et le tourisme des deux villes, et pour les emplois dans ces deux domaines, ainsi que pour les consommateurs qui jouiront d’un plus grand choix de produits à des prix concurrentiels. »

Le maire de Chicago, Rahm Emanuel, a déclaré : « Chicago souhaite la bienvenue dans la ville à Emirates, l’une des plus grandes compagnies aériennes du monde ».

« Les liaisons aériennes sont d’une importance capitale pour le commerce et l’industrie, et les vols quotidiens directs opérés par Emirates à destination de Dubaï ne feront que renforcer notre connectivité mondiale et nous permettront de progresser vers la réalisation de notre objectif d’accueillir 55 millions de visiteurs d’ici à 2020, ce qui à son tour contribuera à la création d’emplois non seulement à l’aéroport mais dans tous les secteurs liés au tourisme, à l’hôtellerie et à la restauration à Chicago, » a-t-il ajouté.

Chicago est également un important centre de conventions abritant un grand nombre des plus grandes sociétés nord-américaines, dont Boeing, qui est un partenaire-fournisseur très important d’Emirates. Emirates est le premier exploitant de Boeing 777 du monde, avec une flotte actuelle de 122 Boeing 777 modèles passagers et 10 version fret. La compagnie est également le client de lancement du nouveau Boeing 777X, ayant placé, en novembre 2013, la plus grosse commande de l’histoire commerciale de l’aviation, à savoir 150 appareils représentant une valeur de 76 milliards de dollars.

Le nouveau service sera assuré sous le numéro de vol EK 235 et partira de l’aéroport international de Dubaï à 9h45 pour arriver à 15h25 à Chicago. Le vol retour, EK 236, partira d’O'Hare à 20h35 pour arriver à Dubaï à 19h10 le lendemain.

À bord, les passagers jouiront du service réputé assuré par Emirates et son équipage multilingue représentant plus de 120 pays, de son service de restauration gastronomique à bord, de son service de divertissement en vol plusieurs fois primé, de ses grands écrans numériques « ice » proposant jusqu’à 1 600 chaînes cinéma, de télévision, de musique et de podcasts, dans un agencement offrant trois niveaux de confort : 8 suites privées première classe, 42 suites classe affaires et 216 sièges en classe économique.

En plus des passagers, l’appareil transportera jusqu’à 17 tonnes de fret afin d’augmenter encore les possibilités de commerce entre Dubaï et Chicago. Emirates assure déjà deux fois par semaine un service spécial de transport de fret à destination de Chicago qui, en 2013, a acheminé près de 7 400 tonnes de marchandises au départ de la ville et plus de 4 200 tonnes à destination de celle-ci.

Les États-Unis et les E.A.U. entretiennent des liens commerciaux et politiques étroits. En 2012, les exportations des États-Unis vers les E.A.U. ont atteint un niveau record de 22,5 milliards de dollars, inégalé par les autres pays du Moyen-Orient, qui représente une hausse de 42 % par rapport à 2011. Les Boeing commandés par Emirates constituaient une proportion importante de ces exportations à destination des E.A.U. En 2012, l’Illinois a exporté pour 364 millions de dollars de marchandises et de services vers les E.A.U., dont des véhicules et du matériel de construction assurant l’emploi de près de 3 500 personnes dans cet état. – Emirates 24/7 – Pour en savoir plus, consulter : http://www.emirates247.com/business/corporate/emirates-to-begin-chicago-flights-2014-02-24-1.539307

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le ministère de l’Économie signe un protocole d’accord avec KIPO (basé à Séoul) afin de renforcer la coopération dans le domaine de la propriété intellectuelle

Publié le 11/02/2014




Séoul : Le ministère émirien de l’Économie (ME) a signé avec l’Office coréen de la propriété intellectuelle (KIPO), basé à Séoul, un protocole d’accord visant à renforcer la coopération dans le domaine de la propriété intellectuelle afin d’améliorer l’infrastructure du monde des affaires aux E.A.U.

Le protocole d’accord a été signé par Mohammed Ahmed Bin Abdul Aziz Al Shehhi, Sous-secrétaire au ministère de l’Économie, et Kim Young-Min, commissaire de KIPO, lors d’une réunion officielle organisée au siège de KIPO à Séoul.

Cet accord complète un précédent protocole d’accord signé par le ME et KIPO en 2010. Le récent accord oblige le ME et KIPO à renforcer leur collaboration sur le plan de l’élaboration de systèmes de propriété intellectuelle aux E.A.U. et à prendre l’engagement d’examiner en profondeur les demandes de brevet internes aux E.A.U.

Aux termes de l’accord, une équipe technique de KIPO se rendra aux E.A.U. afin d’examiner les demandes de brevet déposées auprès du ministère de l’Économie. Au total, 2 200 demandes devraient être traitées d’ici la fin de l’année. L’accord facilitera également la création d’un Service des brevets au sein du ministère de l’Économie, conformément aux normes internationales. Ce service contribuera à améliorer la sensibilisation à la propriété intellectuelle et aux brevets sur l’ensemble des E.A.U., tout en facilitant l’échange d’informations sur les pratiques et les systèmes relatifs à la propriété intellectuelle. Le service lancera également aux E.A.U. des programmes et des cours de formation sur les brevets.

Mohammed Ahmed Bin Abdul Aziz Al Shehhi, Sous-secrétaire au ministère de l’Économie, a déclaré : « Ce protocole d’accord, tout comme d’autres conventions internationales similaires, souligne la conviction des E.A.U. quant au rôle capital que la propriété intellectuelle joue dans le monde des affaires en permettant l’innovation, le développement d’une économie forte, la promotion du développement durable et l’attraction d’investissements étrangers.

« Assurer la protection de la propriété intellectuelle et industrielle est, pour tout pays, une question d’intégrité. Les E.A.U. sont salués comme le pionnier de la protection des droits de propriété intellectuelle dans la région. Par le biais de notre accord avec KIPO, le ministère de l’Économie continuera de stimuler les efforts déployés par les E.A.U. afin de devenir un pôle régional en matière de dépôts de brevets dans l’intérêt des entrepreneurs, des inventeurs et des innovateurs de toute la région. » Al Shehhi a observé que le ministère de l’Économie vise, en accord avec la Vision 2021 des E.A.U., à renforcer l’environnement commercial à travers l’élaboration de systèmes administratifs, de lois et de règlementations permettant d’établir une économie compétitive et durable dirigée par des talents nationaux qualifiés. L’engagement des E.A.U. a été formulé pour la première fois dans l’accord signé lors de leur adhésion à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) en 1974. Depuis lors le pays a confirmé son engagement en signant plusieurs accords internationaux similaires.

S’exprimant au sujet des relations mutuelles entre les deux pays, Al Shehhi a déclaré : « Aujourd’hui les relations bilatérales entre les E.A.U. et la Corée du Sud ont été considérablement renforcées dans les domaines économique, politique et culturel.

Sous les directives du Président, Son Altesse Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, nos dirigeants avisés tiennent à porter ce partenariat solide à un niveau supérieur afin de renforcer la coopération dans les domaines de l’économie et des investissements. Au titre de cette priorité, un Comité mixte E.A.U.-Corée du Sud a été créé dès juin 2007, sa première réunion ayant eu lieu à Abu Dhabi. La quatrième réunion du Comité, qui est prévue fin avril, sera présidée par Sultan Bin Saeed Al Mansouri, ministre de l’Économie. Kim Young Min, Commissaire de l’Office coréen de la propriété intellectuelle a déclaré : « Les E.A.U. se sont forgé une réputation crédible pour leurs efforts déployés sur le plan de la propriété intellectuelle dans le cadre de leur engagement de créer un environnement commercial favorable qui puisse être considéré comme l’un des meilleurs du monde quant à la facilité d’y faire des affaires. KIPO mobilisera son potentiel et ses services afin d’apporter son soutien aux E.A.U. en envoyant dans le pays des conseillers, des experts et des techniciens éminents qui seront chargés d’examiner les technologies industrielles précédentes et de procéder à un examen approfondi des demandes de brevets déposées auprès du ministère de l’Économie ». Khalfan Al Suwaidi, Directeur de la propriété industrielle au ministère de l’Économie, a affirmé que le ministère tient à choisir le bon partenaire stratégique pour ce qui est de l’examen des brevets. « Nous avons évalué plusieurs pays qui ont une expérience dans ce domaine et choisi l’Office coréen de la propriété intellectuelle en raison de sa riche expérience et de ses solides connaissances, outre le fait qu’il est le meilleur en ce qui concerne les aspects techniques du processus. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le plan-cadre du village de l’Exposition sera prêt d’ici à 2015

Publié le 31/01/2014




Un auvent en toile fonctionnant à l’énergie solaire tiendra les visiteurs du site de l’Expo 2020 à l’ombre pendant la journée, tandis que le toit revêtu de panneaux photovoltaïques s’éclairera la nuit pour la présentation de spectacles numériques frappants, ont affirmé les hauts responsables chargés de la planification de l’exposition universelle.

Alors qu’ils travaillent sur les détails du site, les organisateurs ont, mercredi, dernier jour de la conférence Destination Dubaï 2020, attiré l’attention des participants sur la marche à suivre.

Les travaux de construction commenceront après 2015 sur le site de 438 hectares situé à Djebel Ali, lequel abritera également le village de l’Expo.

Les efforts porteront cette année sur l’établissement d’un plan-cadre qui doit être présenté avant la fin du troisième trimestre 2015 au Bureau international des expositions (BIE), l’organisme qui supervise les expositions universelles.

« Le souk arabe est au cœur du plan-cadre et le thème du souk conférera un éclat sensationnel à l’expo », a déclaré Christopher Scott, le directeur des investissements et du développement au Dubai World Trade Centre.

Trois zones principales seront consacrées aux thèmes de l’Expo : opportunité, mobilité et durabilité.

« La place centrale Al Wasl tire son nom de l’ancienne désignation arabe de Dubaï, qui signifie « le lien ». De plus petits pavillons seront situés dans le souk », a-t-il observé.

« Un énorme travail de planification a été accompli pour en arriver à ce stade. Nous entrons maintenant dans la phase suivante de la planification.

« Nous commencerons la construction après 2015, mais certains des aménagements nécessaires au niveau des infrastructures, tels que l’extension de la ligne de métro, pourraient débuter plus tôt. Notre objectif est de tout terminer un an à l’avance afin de disposer de suffisamment de temps pour procéder à des essais sur le lieu de l’Expo. »

La station de métro se situera dans un nouveau centre commercial afin de pouvoir desservir le complexe.

Environ 2 100 appartements formeront partie du village de l’Expo, qui ressemblera à un village olympique.

Ceux-ci seront vendus ou loués ultérieurement sur le marché libre », a jouté M. Scott.

« Les bâtiments permanents, dont ces appartements feront partie, seront très peu nombreux pour éviter que le site ne devienne un complexe coûteux et inutile. »

Le respect des exigences de contenu local était essentiel, a observé Daniel Hajjar, directeur général chez HOK Moyen-Orient et Afrique, la société chargée de la conception du site.

« Nous avons fait usage de l’architecture traditionnelle, comme les souks, a-t-il déclaré, mais il nous fallait aussi affirmer l’identité de Dubaï comme ville désireuse de se faire un nom. Le site pourra véritablement devenir un pôle d’attraction pour la partie sud de la ville. »

L’espace sera occupée par des banques, des centres médicaux et des aires de restauration.

Au titre du thème principal de durabilité, la plupart des constructions, y compris les pavillons, seront réutilisés pour créer un centre d’expositions et de conférences, une université et un musée national dédié à l’Exposition universelle.

« Dès le début du travail de conception, les paramètres étaient très clairs », a observé M. Hajjar.

« Nous savions que les installations allaient devoir être réadaptées et réutilisées et que cela serait d’une importance primordiale. L’exposition universelle demeure dans une ville six mois, mais ce qu’il en reste est un héritage. »

L’auvent protégera les visiteurs du soleil la journée et les panneaux photovoltaïques qu’il comporte produiront 50 pour cent des besoins énergétiques du site.

Environ 30 000 bénévoles devront être recrutés pour aider à assurer les services voulus sur ce site qui accueillera 300 000 personnes par jour. Ces bénévoles viendront s’ajouter aux 275 000 emplois créés dans divers secteurs, dont ceux des transports, de la restauration et de l’hôtellerie.

Pas moins de 182 pays devraient participer à l’exposition.

La prochaine étape importante sera la construction du pavillon des E.A.U. pour l’exposition de Milan l’année prochaine.

De longs murs ondulants et crépis, de 12 mètres de haut, évoqueront les dunes de sable de la région. Une salle de théâtre tournante et une oasis formeront partie du pavillon spectaculaire prévu pour l’exposition universelle italienne.

La narration orale constitue un élément essentiel de ce que proposent les E.A.U., a observé Peter Vine, directeur du projet du pavillon des E.A.U. à Milan.

« Le pavillon célébrera les E.A.U. et relatera l’histoire de leur essor remarquable. Les visiteurs rencontreront également des ambassadeurs émiriens qui serviront de canaux pour la narration d’histoires racontant le développement des E.A.U. » – The National. Pour en savoir plus, consulter : http://www.thenational.ae/uae/tourism/master-plan-of-expo-village-ready-by-2015#ixzz2rrGbgHuz

Suivez-nous : @TheNationalUAE sur Twitter | thenational.ae sur Facebook

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Dubai Expo 2020 pourrait permettre à l’émirat de réaliser des gains exceptionnels

Publié le 28/01/2014


Selon les experts, l’organisation par Dubaï de l’Exposition universelle de 2020 permettra des gains financiers exceptionnels qui contribueront à la croissance de l’économie. Ces gains seront stimulés par l’afflux attendu de 25 millions de touristes, ainsi que par les nouveaux investissements liés aux préparatifs de la ville en vue de l’accueil de la manifestation.

Dubai World Expo 2020 sera la première exposition universelle à se tenir dans la région MENASA (Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie du Sud) et coïncidera avec le 50e anniversaire de la fondation des E.A.U. « Pour la première fois dans l’histoire de l’Exposition universelle, pas moins de 70 pour cent des 25 millions de visiteurs attendus seront internationaux – provenant d’au-delà du pays d’accueil. Cela est important parce que Dubai Expo 2020 offrira des possibilités à la fois au monde développé et aux pays en développement » a observé Helal Saeed Al Marri, directeur général du Département du tourisme et du marketing commercial de Dubaï dans une interview accordée à MEED.

Al Marri prononcera le principal discours d’ouverture de Destination Dubaï 2020, la première conférence ayant pour objet de déterminer de façon exhaustive les opportunités et les défis qui se présentent à Dubaï à l’approche de cette manifestation extrêmement importante.

Cette allocution sera suivie d’un exposé présenté par Khalifa Al Zaffin, président exécutif de la Dubai Aviation City Corporation, qui donnera un aperçu du plan directeur de Dubai World Central et affirme : « Dubai World Central est un projet d’aménagement urbain spécialement conçu et futuriste qui est appelé à transformer la région en une superpuissance économique. Le complexe, qui a déjà vu l’aménagement de l’Aéroport international Al Maktoum, en passe de devenir le premier aéroport du monde, est également le domicile permanent du Salon de l’aéronautique de Dubaï et le site de l’Exposition universelle 2020. Je suis persuadé que l’esprit d’entreprise et la clairvoyance visionnaire qui ont été les caractéristiques de l’essor spectaculaire de Dubaï en tant que ville internationale continueront de nous pousser à construire et à mener à bien le projet de Dubai World Central en tant que brillante concrétisation de cet esprit et de cette clairvoyance. » Les leaders des principaux acteurs des secteurs privé et public de Dubaï participeront ensuite à une session spéciale ayant pour objet de définir dans les grandes lignes les initiatives stratégiques liées à la mise en œuvre de la vision 2020 de Dubaï, ainsi que les divers éléments moteurs qui influeront sur la croissance de Dubaï.

Si les préparatifs de Dubaï pour l’Expo ont suscité un grand enthousiasme dans le monde entier, les projets pour la ville au lendemain de la manifestation feront également l’objet d’importants débats au cours de la conférence, permettant de définir dans les grandes lignes les utilisations potentielles des infrastructures qui seront mises en place. « Bâtir un héritage pour Dubaï et les E.A.U. au-delà de l’Expo est une question d’importance capitale sur laquelle les organisateurs se penchent dès maintenant, en veillant à ce que les projets immobiliers soient élaborés en tenant compte des avantages à long terme, tout en prenant en considération l’étendue et l’ampleur des investissements et des infrastructures exigés », a observé Edmund O' Sullivan, président de MEED Events, organisateurs de la conférence Destination Dubaï 2020, qui doit se dérouler les 28 et 29 janvier. – Agence de presse des Émirats, WAM – Pour en savoir plus, consulter :

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le Conseil national des médias publie la Revue annuelle 2013

Publié le 24/01/2014





Le Conseil national des médias (NMC), présidé par S.A. Cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, est heureux d’annoncer la publication de la Revue annuelle des E.A.U. 2013.

La Revue annuelle, disponible en arabe et en anglais, est conçue pour tirer parti des possibilités qu’offrent les médias numériques d’atteindre un plus vaste éventail de parties prenantes et de lecteurs, tant au niveau local que mondial. Parmi les formats numériques proposés figurent un lecteur HTML5 spécialement conçu qui fonctionne en interface avec le site internet uaeyearbook.com, ainsi que des versions pouvant être obtenues sous forme d’applications Apple et Android. Les deux applications peuvent être téléchargées gratuitement à partir de l’App Store et de Google Play.

La Revue annuelle fournit un compte rendu rigoureux des principales réalisations des E.A.U. en 2012/13, avec différentes sections couvrant l’ensemble de l’évolution du pays, depuis l’histoire et le gouvernement des E.A.U. jusqu’au développement infrastructurel et économique, en passant par les sports, la société et la culture. Ces réalisations s’inscrivent dans le cadre la marche ambitieuse vers le développement poursuivie ces 42 dernières années, depuis la création de la fédération. L’ouvrage rend compte également de l’engagement des Émirats envers les autres pays du monde, y compris leur rôle en tant que donateur généreux d’aide humanitaire et au développement. L’OCDE a classé le pays au 16e rang mondial en 2012, soit un gain de dix places par rapport à 2010, ce qui atteste du renforcement de ses efforts en matière d’aide étrangère.

Au cours des quatre dernières décennies, les E.A.U. ont réalisé d’énormes progrès sur le plan économique, politique, social, scientifique, ainsi que dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la culture, du tourisme, de l’environnement et autres. Dans son rapport 2012 sur le bonheur dans le monde, les Nations Unies ont placé les E.A.U. en tête des pays arabes et au 14e rang mondial pour ce qui est du bonheur et de la satisfaction de la population.

Dans le monde des affaires, l’excellence des E.A.U. dans les domaines de l’économie, de la finance, du tourisme, des infrastructures, des communications, de la technologie, du lancement de satellites, de l’industrie aéronautique et de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, est reconnue à l’échelle mondiale. Le pays tire une grande fierté de sa défense de la cause de l’énergie durable et renouvelable et sa capitale, Abu Dhabi, accueille le siège social de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). C’est également un donateur généreux d’aide humanitaire et au développement.

La Revue annuelle fait, de plus, le point sur les efforts déployés par le pays pour lutter contre la traite des êtres humains, assurer la protection des droits des travailleurs et autonomiser les femmes dans les domaines politique, économique et social.

La Revue annuelle se veut un outil de référence utile pour les partenaires locaux et internationaux, ainsi que pour les investisseurs directs étrangers souhaitant se renseigner sur les E.A.U. en tant que destination d’investissement. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. sont cités parmi les 10 premiers constructeurs mondiaux de yachts géants dans le Global Order Book (Carnet de commandes mondiales) 2014

Publié le 14/01/2014




Les Émirats Arabes Unis figurent sur la liste des 10 premiers pays du monde constructeurs de yachts géants dans le Global Order Book 2014 publié récemment. Il s’agit d’un rapport présenté annuellement par le groupe Boat International Media, dans lequel les E.A.U. sont classés au 9e rang avec 18 yachts de plus de 24 mètres actuellement en construction dans le pays.

Si le pays a réussi à se glisser dans cette liste prestigieuse, c’est grâce au constructeur de yachts Gulf Craft, basé aux E.A.U., qui compte 15 des 18 yachts géants du pays dans son carnet de commandes et s’est également classé parmi les 10 premiers chantiers navals du monde construisant des yachts géants.

Mohammed Hussein Al Shaali, président de Gulf Craft, a félicité le Président Son Altesse Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, le Vice-président et Premier ministre, Souverain de Dubaï, Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Leurs Altesses membres du Conseil suprême et Souverains des émirats, de cette réussite.

Il a observé que le chantier naval avait atteint cette très belle performance grâce à ses efforts persistants, ses grandes ambitions et la flexibilité internationale considérable que les E.A.U. assurent pour le développement de l’industrie.

« La politique économique du gouvernement et son ferme soutien à l’entreprenariat ont joué un rôle capital en permettant au chantier naval de maintenir sa position de leader sur le marché des yachts géants aux niveaux local et international », a-t-il ajouté.

Le chantier naval propose une gamme plus vaste de yachts géants, avec huit modèles différents disponibles entre 24 et 50 mètres. Cela lui a permis non seulement d’augmenter la part du marché mondial qu’il détient dans la catégorie des yachts géants et de surpasser de loin ses concurrents, mais aussi de renforcer la valeur et la visibilité de la marque sur les marchés internationaux parvenus à maturité, tels que l’Europe.

Le chantier naval a réalisé ces dernières années d’importants investissements dans l’aménagement des installations et le développement du savoir-faire et ceux-ci ont porté leurs fruits sous la forme d’une appréciation croissante, au niveau mondial, des normes élevées de qualité et d’innovation qui sont évidentes dans les yachts géants construits aux E.A.U. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’ADCO poursuivra les activités pour le compte de l’ADNOC

Publié le 10/01/2014



Khalifa Mohamed Al Kindi, membre du Conseil suprême du pétrole (SPC) et Abdulla Nasser Al Suwaidi, directeur général de l’Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC), étaient présents lors de la cérémonie de signature de l’accord de clôture de la concession de l’Émirat d’Abu Dhabi avec le consortium international de compagnies pétrolières : BP, Shell, Total, Exxon Mobil et Partex Oil '&' Gas.

Mohammed Butti Al Qubaisi, directeur de la Direction de l’exploration et de l’exploitation à l’ADNOC, Abdul Munim Al Kindy, PDG de l’Abu Dhabi Company for Onshore Oil Operations (ADCO), des représentants des compagnies pétrolières internationales susmentionnées, ainsi que plusieurs cadres supérieurs de l’ADNOC et de l’ADCO ont assisté à la cérémonie de signature.

S’exprimant à cette occasion, Khalifa Mohamed Al Kindi a souligné que le succès de ces 75 années de partenariat était révélateur de la sagesse et de la vision à long terme des dirigeants d’Abu Dhabi quant à la gestion de cette matière première d’importance critique. Il atteste également des mérites de la coopération avec les actionnaires, laquelle a permis le développement de divers champs d’une manière sûre et fiable qui a fait de l’ADCO l’une des compagnies pétrolières les plus solides de la région. Il a fait remarquer que les leaders avisés, sous la direction de S.A. Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, Président des E.A.U., et de S.A. le Général Cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, Prince héritier de l’émirat d’Abu Dhabi et Vice-Commandant suprême des forces armées des E.A.U., poursuivront leurs actions de suivi et la communication de directives au SPC.

Abdulla Nasser Al Suwaidi, directeur général de l’ADNOC, a exprimé sa sincère reconnaissance envers les compagnies internationales pour leur contribution au développement des champs pétrolifères onshore, soulignant que l’ADCO continuerait d’exploiter les zones de concession pour le compte de l’ADNOC.

Al Suwaidi a salué la coopération et le partenariat avec le consortium international qui ont duré 75 ans, tout en insistant sur le soutien apporté par les dirigeants avisés qui, à travers leurs directives, ont contribué au développement du secteur pétrolier et gazier des E.A.U. Ils ont, en outre, joué un rôle très important en formant et en qualifiant des cadres nationaux émiriens capables de prendre la direction des opérations d’exploitation et de supervision de l’industrie pétrolière du pays.

Al Suwaidi a ajouté que l’ADCO avait été en mesure de réaliser ses objectifs durant la période de concession grâce au développement des champs pétroliers onshore de l’émirat d’Abu Dhabi. L’ADCO dirige la production depuis 50 ans, ce qui prouve que les partenariats et la coopération avec diverses compagnies internationales ont bien réussi à servir l’intérêt national des E.A.U. Cela a été attribué à l’application des meilleurs pratiques et à l’adoption des toutes dernières technologies pour une utilisation maximale des ressources naturelles et l’exploitation de celles-ci dans le respect de l’environnement.

Abdul Munim Saif Al Kindy, PDG de l’ADCO, a remercié le consortium international, rappelant que le contrat de concession, qui couvrait les champs onshore et les zones marines peu profondes de l’émirat d’Abu Dhabi, avait été signé le 11 janvier 1939 sous l’autorité de Cheikh Shakhbut bin Sultan Al Nahyan, aujourd’hui décédé. Cela témoigne selon Al Kindy du succès du partenariat et de la coopération entre le gouvernement d’Abu Dhabi et le consortium en dépit de nombreux défis mondiaux, dont les fluctuations des prix pétroliers et des approvisionnements en pétrole, au fil des années.

Al Kindy a ajouté que la production pétrolière de l’ADCO, qui avait commencé il y a environ 50 ans, avait contribué au développement des E.A.U. La prévoyance exceptionnelle du regretté Cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan (Au nom d’Allah le tout-puissant, puisse son âme reposer en paix) a joué un rôle capital au niveau du soutien du secteur pétrolier et gazier, qu’il considérait comme un élément essentiel à la croissance et à la stabilité.

Les signataires de l’accord de clôture représentant les compagnies pétrolières internationales ont exprimé leur gratitude par rapport au partenariat, qui s’est révélé un succès parmi les actifs qu’elles détiennent dans le monde entier. Ils ont en outre exprimé leur intention de poursuivre la coopération et le partenariat dans le secteur du pétrole et du gaz. - Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le pétrole, le gaz et la pétrochimie arrivent en tête aux E.A.U.

Publié le 07/01/2014



Une récente enquête appelée « Les principales industries au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », effectuée par Bayt.com, numéro un des sites d’emploi au Moyen-Orient, et par YouGov, organisation de recherche et de conseil, a montré que, selon les personnes qui ont répondu aux E.A.U., le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie est le plus favorable pour l’emploi. Les carrières au service de l’État, également prisées, attirent plus de la moitié des talents locaux, tandis que les femmes sont intéressées principalement par le secteur de la banque et de la finance.

Aux E.A.U., 44 % des personnes employées qui ont répondu étaient satisfaites de la formule salariale de leur industrie actuelle, tandis que 47 % étaient satisfaites de leur capacité à maintenir un bon équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée. Elles sont aussi, généralement, satisfaites de leur progression de carrière potentielle (37 %), de la sécurité de leur emploi (46 %), de leurs heures de travail (56 %) et de leurs possibilités de formation et de développement (40 %). 50 % sont satisfaites de la culture actuelle de leur entreprise, ce qui montre que généralement, l'environnement professionnel est agréable aux E.A.U.

Aux E.A.U., les meilleures formules salariales sont perçues comme étant dans le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie (56 %), bien que les carrières pour l'État, les services civils et les services d'utilité publique soient aussi considérées comme bien rémunérées, selon 30 % des personnes qui ont répondu. De plus, les emplois pour l’État sont considérés comme les meilleurs pour maintenir un bon équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée (43 %), suivis du secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie (33 %) et du secteur de la banque et de la finance (24 %).

Le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie offre le meilleur potentiel de progression de carrière selon la majorité des personnes (44 %), le secteur de la banque et de la finance arrivant en deuxième position (26 %). Les plus hauts niveaux de sécurité de l’emploi sont perçus comme étant dans les emplois pour l’État (42 %), mais aussi à un haut niveau dans le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie (40 %), ainsi que le secteur de l’armée, de la défense, de la police et de la sécurité (20 %).

Les personnes qui ont répondu pensent que les industries les plus stressantes sont le bâtiment (30 %), le secteur de la banque et de la finance (23 %), le secteur de la publicité, des médias, des relations publiques, des études de marché et de l’édition (16 %) et le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie (16 %). En outre, le bâtiment est considéré par un tiers des personnes (32 %) comme celui ayant les journées les plus longues.

Aux E.A.U., les femmes sont principalement attirées par le secteur de la banque et de la finance, selon 34 % des personnes, suivis du secteur de l’enseignement et de l’université (34 %), ainsi que par le secteur de la santé, des services médicaux et pharmaceutiques (28 %). Les talents locaux semblent attirés de manière prédominante par les emplois pour l’État, les services civils et les services d’utilité publique (55 %), le secteur de l’armée, de la défense, de la police et de la sécurité (35 %), et le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie (29 %).

L’année passée, selon les personnes qui ont répondu, le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie a connu la plus forte croissance (34 %), suivi du secteur de l’immobilier (22 %) et du secteur de la banque et de la finance (21 %).

Selon 68 % des personnes qui ont répondu aux E.A.U., l’État est un employeur favorable.

Un cinquième des personnes qui ont répondu aux E.A.U. (19 %) ont changé d’industrie au cours des 24 derniers mois, et 57 % envisagent de changer au cours des prochaines années. Le secteur du pétrole, du gaz et de la pétrochimie est l’industrie de choix pour 22 % des personnes, bien que l’État et le secteur de la banque et de la finance soient également appréciés. Les principales raisons de changement de carrière sont l’espoir d’un meilleur salaire (71 %), les possibilités de progression de carrière (56 %) et de meilleurs avantages (40 %).

Les données de cette enquête ont été recueillies sur Internet du 18 au 25 novembre 2013, auprès de 7 370 personnes âgées de plus de 18 ans, représentant l’Algérie, le Bahreïn, l’Égypte, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Maroc, Oman, le Pakistan, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Syrie, la Tunisie et les E.A.U. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. vont lancer Khalifa Sat en 2017, annonce Mohammed ben Rachid

Publié le 31/12/2013



Le vice-président et Premier ministre des E.A.U. et souverain de Dubaï, S.A. Cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, a lancé dimanche les phases exécutives de la construction de Khalifa Sat, premier satellite entièrement construit et fabriqué entre les mains d’experts compétents 100 % émiriens, qui sera placé en orbite d’ici à 2017.

Khalifa Sat, premier satellite arabe, catapultera la région arabe dans une nouvelle ère de l’industrie spatiale et de concurrence dans les sciences spatiales.

Lorsqu’il a lancé ce projet prometteur à l’Institution des Émirats pour les technologies et sciences avancées (EIAST), Cheikh Mohammed a déclaré : « Khalifa Sat est un message à l’intention de tous les Arabes, pour leur dire que leur entrée dans l’ère spatiale n’est ni hors de portée ni impossible et que notre État sera à la pointe de cette industrie du moment que nous avons l’assurance et le courage d'entrer en compétition avec de grands pays dans ce domaine. » Il a dédié cette nouvelle avancée scientifique ambitieuse au président, Son Altesse Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyan, ajoutant :

« Nos portes resteront ouvertes à la coopération avec d’autres pays arabes dans les technologies et l’ingénierie spatiales. Nous sommes tout à fait ravis de voir nos filles et nos fils émiriens former la première équipe arabe à construire un satellite et à le lancer dans l’espace en 2017... notre confiance en eux est illimitée, notre ambition n’a pas de frontières et la réussite nous vient d’Allah. »

Durant sa visite à l’EIAST, il a confirmé : « L’excellence de notre jeunesse en matière de sciences spatiales, d’ingénierie et d’énergie ouvre à notre État d’énormes perspectives de développement et de nouvelles avenues pour la première fois. »

Le vice-président a dit qu’il suivrait personnellement les avancées de l’équipe de travail de Khalifa Sat, en révélant que le gouvernement souhaitait créer des équipes similaires dans d’autres domaines. Il poursuit : « Quand j’observe les excellents protagonistes émiriens de la science et de la technologie, je dis toujours que feu les pères fondateurs Cheikh Zayed ben Sultan Al Nahyan et Cheikh Rachid ben Saïd Al Maktoum ont planté les graines des arbres dont nous récoltons aujourd’hui les fruits parmi les citoyens émiriens. »
Durant cette visite, Cheikh Mohammed a pris connaissance, auprès des experts et ingénieurs émiriens, du plan de l'EIAST de construire le nouveau Khalifa Sat, qui sera lancé dans l'espace. En outre, il a pu examiner les plans et concepts des usines de construction de satellites en 2015.

À l’EIAST, une équipe nationale intégrée efficace composée de 45 ingénieurs et experts de haut calibre établit actuellement des usines et laboratoires de pointe pour construire ce satellite prometteur à l'abri de l'humidité et de la poussière.

L’EIAST a déjà lancé deux satellites : DubaiSat 1 et DubaiSat 2, événements importants, car ils étaient les premiers satellites de détection à distance appartenant intégralement à une entité émirienne.

À la cérémonie du lancement, Cheikh Mohammed était accompagné de Mohammed ben Abdullah Al Gergawi, ministre des Affaires du cabinet, du Lt. Général Dhahi Khalfan Tamim, président adjoint de la police et de la sécurité publique, du major général Mohammed Ahmed Al Qamzi, président de l’EIAST, de Khalifa Saïd Salman, directrice générale du ministère du Protocole de Dubaï, ainsi que des membres du conseil de l’EIAST. - Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. font partie des 20 pays les plus attrayants pour les fusions et acquisitions

Publié le 24/12/2013



Selon un rapport, les E.A.U. ont progressé de huit places, au cours des cinq dernières années, pour atteindre la 19e place des pays les plus attrayants pour les fusions et les acquisitions.

Les avancées technologiques ont permis d’améliorer les scores des E.A.U., selon l’Indice d’attractivité pour les F&A 2013, publié par Cass Business School, qui fait partie de City University London.

Ce rapport annuel, publié par le Centre de recherche F&A de Cass, classe 131 pays en fonction de leur capacité à attirer et conserver des contrats de F&A au sein du pays et vers le pays.

Ce classement s'appuie sur une analyse de l'environnement réglementaire et politique des pays, leurs facteurs économiques et financiers, leurs infrastructures, leurs atouts, leurs capacités technologiques et leurs caractéristiques socio-économiques.

Le professeur Scott Moeller, directeur du Centre de recherche F&A de Cass, a déclaré : « Les E.A.U. font clairement partie des meilleurs candidats, étant donné leur progression dans le classement dans notre indice d’attractivité F&A, en tant que pays parvenu à maturité. Les fortes progressions des E.A.U. en matière de technologie, ainsi que l’environnement réglementaire stable, augmentent son potentiel de futur marché de croissance pour les F&A. D’après nos analyses, la région du Moyen-Orient elle-même a connu des améliorations, principalement en raison d’un changement positif des facteurs réglementaires et financiers intervenus aux E.A.U., au Yémen, en Irak et en Turquie. » Les États-Unis conservent la première place, suivis de la Corée du Sud, de Singapour, du Royaume-Uni et de Hong Kong. Les autres 10 premiers sont l’Allemagne, le Canada, la France, les Pays-Bas et la Chine.

La montée de la Chine a expulsé le Japon des 10 premières places, le refoulant à la 11e place. Le Canada est le seul autre pays parmi les 10 premiers à avoir subi une chute, se retrouvant à la 7e place après avoir perdu deux places cette année.

Hong Kong continue sa progression dans le classement, bondissant de deux places pour se classer 5e. Étant donné que la Corée du Sud et Singapour ont conservé leur emprise sur les 2e et 3e places, les pays asiatiques représentent maintenant quatre des 10 destinations les plus attractions pour les F&A.

Le Centre de recherche F&A de Cass Business School est le premier centre de recherche d’une grande école commerciale à effectuer des analyses de pointe ciblées sur l'industrie mondiale des fusions et des acquisitions. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’OMPI publie des brevets pour les premières inventions émiriennes en aviation robotique

Publié le 13/12/2013



L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) a publié, sous les numéros OMPI : WO/2013/076712, WO/2013/076711, les premiers brevets émiriens internationaux pour deux mini-avions télécommandés utilisés pour nettoyer les façades d’immeubles. Ce sont également les premiers brevets internationaux du monde entier délivrés dans ce domaine et les premiers brevets arabes publiés par l’OMPI dans le secteur de l’aviation, dont les administrations chargées de la recherche et de l’examen ont approuvé les 93 revendications des deux inventions qui sont considérées comme novatrices, inventives et applicables dans l’industrie.

Les deux demandes de brevet d’invention ont été déposées sous forme de documents de plus de 160 pages, comprenant 87 modèles et schémas novateurs réalisés par Eida Almuhairbi, Wasfi Alshdaifat et Farah Kassab.

Almuhairbi a déclaré : « Après avoir soumis nos prototypes à des essais, nous avons déposé deux demandes auprès de l’OMPI, la première pour un ensemble de trois mini-hélicoptères entreposés dans un véhicule de commande mobile, qui les alimente en électricité et en eau. Les appareils, télécommandés à partir d’un centre de commande installé dans la camionnette, montent et descendent le long de la façade, ce qui leur permet de la nettoyer très rapidement. Les hélicoptères sont également équipés de tous les détecteurs et dispositifs électroniques de commande, de positionnement et de sécurité, dont certains ont été inventés spécialement à ces fins. Les caractéristiques les plus importantes de la tête de nettoyage sont sa capacité à se déplacer vers l’avant ou l’arrière en fonction des dimensions des saillies de la façade et son mouvement vertical de va-et-vient simulant le nettoyage manuel humain, car il n’existe dans le monde aucune autre machine de nettoyage des façades offrant ces possibilités ».

Et Wasfi et Farah d’ajouter : « La deuxième invention concerne le tout premier mini-avion télécommandé jamais construit dont la surface supérieure de l’aile est mobile. L’air comprimé qui se dégage par les orifices situés sur le côté supérieur de l’aile la soulève celle-ci, ce qui permet au mini-avion de grimper le long de la façade. Des compresseurs peuvent être intégrés au camion, ou bien installés sous le bâtiment.

L’inventrice émirienne, Eida Almuhairbi, qui a déposé, avec son équipe, 15 demandes de brevets internationaux d’invention pour l’année 2013, est en forte concurrence pour obtenir la première place mondiale parmi les inventrices internationales de l’année 2013. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Expo universelle 2020 : Dubaï s’est fixé pour cible 277.000 nouveaux emplois et 84 milliards de Dh de bénéfices

Publié le 15/11/2013



Une banderole sur la route portant le logo de l’Expo universelle 2020 de Dubaï est le seul signe qu’une étendue poussiéreuse de désert en bordure des Émirats est destinée à devenir le centre d’intérêt du développement futur.

Si Dubaï reçoit le feu vert le 27 novembre pour accueillir l’événement, le site de 438 hectares à Jebel Ali sera transformé en un espace d’exposition d’allure futuriste, axé autour du thème : « Connecting Minds, Creating the Future » (connexion des esprits, création du futur)

Les responsables estiment que l’organisation de l’événement stimulera l’économie en générant 23 milliards de dollars US, l’équivalent d’environ 24,4 pour cent du PIB, de 2015 à 2021. La Bank of America Merrill Lynch (BAML) déclare que l’événement signifiera probablement une croissance de deux points de pourcentage du PIB entre 2020 et 2021.

Cet événement permettrait également de concrétiser la revendication de Dubaï en tant que destination mondiale pour le tourisme et les affaires. Les autorités prévoient que l’Expo attirera 25 millions de visiteurs sur une période de six mois tout en créant 277.000 emplois.

« Le fait d’accueillir l’Expo aura vraisemblablement un impact positif sur la croissance de Dubaï en accélérant les investissements dans l’infrastructure avant l’événement, en stimulant le tourisme et les activités commerciales pendant l’événement et, espérons-le, après l’événement également, » déclare Khatija Haque, économiste principal à Emirates NBD.

Parmi les projets qui sont destinés à faire l’objet d’une procédure accélérée, on peut citer le prolongement de la ligne Rouge du métro de Dubaï avec un budget de 5 milliards de Dh, du terminal existant de Jebel Ali à l’aéroport international d’Al Maktoum, près du site de l’Expo. 21 milliards de Dh supplémentaires seront mis de côté par le gouvernement de Dubaï en tant que dépenses d’investissement.

Les responsables ont jusqu’à présent fourni peu d’indications quant à la façon dont ils prévoient couvrir les coûts.

Mais il est fort probable que le financement provienne principalement d’emprunts.

« Nous pensons que le gouvernement de Dubaï financera probablement l’Expo en combinant l’émission d’obligations, les emprunts bancaires et l’encaisse de cessions d’actifs et de bénéfices des activités de Dubai Inc., » ont déclaré des analystes d’EFG Hermes, une banque d’investissement égyptienne, dans un rapport écrit le mois dernier.

La perspective de l’endettement prochain de Dubaï a soulevé des inquiétudes parmi certains analystes. L’Émirat et ses sociétés accuseront déjà un passif de 60 milliards de dollars US exigibles en 2017, selon l’IMF.
Les investisseurs Investors ont de mauvais souvenirs d’il y a quatre ans ce mois-ci quand le conglomérat fleuron de l’Émirat, Dubai World, avait ébranlé les marchés mondiaux en demandant de reporter le règlement de leur dette s’élevant à 25 milliards de dollars US.

Depuis, de nets progrès en matière de refinancement de la dette par certaines sociétés de l’Émirat ont aidé à réduire le risque de crédit de Dubaï.

« Les besoins d’emprunts externes élevés [dus à l’Expo 2020] pourraient augmenter les coûts d’emprunt de Dubaï compte tenu d’un échéancier de la dette de Dubaï chargé et d’un effet de levier toujours élevé, » déclare Jean-Michel Saliba, économiste de BAML couvrant l’Europe orientale, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Il est prévu que Dubaï réalise un chiffre net de 1,7 milliard de dollars US en billetterie et grâce au sponsorat. On prévoit également que l’économie dans son ensemble tirera un plus grand bénéfice d’un nombre plus élevé de touristes, d’une plus grande consommation et de la création d’emplois.

Le cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, à la tête du Supreme Fiscal Council de Dubaï et de son comité d’Exposition, a déclaré en septembre que « les bénéfices l’emporteraient sur les coûts d’organisation de l’événement ».

Le secteur privé, aussi, aidera probablement à supporter certains coûts financiers et en tirera certains bénéfices.

La croissance bancaire pourrait être augmentée de 1 pour cent par an d’ici à 2020, grâce aux nouvelles opportunités de financement, estime Jaap Meijer, directeur exécutif de la recherche financière au sein d’Arqaam Capital. Les sociétés de construction, les compagnies aériennes, les boutiques et les hôtels seront probablement d’importants bénéficiaires.

Patrick Gaffney, analyste au sein de HSBC à Riyadh, estime que 31 milliards de Dh supplémentaires seront recueillis au moyen d’un financement par emprunts et par actions des sociétés privées chargées de la construction des hôtels. Il déclare que 45.000 nouvelles chambres d’hôtel seront exigées d’ici à 2020, dont certaines sont déjà sur le marché. La demande sera alimentée par un public dont on estime que 70% sera constitué par des visiteurs de l’étranger.

Bien que Dubaï soit déjà dotée d’une pléthore d’hôtels, il y en a peu aux abords du site de l’Expo. La demande sera encore accrue par le développement de l’aéroport international d’Al Maktoum tout proche, dont on prévoit qu’il accueillera jusqu’à 160 millions de visiteurs par an.

Toutefois, des inquiétudes ont été soulevées quant à la façon dont les hôtels seront remplis après le départ des visiteurs. À titre d’exemple, HSBC fait état de la façon dont la fréquentation des hôtels en Afrique du Sud a chuté de 84 pour cent au cours de la Coupe du monde de football FIFA 2010 à 55 pour cent une année plus tard en raison d’une baisse du nombre de visiteurs et d’une offre excédentaire.

« Le risque est que la fréquentation augmente lors de l’événement puis baisse tout de suite après, mais cela ne signifie pas qu’elle demeure à ce niveau, » déclare M. Gaffney. "

« Beaucoup dépend de l’économie en 2020. »

Il existe aussi des risques plus larges sur le marché immobilier en faisant adopter de trop nombreux plans et à un rythme trop rapide.

Dans un rapport en juillet, l’IMF a soulevé ses inquiétudes quant à la surabondance de méga projets planifiés arrivant sur le marché, mais a fait état que les responsables de Dubaï avaient donné l’assurance qu’ils seraient déployés graduellement.

Les prix des appartements ont déjà augmenté de 20 pour cent jusqu’à présent cette année. Dans un effort visant à minimiser le risque de voir se former une bulle immobilière, les autorités ont annoncé plusieurs initiatives visant à tempérer le marché immobilier ici en incluant des prêts immobiliers à plafond fixe pour les acquéreurs de biens immobiliers et, à Dubaï, en doublant à 4 pour cent la taxe d’enregistrement sur les ventes de terrain.
Si la réalisation de l’exposition peut être gérée avec autant de soins, l’étendue désertique en bordure de Dubaï deviendra le centre d’intérêt de la cité, aussi bien au cours de l’événement que pour des dizaines d’années à venir. - The National

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Adnoc et Masdar signent un contrat portant sur des projets CCUS

Publié le 12/11/2013




L’Abu Dhabi National Oil Company (Adnoc) et Masdar ont signé dimanche, en présence de Cheikh Hazza bin Zayed Al Nahyan, conseilleur à la sécurité nationale et vice-président du Conseil exécutif d’Abu Dhabi, un contrat d’entreprise commune pour le captage, l’utilisation et le stockage du carbone (CCUS).

Le contrat d’entreprise commune a été signé à l’Abu Dhabi International Petroleum Exhibition and Conference (Adipec). Le premier projet CCUS de la co-entreprise comprend trois volets principaux. Tout d’abord, le CO¬¬2 sera capté sur place à Emirates Steel, l’aciérie de l’entreprise sidérurgique la plus importante des E.A.U. Deuxièmement, le CO2 sera comprimé et transporté par un pipeline de 50 kilomètres de long jusqu’aux champs pétrolifères gérés par l’Adnoc. Troisièmement, l’Adnoc injectera le CO2 dans les champs pétrolifères pour servir à la récupération assistée du pétrole, et le stockera en même temps dans le sous-sol. Ce projet permettra de séquestrer jusqu’à 800 000 tonnes de CO2 par an. Son achèvement est prévu pour 2016.

S’exprimant à propos du contrat, le Dr Sultan Ahmad Al Jaber, PDG de Masdar a déclaré : « La mise en œuvre de cette technologie est la preuve de l’engagement pris par Masdar et l’Adnoc de « décarboniser » l’économie des E.A.U. qui est en forte croissance. Nous sommes fiers d’être les premiers à utiliser la technologie CCUS dans la région, une stratégie qui revêt une importance critique pour la réduction des émissions mondiales de carbone, a ajouté le Dr Al Jaber. Nous espérons que ce projet constituera une preuve de concept et incitera d’autres pays riches en hydrocarbures à adopter des technologies semblables pour réduire leurs émissions de carbone ». Abdullah Nasser Al Suwaidi, directeur général de l’Adnoc a affirmé : « Les E.A.U. sont un producteur d’hydrocarbures responsable. Nous pensons que la technologie CCUS présente un énorme potentiel du point de vue à la fois de la réduction de notre empreinte carbone et de l’amélioration de notre production pétrolière et gazière. Nous nous sommes engagés à trouver et à adopter des solutions concrètes qui présentent des avantages pour l’économie et l’environnement. L’Adnoc a toujours été un précurseur. Il est de notre tradition d’appliquer des technologies de pointe éprouvées pour garantir l’approvisionnement durable d’hydrocarbures aux marchés locaux et internationaux. En captant, en utilisant et en stockant le CO2, non seulement nous réduisons les émissions, mais nous profitons en outre de l’avantage d’augmenter notre production de pétrole et de gaz, que nous pouvons vendre sur le marché international ou utiliser pour notre production intérieure d’énergie », a-t-il ajouté.

Cette entreprise commune constitue la première phase du réseau CCUS à l’échelle industrielle prévu dans le cadre de l’engagement pris par Abu Dhabi de décarboniser son économie et de créer un secteur de production d’énergie à faible émission de carbone. Elle collaborera également avec l’Institut du pétrole de l’Adnoc et l’Institut Masdar des sciences et technologies en vue de la mise au point de technologies de pointe permettant d’optimiser la gestion du CO2 à Abu Dhabi.

« CCUS constitue pour les industries à forte consommation d’énergie une technologie viable leur permettant de réduire leur empreinte carbone, » a précisé Saeed G. Al Romaithi, ingénieur et PDG d’Emirates Steel. « En captant son courant de CO2 et en le stockant à l’issue du processus, Emirates Steel montre l’exemple puisqu’elle appuie les objectifs de durabilité d’Abu Dhabi en gérant des industries lourdes de manière écologiquement rationnelle dans l’émirat. » Le captage du carbone est souvent cité comme une stratégie d’importance critique pour l’atténuation des effets du changement climatique. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), d’ici à 2050 jusqu’à 20 pour cent des émissions mondiales de CO2 devront être réduites grâce à des projets de captage et de stockage du carbone dans les secteurs de l’énergie et de l’industrie. – Agence de presse des Émirats, WAM


RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le directeur général de Mubadala Petroleum est optimiste en ce qui concerne l’avenir

Publié le 29/10/2013



Le directeur général de Mubadala Petroleum, une filiale en propriété exclusive de Mubadala, est optimiste quant au développement futur de la société, selon une interview publiée hier par les organisateurs de l’exposition et de la conférence ADIPEC 2013, qui aura lieu au début du mois prochain à Abu Dhabi.

Le directeur général, Maurizio La Noce, s’est d’abord exprimé sur la progression des travaux au large de la Tanzanie où Mubadala Petroleum est engagée dans un partenariat avec Ophir basée au Royaume-Uni.

« La zone est africaine est assurément une province d’exploration attrayante. Plusieurs gisements de gaz importants y ont été découverts, ce qui dénote d’un bassin de prospection très prometteur. Dans le Bloc 7 de Tanzanie, après avoir entrepris une vaste étude sismique 3D en 2010 et une étude sismique 2D supplémentaire l’année dernière, nous espérons pouvoir démarrer le forage de notre premier puits d’exploration avant la fin de cette année. Nous étudions également d’autres possibilités dans la région, en nous appuyant sur notre stratégie centrée sur l’exploration ainsi que sur notre mission de recherche de projets visant à assurer des approvisionnements en gaz supplémentaires aux Émirats arabes unis. L’Afrique de l’Est dispose d’un excellent potentiel en ce qui concerne ces deux aspects. Nous sommes très enthousiastes à l’idée d’accroître notre présence dans la région et de travailler dans ce bassin émergent.

Mubadala Petroleum occupe « une place plutôt unique au sein du marché international », a commenté La Noce, en référence à ses contacts gouvernementaux par le biais de sa société mère appartenant au gouvernement d’Abu Dhabi. Ceci, a-t-il déclaré, a permis à la société de tirer parti de « solides relations et de la bonne volonté que notre propriétaire a développées avec un éventail de sociétés ayant une vision similaire », en développant également de solides partenariats commerciaux au Moyen-Orient et ailleurs.

Il a également déclaré que « les projets tels que Nong Yao (golfe de Thaïlande), qui représente notre plus récent développement, démontrent notre capacité opérationnelle grandissante. De fait, ce projet s’appuie sur notre expérience de l’exploitation de Jasmine, un champ très fructueux situé également dans le golfe de Thaïlande où nous produirons très bientôt notre 50 millionième baril, représentant cinq fois les prévisions établies à l’heure de l’approbation du projet, ainsi que sur les gisements de Manora et de Ruby qui sont actuellement en cours de développement en Asie du Sud-Est. Nous sommes convaincus de pouvoir offrir des partenariats solides, aussi bien à des partenaires gouvernementaux que commerciaux, fournir la capacité technique et opérationnelle et assurer la réalisation de projets. » Il a également mentionné l’approbation récente du développement d’un projet d’exploitation de champ pétrolifère au large de la Thaïlande, avec les partenaires Kris Energy.

Il a ajouté qu’à l’ouverture de l’ADIPEC 2013, Mubadala Petroleum espérait avoir établi une production régulière à partir de son gisement de gaz de Ruby en Indonésie.

« La construction, l’installation et la mise en service des nouvelles installations et de l’infrastructure de pipelines associée se sont déroulées comme prévu. Et surtout, les performances de sécurité assurées par l’équipe dans le cadre d’un projet représentant plus de 10 millions d’heures de travail se sont avérées exceptionnelles et comparables à celles relatées par les premiers 10 pour cent des membres de l’OGP. « Le gaz produit à Ruby, 2.831.700 m3 par jour lorsque le gisement est au plateau de production, est dédié à l’usine d’engrais dans la province d’East Kalimantan. Cette installation est exploitée dans le cadre du programme national de sécurité alimentaire du gouvernement indonésien. Le fait de cibler le marché local de cette manière nous permet d’opérer plus rapidement que si nous avions choisi l’option d’exporter le GNL. Cela nous a permis d’établir des partenaires plus solides au niveau local, en nous basant sur un engagement transparent en matière de contribution aux priorités locales. Nous considérons qu’il s’agit là d’une base importante à partir de laquelle nous pouvons étudier d’autres opportunités en Indonésie, » a-t-il ajouté.

Adressant un message aux participants de la conférence professionnelle de l’ADIPEC 2013, La Noce a déclaré : « En premier lieu, la conférence professionnelle de l’ADIPEC est l’occasion d’un formidable rassemblement de directeurs généraux et de représentants ministériels des principaux intervenants du marché. Ce sera une chance d’écouter certaines des personnes les plus influentes de notre industrie et de pouvoir engager le dialogue avec ces dernières. Ceci représente le pouvoir de rassemblement de l’ADIPEC et j’ai vraiment hâte de participer à ce que je considère comme deux jours passionnants et extrêmement intéressants de dialogues et de débats. » – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Expo 2020 : les infrastructures constituent l’élément essentiel de la candidature de Dubaï

Publié le 25/10/2013



Les atouts de Dubaï en matière d’infrastructures et de connectivité ont été passés en revue le deuxième jour du colloque avec les représentants des 167 États membres du Bureau international des expositions (BIE) venus y assister. Des leaders industriels et des experts mondiaux spécialisés dans les domaines de mobilité, durabilité et opportunité ont pris part à la réunion.

Sultan Ahmed bin Sulayem, président de DP World, a parlé en détail de la façon dont les infrastructures, un élément clé de la mobilité et de la connectivité, contribuent non seulement à la croissance économique d’un pays, mais permettent également l’intégration économique internationale d’autres États.

Il a attiré l’attention sur l’aménagement du port de Djebel Ali, le port phare de DP World et le plus important port à conteneurs qui existe entre Rotterdam et Singapour, et sur le rôle significatif qu’il joue en facilitant le commerce mondial, ce qui a finalement permis à Dubaï de devenir le troisième pôle de réexportation du monde.

Il a parlé des opportunités que le port de Djebel Ali, situé stratégiquement à dix minutes seulement du site proposé pour l’organisation de l’Expo 2020 à Dubaï, et la disponibilité opérationnelle des E.A.U. pourraient offrir, tant aux visiteurs qu’aux participants, si l’exposition universelle se tenait à Dubaï.

Aujourd’hui, une centaine de conteneurs sont chargés ou déchargés toutes les minutes au port de Djebel Ali — qui comprend également un nouveau couloir logistique le reliant à l’aéroport Dubai World Central. Par ce couloir, les marchandises peuvent être acheminées du port à l’aéroport en 20 minutes seulement, ce qui renforce encore la compétitivité de la ville en tant que plaque tournante commerciale internationale.

Reem Al Hashimy, ministre d’État émirienne et directrice générale du Comité pour l’organisation de l’Expo 2020 à Dubaï, a souligné l’importance mondiale des sous-thèmes de la candidature de Dubaï : mobilité, durabilité et opportunité.

« Les questions soulevées par nos sous-thèmes, comme par exemple l’énergie et l’eau, les transports, la création d’emplois et l’accès au marché, sont des éléments critiques quel que soit le type de programme de développement envisagé. Ce sont des domaines interdépendants qui connaissent d’énormes changements. Si nous avons l’ambition et la volonté de nous attaquer aux défis complexes auxquels le monde est confronté, nous devons adopter une approche holistique. Le thème que nous avons choisi repose sur la reconnaissance du fait que nous ne pouvons pas relever ces défis seul et Expo Live, le programme de collaboration mondiale d’Expo 2020 Dubaï, est un mécanisme concret mis en place pour permettre d’élaborer ensemble des solutions novatrices dont les communautés du monde entier pourront bénéficier directement. »

Au cours des sessions, les délégués ont également eu la possibilité d’échanger leurs idées ainsi que les points de vue des pays sur le thème et les sous-thèmes de la candidature de Dubaï à l’organisation de l’Expo 2020. Il est particulièrement important pour Expo 2020 Dubaï de comprendre les priorités, expériences et objectifs divers des pays. Le programme d’innovation mondiale, Expo Live, nouera le dialogue avec tous les participants au cours des sept années qui précéderont l’Expo de 2020 afin d’établir les priorités en matière de mobilité, de durabilité et d’opportunité. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les entreprises de Dubaï sont prêtes pour Expo 2020

Publié le 08/10/2013




Les petites et moyennes entreprises sont prêtes à recevoir la nouvelle du succès de la candidature des E.A.U. à l’organisation d’Expo 2020 en novembre, alors qu’elles envisagent de développer leurs opérations.

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont prêtes à passer à la vitesse supérieure si la candidature de Dubaï à l’organisation d’Expo 2020 est retenue.

Navin M. Valrani, administrateur chez Leminar, une PME, a déclaré que les 4,5 milliards d’euros (22,4 milliards de dirhams) assignés aux investissements en infrastructures pour Expo 2020, alliés aux initiatives du secteur privé, donneraient un énorme coup de fouet à l’économie de Dubaï.

Leminar est une entreprise de climatisation qui fournit ses services au secteur du bâtiment.

Le succès de la candidature de Dubaï – le gagnant sera annoncé en novembre 2013 — devrait permettre d’attirer des investissements, des sociétés et un capital humain étrangers dans l’émirat.

Valrani se dit ne pas être décontenancé à l’idée de voir d’autres compagnies arriver à Dubaï si la candidature de la ville est retenue.

« Ce qui est formidable à Dubaï, c’est que la ville a toujours offert un environnement concurrentiel. C’est une ville de rêve pour les entrepreneurs », a-t-il affirmé.

Valrani a toutefois ajouté que les plus petites entreprises voulant profiter d’Expo 2020 pour entrer sur le marché auront des défis à relever parce qu’il « n’est pas toujours facile pour les start-ups de démarrer. »

« Je pense que les PME établies depuis plus longtemps s’approprieront une bonne part du gâteau... [mais] il y aura suffisamment de travail pour tout le monde », a-t-il précisé.

Camilla d'Abo, associée directrice de l’agence de communication Dabo & Co basée à Dubaï, a affirmé que l’accueil d’Expo 2020 à Dubaï serait une opportunité formidable.

« Nous sommes parfaitement situés pour être en mesure d’aider le grand nombre de villes et de pays qui viendraient à Expo 2020 », a-t-elle ajouté.

L’émergence de nouveaux concurrents sur le marché à l’approche de la manifestation donnerait un important coup de fouet à l’économie de Dubaï et des E.A.U., a observé d'Abo.

Elle a affirmé que la compétitivité des entreprises augmentait déjà d’année en année aux E.A.U.

Il ne s’agit pas d’une menace, a-t-elle fait remarquer en parlant du nombre croissant de sociétés exerçant des activités aux E.A.U. Cette situation est bénéfique pour le marché parce qu’elle conduit à un plus haut degré de professionnalisme.

« Plus les sociétés sont nombreuses à s’implanter dans le pays, plus l’économie en tire de profits », a-elle constaté.

Hazel Cowling, associée et directrice consultante pour le cabinet de conseil en gestion SME biz-group, est d’accord avec d'Abo. « L’arrivée sur le marché de sociétés de formation et d’agences événementielles expérimentées... relève la barre pour les clients et les amènent… à reconnaître notre branche d’activité », a-t-elle affirmé.

Selon S. Raghavan, PDG d’Emitac, une PME spécialisée dans le domaine de la santé, l’Expo attirera davantage d’expatriés et de touristes aux E.A.U., ce qui conduira à une demande accrue au niveau des établissements de santé. Cela représentera, à son avis, une « opportunité remarquable » pour le secteur de la santé.

L’injection dans l’économie qui résulterait de l’Expo donnerait un coup de fouet considérable aux PME qui sont déjà bien établies sur les marchés local et régional.

Les opportunités commerciales et les possibilités de croissance seront énormes, a observé Raghavan. Ainsi, à l’approche de l’Expo, des sociétés comme la nôtre pourraient ne plus appartenir à la catégorie des PME, mais s’élever au rang des sociétés plus importantes présentes sur le marché, a-t-il ajouté.

Cowling estime que le succès de la candidature émirienne à l’organisation d’Expo 2020 permettrait de donner un coup de projecteur sur Dubaï et sur les sociétés implantées aux E.A.U. en les faisant connaître à des acteurs internationaux.

En ce qui concerne sa possibilité d’accueillir cette manifestation, Dubaï est en lice contre les villes d’Izmir (Turquie), d’Ekaterinbourg (Russie), et de Sao Paulo (Brésil). – Gulf News

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Innovations émiriennes à Expo Sciences International, à Abu Dhabi

Publié le 17/09/2013



Un robot contrôlé par la pensée et un véhicule de type Segway pouvant se déplacer à plus de 20 km/h sont deux des innovations locales présentes à Expo Sciences International 2013.

Des jeunes venus de 58 pays sont venus à la capitale pour montrer leurs talents lors de ce salon, qui a commencé dimanche.

« Nous travaillons sur ce projet depuis plus de huit mois maintenant, et nous espérons affiner le système encore davantage à l’avenir, explique Saïf Al Mazourie, 17 ans, originaire d'Abu Dhabi, qui a construit un robot du début à la fin avec ses camarades de l’Institute of Applied Technology.

« Beaucoup de gens viennent nous demander comme nous avons fait. C’est formidable. »

Les étudiants utilisent un casque capable de lire les signaux cérébraux et d’interpréter les commandes de l’utilisateur, qui sont ensuite transmises par Bluetooth au véhicule.

La machine peut aller en avant, à gauche et à droite, contrôlée par les pensées de l’utilisateur. Elle ne peut pas aller en arrière pour l’instant, mais ses fabricants espèrent y remédier à l’avenir.

Khalifa Al Mansour, 16 ans, étudient émirien également à l’Institute of Applied Technology, travaille sur une machine de transport de passager.

« J’ai pris grand plaisir à l’assembler et, maintenant, nous pouvons montrer à tout le monde ce que nous avons construit, » explique Khalifa.

Lui et ses camarades ont construit la machine du début jusqu’à la fin et, maintenant, ont un prototype capable d’atteindre des vitesses de 20 km/h et de transporter une charge de plus de 150 kg.

De plus, ils ont installé une interface téléguidée afin de déplacer le véhicule jusqu’à un kilomètre de distance.

Les organisateurs espèrent que l’exposition de cette année sera l’endroit idéal pour que les étudiants exposent leurs talents et rencontrent certains de leurs pairs du monde entier.

Parmi les projets exposés, plus de 100 projets ont été réalisés par 380 étudiants émiriens, ce qui représente une partie importante de l’ensemble.

« Expo Science International est l’un des plus gros événements du genre. Nous sommes heureux d'accueillir tous ces pays ici, à Abu Dhabi, explique Ahmed Al Mulla, directeur général des services étudiants à l'institut.

Mais nous avons également essayé d’associer nos étudiants aux participants du monde entier. Ils peuvent ainsi apprendre les uns des autres et découvrir les projets d’autres jeunes dans le monde, ce qui nous permettra alors de les concurrencer. C’est une bonne façon de comparer les progrès de nos étudiants.

Les Émiriens essaient toujours d’être numéro un. Je pense qu’ils apprendront davantage et amélioreront leurs compétences en communiquant en réseau avec les participants d’autres pays, ici, à l’exposition, afin de partager leurs idées.

C’est l'un des avantages que nous cherchons à cultiver. »

Cependant, tous les exposants n’étaient pas des étudiants. Certains de leurs employeurs potentiels étaient également présents.

« L’Adnoc encourage les jeunes Émiriens à étudier l’ingénierie, de la plus petite classe à la plus grande, explique Faisal Al Ali, directeur des bourses d’étude à la société pétrolière nationale (Adnoc).

Nous espérons que les étudiants acquièrent davantage de connaissances scientifiques pendant leurs études et pourront ainsi être acceptés dans les meilleures universités du monde entier. »

L’exposition se poursuit aujourd’hui au Centre national des expositions d’Abu Dhabi. Le 17 septembre, dernier jour de la manifestation, est réservé aux dames. – The National

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Boeing International Corporation signe son adhésion à WOMEN ACHIEVE, initiative en faveur de la promotion de la femme

Publié le 10/09/2013




Le Comité des femmes en entreprise AmCham Abu Dhabi a annoncé que Boeing International Corporation venait de signer son adhésion à WOMEN ACHIEVE, un programme novateur qui favorise la promotion de la femme dans les milieux professionnels. L’initiative WOMEN ACHIEVE a été élaborée par le Comité des femmes en entreprise AmCham Abu Dhabi afin d’inciter les entreprises et organisations à offrir aux femmes de meilleures chances d’accéder à des postes de plus grande responsabilité et de direction.

En tant qu’adhérant au programme WOMEN ACHIEVE, Boeing s’est engagé à créer un environnement où les femmes pourront perfectionner leurs compétences en matière de direction d’entreprise et exceller dans leur domaine de compétence particulier chez Boeing, en veillant à ce que la culture organisationnelle d’inclusion de la société se vérifie au Moyen-Orient.

« Donner aux femmes les moyens de se doter des compétences et des outils nécessaires à l’évolution de leur carrière et à leur perfectionnement fait depuis longtemps partie de notre culture d’entreprise et l’engagement que nous prenons d’améliorer nos programmes actuels en adhérant à WOMEN ACHIEVE constitue pour nous une étape tout à fait naturelle », a déclaré Jeffrey Johnson, président de Boeing Moyen-Orient, le 2 septembre, lors de la cérémonie de signature qui a eu lieu à Abu Dhabi.

« En tant que société, nous reconnaissons que notre dynamisme et notre avantage concurrentiel proviennent, et proviendront toujours, de nos collaborateurs. Nous apprécions les compétences, les atouts et les perspectives de notre équipe très diverse et continuerons à chercher de nouvelles possibilités de favoriser son développement et son perfectionnement au sein de Boeing. »

Créée en janvier 2013, l’initiative WOMEN ACHIEVE est centrée sur sept idéaux clés que les sociétés adoptent en tant qu’orientations leur permettant de créer un environnement de travail propice au développement professionnel des femmes. Ces idéaux exigent entre autres que le développement des femmes soit favorisé par le biais d’une formation, d’un travail d’accompagnement, ainsi que de programmes d’encadrement, de tutorat et de stages, que l’on prenne en considération les candidatures féminines lorsque s’ouvrent de nouvelles possibilités, et que l’on apporte un soutien aux « étoiles montantes » pour qu’elles accèdent aux postes de direction. WOMEN ACHIEVE appuie également l’insertion des femmes dans les conseils d’administration de différentes organisations et met en valeur l’importance d’une rémunération équitable du personnel féminin.

La participation à l’initiative WOMEN ACHIEVE est ouverte aux organisations de toutes tailles. Les sociétés qui souhaitent devenir signataires sont invitées à contacter AmCham Abu Dhabi. Les signataires de WOMEN ACHIEVE reçoivent une attestation d’AmCham Abu Dhabi et sont autorisés à utiliser le sceau de WOMEN ACHIEVE sur leur matériel de communication. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

À Dubaï, les ventes immobilières grimpent de 67 % pour atteindre 6 milliards de dollars

Publié le 30/08/2013


Les ventes de terrains et de biens immobiliers à Dubaï ont enregistré une hausse vertigineuse de 67 pour cent en un an, la valeur des transactions effectuées dans ce secteur s’élevant fin juillet à 6,26 milliards de dollars, selon les chiffres publiés.

Les données officielles du Dubai Land Department, qui couvrent les transactions immobilières de l’émirat, indiquent également une augmentation similaire des prêts immobiliers au cours de la même période.

Selon les agents immobiliers, les résidents cherchent de plus en plus à acheter leur propre logement car ils profitent ainsi du marché « sous-évalué » et évitent en même temps les loyers en hausse.

Une analyse des données du Land Department par le cabinet Arabian Business montre que les ventes immobilières ont atteint au total 6,26 milliards de dollars entre janvier et fin juillet cette année, contre 3,74 milliards de dollars pour la même période l’année dernière.

Les prêts immobiliers déclarés auprès du département ont également grimpé de plus de 65 pour cent au cours des sept premiers mois de l’année, passant de 6,91 milliards à 11,5 milliards de dollars.

Pour ce qui est des ventes immobilières, les données indiquent que le nombre de transactions est passé de 1 922, soit 275 par mois, l’année dernière, à 3 012, soit 430 par mois, cette année. Le nombre de prêts immobiliers accordés a grimpé de 1 632, soit 233 par mois, à 2 385, soit 340 par mois.

Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre puisque les chiffres de vente s’élèvent ce mois à 498 millions de dollars, contre 239,5 millions de dollars en août dernier. Ross Gardiner, directeur de Lannhill Real Estate, agence immobilière de Dubaï, a observé que les demandes déposées auprès de leur service interne de prêt immobilier étaient montées en flèche.

« Cette année, nous avons déjà traité plus de demandes de prêt que sur l’ensemble de l’année dernière », a-t-il affirmé.

« Je crois que tout le monde est très conscient du fait que l’immobilier est globalement sous-évalué à Dubaï. Le prix du mètre carré que payez ici pour un emplacement privilégié ne se retrouve nulle part ailleurs.

Il a précise qu’un bien immobilier avec vue sur mer, situé dans le quartier de Downtown, s’est vendu récemment près de 25 000 dirhams (6 800 dollars) le mètre carré, alors qu’à Londres l’équivalent se vend entre 100 000 et 300 000 dirhams (30 400 et 91 190 dollars) le mètre carré. Gardiner a fait remarquer que le paiement exigé d’un ou deux chèques de loyer d’avance avait également eu une influence sur la décision des gens de louer ou non : « Est-ce que je paie tout simplement le montant qu’on me demande en acompte pour acheter quelque chose de plus petit que je pourrai habiter », a-t-il observé.

« Mais là encore, les gens qui habitent à Dubaï veulent parfois acheter un logement à une chambre, alors qu’ils peuvent en louer un à quatre chambres. »

Selon une analyse réalisée par Better Homes, la plus grande société immobilière de Dubaï, environ 88 pour cent des personnes interrogées louaient un logement à Dubaï, 12 pour cent d’entre elles ayant choisi d’acheter leur propre résidence. – The Gulf Today

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. à la pointe de la technologie médicale

Publié le 28/08/2013


C’est aux E.A.U. que s’effectuent certains de travaux de recherche les plus avancés du monde sur l’usage des puces semi-conductrices à des fins médicales.

Ce domaine est l’un des principaux piliers du marché mondial des dispositifs, technologies et équipements médicaux, qui, selon les prévisions, devrait atteindre une valeur de plus de 440 milliards de dollars d’ici 2018, a révélé Espicom Business Intelligence, une filiale de Business Monitor International.

À Abu Dhabi, les chercheurs de l’ATIC-SRC Centre of Excellence for Energy Efficient Electronic Systems (ACE4S), un centre d’excellence pour les systèmes électroniques à faible consommation énergétique créé conjointement par l’Advanced Technology Investment Company et la Semiconductor Research Corporation, travaillent actuellement à la mise au point de systèmes sur puce et de systèmes micro-électromécaniques pour les soins de santé.

L’un de ces systèmes sur puce en cours de mise au point est conçu pour surveiller la survenue de crises cardiaques en examinant les variations de poids des patients.

« Nous disposons de détecteurs qui seront intégrés dans les chaussures du patient et donneront des informations sur son poids et son équilibre. Ces informations seront traitées en corrélation avec les données médicales afin d’obtenir des indicateurs du risque de crise cardiaque pour le patient », explique Ibrahim El Fadel, directeur adjoint de l’ACES4S et professeur à l’Institut Masdar.

De l’utilisation avancée de robots permettant la chirurgie à distance aux outils informatiques qui peuvent faciliter et simplifier les procédures administratives, la technologie joue un rôle de plus en plus pointu et important dans le domaine des soins de santé.

De plus en plus, les puces semi-conductrices se trouvent sur la table d’opération. Des puces identiques à celles qui sont utilisées dans des dispositifs tels que votre Smartphone ou votre iPad peuvent avoir des applications dans le domaine médical.

Des chercheurs de l’Université Khalifa des sciences, de la technologie et de la recherche (Kustar), qui travaillent sur un autre projet, sont en train d’examiner un système sur puce non invasif, qui surveille les taux de glucose chez les patients diabétiques et indique quand ils sont besoin d’une injection d’insuline.

Étant donné le risque élevé de contracter le diabète dans la région, de nombreux travaux de recherche sont consacrés à ce domaine.

Selon la Fédération internationale du diabète, on comptera 60 millions de diabétiques au Moyen-Orient en 2030, contre 32,6 millions en 2011. C’est dans les pays du CCG que le risque est le plus fort ; en effet, Bahreïn, le Koweït, Oman, l’Arabie Saoudite et les E.A.U. figurent en haut de la liste des 10 pays du monde où les taux de diabète sont les plus élevés.

« L’idée d’une surveillance non invasive du glucose est l’objectif. Si nous y parvenons, nos travaux auront un impact considérable sur le secteur mondial des soins de santé », affirme M. El Fadel.

Des professeurs de l’Université américaine de Sharjah (AUS) se penchent également sur les soins dentaires et travaillent à la mise au point d’appareils équipés d’une puce qui surveille le mouvement des prothèses et informe le dentiste si l’une ou l’autre s’est détachée des dents.

Mais ce n’est pas seulement au niveau des gadgets de pointe que la technologie peut jouer un rôle dans le développement des soins de santé. De nombreux hôpitaux et cliniques procèdent aujourd’hui à l’informatisation des dossiers médicaux, ce qui peut permettre une réduction des temps d’attente et des erreurs de diagnostic, ainsi qu’une amélioration de l’efficacité.

« Nous avons recours à la technologie pour assurer l’efficacité réelle de nos soins », affirme Marc Harrison, PDG de la Cleveland Clinic d’Abu Dhabi.

« Tous ceux qui sont concernés par l’amélioration du rendement reconnaissent qu’elle améliore la qualité et la fiabilité des soins médicaux. L’informatisation des dossiers médicaux a permis de standardiser les procédures et fourni, ainsi, un moyen de résoudre les problèmes », ajoute-t-il.

« La technologie utilisée dans les coulisses assure une plus grande sécurité pour les patients. Lorsque des informations sur le patient sont entrées dans le dossier médical électronique, toutes sortes de statistiques importantes sont enregistrées. Ce degré d’intégration, qui est remarquable, sera un outil puissant en matière de qualité et de sécurité. »

Si cette technologie est adoptée universellement, les cas d’erreurs de doses administrées aux patients en raison de la difficulté du pharmacien à lire l’écriture du médecin appartiendront au passé.

Dans le dossier médical électronique seront également notées les allergies dont souffre le patient et par conséquent lorsque le médecin prescrira des médicaments, il saura immédiatement lesquels ne conviennent pas.

« Tous ces avantages sont énormes et permettent une coordination des soins qu’il n’est pas possible d’assurer avec les dossiers manuscrits à l’ancienne », constate le Dr Harrison.

Les applications pour Smartphones et téléphones portables offrent également une possibilité d’améliorer les soins de santé et peuvent jouer un rôle capital au niveau de l’apport de soins dans les zones reculées. L’opérateur télécoms Etisalat a réalisé des progrès en Afrique grâce à l’application Mobile Baby.

« Environ 358 000 femmes meurent chaque année dans le monde de complications en cours de grossesse et à l’accouchement, et la plupart de ces décès sont évitables avec l’accès à des soins de qualité », explique George Held, directeur principal groupe, Produits et services, chez Etisalat.

« Mobile Baby fournit ces soins en connectant des professionnels de la santé à ces régions isolées via le réseau mobile, leur permettant de poser un diagnostic et de donner un traitement. »

Le Smartphone est suffisant aujourd’hui pour fournir des informations de base sur les soins de santé. En prenant tout simplement une photo d’une blessure ou d’une rougeur et en l’envoyant à un médecin ou un spécialiste, il est possible d’obtenir un diagnostic et ces tendances commencent désormais à s’installer.

« Les possibilités que nous avons d’utiliser ce marché très mature pour améliorer la santé par le biais d’applications et améliorer également l’accès aux soins sont nombreuses. Il offre aux patients la possibilité de prendre des rendez-vous, de participer à des forums et de discuter de leurs maladies », ajoute le Dr Harrison.

Étant donné la vulnérabilité des échanges en ligne aux cyberattaques et au piratage, certains hésitent à communiquer des informations aussi personnelles.

À terme, les avantages finiront par convaincre le public de l’utilité de ce nouveau mode de prestation de soins de santé.

« L’une des plus grandes craintes des patients est que l’injection de technologies dans les soins de santé risque de déshumaniser le processus d’administration de ces soins et d’éliminer toute empathie humaine », affirme le Dr Harrison.

« Mais si les choses sont faites correctement, les technologies faciliteront le choix de la bonne option pour les patients et permettront au prestataire de soins, à l’infirmière ou au médecin d’être plus attentif aux besoins émotionnels de leur patient. » – The National

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Un luxe abordable

Publié le 20/08/2013



Flydubai a commencé à vendre ses billets classe affaires, qui augmenteront ses revenus et permettront à la compagnie low-cost de se démarquer de ses concurrents du CCG.

La région de la CEI représente un marché très important pour le transporteur low-cost basé à Dubaï, et c’est pour cette raison peut-être que la compagnie aérienne a choisi Kiev, la capitale ukrainienne, comme destination de son premier vol proposant des places en classe affaires, le 8 octobre 2013. Flydubai dessert plus de villes dans la région de la CEI que tout autre transporteur aérien du Moyen-Orient.

Après l’incorporation de nouveaux sièges dans la cabine de ses appareils, Flydubai proposera l’option classe affaires sur l’ensemble de son réseau, ce qui lui permettra d’augmenter ses bénéfices nets, selon un analyste principal du secteur de l’aviation.

« C’est une grosse affaire pour Flydubai et on se demande combien de temps il faudra avant qu’Air Arabia, nas air, Jazeera Airways, RAK Airways et d’autres compagnies aériennes arabes à bas coûts commencent à concurrencer ce produit. »

La capacité de Flydubai passera de 189 à 174 sièges sur ses Boeing 737-800, constate Ahmad, ajoutant que cette réduction de huit pour cent de sa capacité sera plus que compensée par le revenu supplémentaire que la compagnie retirera des 12 sièges classe affaires qu’elle proposera sur chacun des vols qu’elle opère.

Le transporteur de Dubaï prévoit de déployer d’autres vols classe affaires sur son réseau dans les prochains mois. Flydubai a reçu son premier appareil équipé de sièges classe affaires début août, et elle utilise ces derniers pour effectuer des essais ainsi qu’à des fins de formation. Tous les nouveaux appareils qui lui seront livrés à l’avenir comprendront les deux classes : économie et affaires, tandis que les appareils de sa flotte actuelle seront réaménagés pour incorporer les nouveaux sièges plus luxueux. « Nous sommes [...] vraiment enchantés de proposer une option classe affaires sur des vols pour lesquels aucune compagnie aérienne n’offre à ce jour cette possibilité, tels que les vols à destination de Bichkek, Donetsk et Djouba », a déclaré de PDG de Flydubai, Ghaith Al Ghaith, dans un communiqué.

Parmi les avantages proposés par Flydubai en classe affaires figurent l’accès à un siège confortable et spacieux et une limite généreuse de poids de bagages en soute. Les sièges sont équipés du système primé de divertissement en vol de Flydubai, qui offre un écran tactile haute définition de 12,1 pouces, et les passagers bénéficient d’un choix de menus et de collations s’inspirant d’une cuisine internationale.

« Alliée au vaste éventail de destinations que nous desservons, notre option classe affaires fournit à nos clients une raison de plus de choisir Flydubai. Nous assistons dans le même temps à la croissance de notre flotte et, avec l’arrivée de notre nouvel appareil classe affaires, nous prévoyons d’ajouter d’autres destinations classe affaires à notre réseau d’ici la fin de l’année », observe Al Ghaith. Les clients en classe affaires auront également un accès prioritaire au service d’enregistrement des bagages et une équipe spéciale du service clients sera à leur disposition 24 heures sur 24 pour les aider au moment de la réservation et les renseigner tout au long du voyage.

En fin d’année, les passagers pourront également se détendre dans le Salon classe affaires de Flydubai avant le départ de leur vol et leurs bagages seront délivrés en priorité une fois arrivés à leur destination. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

La Fédération bancaire émirienne appuie l’initiative m-gouvernement

Publié le 09/08/2013


La Fédération bancaire émirienne (UBF) a annoncé son ferme soutien pour assurer le succès de la mise en œuvre de l’initiative m-gouvernement des E.A.U., lancée en début d’année par Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Vice-Président et Premier Ministre, et Souverain de Dubaï.

L’UBF a créé un comité comprenant des représentants de l’Abu Dhabi Commercial Bank, de la Mashreq Bank, de l’Abu Dhabi Islamic Bank, d’Emirates NBD, de la National Bank of Abu Dhabi et de la Commercial Bank of Dubai pour débattre et arrêter la position de toutes les banques émiriennes quant à la stratégie concernant la fourniture efficace de services bancaires mobiles.

L’initiative m-gouvernement a été lancée en mai dans l’objet de permettre à la population émirienne d’avoir accès à plusieurs services essentiels en tout temps et en tout lieu via les téléphones portables dans les deux années à venir. Cette initiative a été lancée à la fois pour améliorer la prestation des services publics et pour assurer des services de façons novatrices répondant aux normes internationales.

La Fédération bancaire émirienne a engagé des discussions, qu’elle tient régulièrement, avec la Banque centrale des E.A.U. et des sociétés de télécommunications afin d’examiner les meilleurs moyens de mettre en œuvre l’initiative m-gouvernement et en particulier comment garantir que les clients puissent effectuer leurs transactions financières en toute sécurité, facilement et de manière efficace à partir de leur téléphone portable. Les recommandations du comité de l’UBF seront présentées à la Banque centrale dans un avenir proche.

S’exprimant au sujet de cette initiative, AbdulAziz Abdullah Al Ghurair, Président de la Fédération bancaire émirienne, a déclaré : « Étant donné que les transactions mobiles au Moyen-Orient devraient se chiffrer à 27 milliards de dollars d’ici à 2017, les banques émiriennes sont bien placées pour bénéficier de l’augmentation constante de la demande de services bancaires mobiles, qui doivent être accessibles en tout temps et en tout lieu. Il est essentiel que les principales parties prenantes coopèrent pour garantir le succès du projet m-gouvernement. Notre objectif, en tant que banques, consiste à s’assurer que notre contribution permette de garantir que les services bancaires mobiles proposés aux E.A.U. figurent parmi les plus performants et soient exempts de risques. » - Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Cheikha Lubna Al Qasimi salue les dirigeants avisés du pays pour les réalisations des E.A.U. en matière d’aide humanitaire

Publié le 26/07/2013



Cheikha Lubna Al Qasimi, ministre du Développement et de la Coopération internationale, a déclaré que le Président Son Altesse Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan et le Vice-Président et Premier Ministre, Souverain de Dubaï, Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, ont été les initiateurs des réalisations remarquables des E.A.U. dans le domaine humanitaire.

Elle a cité les directives adoptées par les dirigeants afin de fournir toutes les formes de soutien voulues aux populations mondiales dans le besoin, conformément à la ligne de conduite définie par le regretté Cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan, père fondateur des E.A.U.

Cheikha Lubna s’adressait aux donateurs et organisations caritatives venus assister aux réunions organisées sur deux jours à Dubaï et à Abu Dhabi par le ministère dans le cadre du Ramadan.

La ministre émirienne a dit aux donateurs que le classement des E.A.U. au 16e rang mondial l’année dernière en matière d’aide humanitaire « incite le pays à déployer plus d’efforts dans les domaines du développement et des interventions humanitaires au niveau international. Il ne nous aurait pas été possible d’atteindre un tel rang sans votre réponse positive. » - Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Des sociétés émiriennes rivalisent pour bâtir le premier hôtel sous-marin du monde

Publié le 16/07/2013



Emirates 24|7 révèle que Drydocks World, la division de construction navale de Dubai World, est en pourparlers avec plusieurs sociétés émiriennes afin de bâtir l’hôtel disque sous-marin.

« Nous avons déjà été contactés par des entreprises émiriennes qui veulent que nous construisions un hôtel disque pour elles. Les négociations sont en cours, mais rien n’est finalisé », a indiqué un cadre supérieur de Drydocks World à condition de pouvoir rester anonyme.

Le plus petit de ces hôtels, à deux disques, coûtera entre 50 et 80 millions de dollars.

Ce représentant officiel a indiqué que Drydocks ne bâtirait les hôtels disques que pour des tiers, car cette société a formé une coentreprise avec Big Invest Consult, société suisse qui représente Deep Ocean Technology, le propriétaire polonais de la technologie et du concept des hôtels disques sous-marins, afin de créer des hôtels sous l’eau et des villes flottantes au Moyen-Orient.

« Nous possédons une coentreprise avec Big Invest Consult afin de construire ces hôtels pour des parties intéressées au Moyen-Orient. Pour l’instant, nous ne construisons pas pour Drydocks. »

Khamis Juma Buamim, président de Drydocks World & Maritime World, a également rencontré Arkadiusz Majerski, président et PDG de Deep Ocean Technology, ainsi que Bogdan Gutkowski, président de Big Invest, le mois dernier, afin de discuter des problèmes liés au projet d'hôtel, notamment les plans, les aspects techniques et les structures.

Lorsqu’il lui a été demandé où serait probablement ancré le premier hôtel aux E.A.U., le représentant a répondu : « Nous ne connaissons pas encore le lieu. Cet hôtel pourra être déplacé au fur et à mesure des besoins. »

Le promoteur polonais a déjà reçu le feu vert du ministère national du Tourisme des Maldives afin de commencer la construction près de l'île de Kuredhivaru.

Water Discus Underwater Hotel

Le Water Discus Underwater Hotel se compose de plusieurs disques sous-marins, à une profondeur allant de 10 à 30 mètres, et les autres au-dessus de la surface afin de permettre aux clients d'admirer les profondeurs de l'océan tout en profitant de la vie en station balnéaire en surface.

Chaque pièce, qui est intégrée au monde sous-marin autant que possible, offrira un contact à la fois direct et sans danger avec la flore et la faune, notamment grâce à des véhicules sous-marins qui pourront être dirigés de l’intérieur afin d’aller mieux voir les créatures sous-marines les plus petites.

En raison de leur construction modulaire unique, les Water Discus Hotels pourront être agrandis et personnalisés selon les environs et les demandes des clients.

Un disque seul est une structure indépendante d’environ 1 000 mètres carrés, entièrement équipée, afin d’assurer les plus hauts niveaux de sécurité et de confort.

Il s’agit d’un module individuel et d’un composant de complexe plus grand.

Plusieurs de ces modules pourront être utilisés pour construire un complexe d’hôtels d’une taille qui convient au client aussi bien qu’au lieu choisi.

Les complexes pourront être situés n’importe où dans le monde. Chaque complexe sera adapté aux conditions locales, telles que la forme du littoral ou la profondeur de l’océan situé autour de la barrière de corail.

En outre, en cas de changement environnemental ou d'évolution des conditions économiques, les modules pourront être placés dans un autre lieu, afin de donner l'occasion de vivre sous l'eau de manière permanente, avec des options illimitées pour changer de lieu.

Cette mobilité facilite les modifications dans la décoration intérieure de l’hôtel, car chaque disque peut être détaché et remplacé à tout moment par un nouveau disque. – Emirates 24│7

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’ADMA-OPCO signe un contrat EPC pour le projet de développement du champ d’Umm Lulu avec la NPCC

Publié le 21/06/2013



L’Abu Dhabi Marine Operating Company (ADMA-OPCO) a signé un contrat EPC (étude technique, achats et construction) de 2,8 milliards de dirhams (765,94 millions de dollars) pour le Projet de développement complet du champ d’Umm Lulu Volet-1 avec la National Petroleum Construction Company (NPCC).

Le développement du champ d’Umm Lulu est une initiative stratégique de l’ADNOC qui cadre avec le projet de l’ADMA-OPCO d’augmenter de 300 millions de barils par jour (b/j) la production à partir de ses nouveaux champs : Umm Lulu, Nasr et Satah Al-Razboot (SARB), dans le cadre de son programme global visant à porter sa production pétrolière des 600 000 b/j actuels à environ un million de barils par jour d’ici à 2020, a déclaré l’ADMA-OPCO dans un communiqué de presse.

Le développement de champs offshore joue un rôle capital dans les efforts déployés par Abu Dhabi pour porter sa production de pétrole brut des 2,7 millions b/j actuels à 3,5 millions b/j.

Le contrat a été signé au siège social de l’ADMA-OPCO hier (18 juin) par Ali Rashed Al-Jarwan, PDG de l’ADMA-OPCO, et Ali Ghanim Bin Hamoodah, directeur général adjoint (Projets – Ingénierie) de l’ADMA-OPCO.

Aqeel Madhi, PDG de la NPCC et Hanna Dahdah, directeur adjoint (Contrats) de la NPCC, ont signé pour la NPCC, en présence de Shafique Al-Dhiyebi, directeur général adjoint (Projets) de la NPCC. Étaient également présents des cadres supérieurs des deux sociétés.

À la suite de la cérémonie de signature, Al-Jarwan s’est déclaré très satisfait de la prudence du gouvernement d’Abu Dhabi et du soutien illimité apporté par les dirigeants de l’Émirat aux projets concernant l’augmentation de la production de pétrole et de gaz.

« La signature du contrat a eu lieu sous la direction du gouvernement d’Abu Dhabi et avec le soutien du Conseil suprême du pétrole et des actionnaires », a déclaré le PDG, soulignant que le projet dans son ensemble correspond aux directives de l’ADNOC qui visent à assurer une production durable de pétrole, tout en maintenant le respect de normes strictes en matière de santé, de sécurité et d’environnement (SSE).

Le PDG de la NPCC a exprimé sa satisfaction quant au partenariat solide et durable de sa société avec l’ADMA-OPCO, observant que « la NPCC n’épargnera aucun effort pour exécuter le projet à l’entière satisfaction de l’ADMA-OPCO et veillera au plus haut respect des normes SSE de l’ADNOC. » Les travaux EPC comprennent la construction et l’installation de 6 tours de tête de puits, d’un topside de plate-forme de tête, de conduites à l’intérieur du champ (90 km), d’oléoducs (125 km), de câbles à fibre optique (100 km) ainsi que l’apport de modifications à deux tours de tête de puits existantes du champ d’Umm Lulu.

Le champ sera développé en deux phases ; la première phase prévoit l’installation de deux tours de têtes de puits, ainsi que d’autres installations, les fluides de puits devant être traités dans les installations d’une compagnie du groupe ADNOC ; les travaux EPC de cette phase sont actuellement en cours.

La deuxième phase du projet Umm Lulu englobe les travaux EPC du Volet 1, qui sont spécifiés ci-dessus ainsi que les travaux EPC du Volet 2, qui comprennent la construction d’un Supercomplexe comprenant une plate-forme de traitement du gaz, une plate-forme de séparation, une plate-forme de tête de puits, une plate-forme de services, une plate-forme d’hébergement, une plate-forme de d’évacuation d’eau et deux plates-formes de support de torche.

L’ADMA-OPCO a récemment signé deux contrats EPC d’une valeur de 8,8 milliards de dirhams (2,4 milliards de dollars) pour le projet de développement complet du champ SARB avec la société sud-coréenne Hyundai Engineering & Construction Company (HDEC) et Petrofac International d’Abu Dhabi.

Le développement complet des champs pétrolifères et gaziers d’Umm Al-Lulu et SARB devrait contribuer à une augmentation de la production de 200 000 barils par jour. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Toute première vente aux enchères de perles aux E.A.U.

Publié le 11/06/2013


Tout comme la plupart des pierres précieuses, les perles varient énormément en taille, qualité et prix et elles demeurent très prisées dans la région du Moyen-Orient.

Selon les spécialistes du domaine, entre 2003 et 2011, soit au cours des neuf dernières années, le secteur perlier émirien a connu un taux de croissance annuel moyen de 25 pour cent, le commerce s’étant chiffré à 29,5 millions de dollars en 2011.

Dimanche, les perles récoltées aux E.A.U. ont été vendues aux enchères pour la première fois dans l’histoire du pays lors d’une vente exclusive tenue au Dubai Pearl Exchange (DPE), initiative du Dubai Multi Commodities Centre (DMCC), situé dans la zone franche de Jumeirah Lakes Towers.

D’après les estimations du DPE, la valeur monétaire du commerce perlier de la ville a décuplé au cours des dix dernières années, grâce aux réexportations vers des pays comme Bahreïn, le Liban, le Japon, Hong Kong et la Suisse.

Les perles ont été fournies par RAK Pearls, la seule ferme perlière commerciale des E.A.U. C’est la toute première fois que des perles cultivées aux E.A.U. sont mises aux enchères.

Au moins 50 acheteurs venus du monde entier font déjà la queue pour acheter les perles, selon Franco Bosoni, directeur des services produits de base du DMCC.

La vente aux enchères silencieuses a attiré des sociétés de joaillerie locales et régionales.

Chetan Karani, directeur général de Mikura, une société perlière basée à Dubaï, considère que la vente marque une évolution très importante pour le marché émirien. Avec la vente de perles sur le marché libre dimanche, on espère que les E.A.U. deviendront à nouveau synonymes de perles fines.

Nous avons réussi à cultiver des quantités commerciales de perles et nous en sommes très heureux, a déclaré Ahmed Bin Sulayem, président exécutif du DMCC. – The Gulf Today

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le prix du baril de pétrole brut de l’ADNOC baisse de 2 dollars en mai

Publié le 07/06/2013


L’Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) a annoncé hier les prix de son pétrole brut pour mai 2013. Selon un communiqué de la compagnie, « les prix des quatre catégories de pétrole brut sont les suivants : Murban 103,65 dollars le baril, Lower Zakum 103,35, Umm Shaif 102,95 et Upper Zakum 100,95 dollars le baril ». – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Etihad Airways ouvre des vols à destination du Brésil

Publié le 04/06/2013


Etihad Airways, le transporteur aérien national des Émirats Arabes Unis, a ouvert des vols directs entre Abu Dhabi et Sao Paulo (Brésil), la première destination de la compagnie aérienne en Amérique du Sud.

Le premier vol, opéré par un Airbus A340-500, a atterri hier à l'aéroport international de Guarulhos à 16h35, heure locale.

Ce nouveau service à destination du Brésil marque l'entrée d'Etihad Airways dans son sixième continent et une étape importante dans l'élargissement de sa présence au sein des pays à forte croissance du BRIC (bloc commercial formé par le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine). Le Brésil, qui constitue la sixième économie mondiale, est le plus grand pays d'Amérique latine, avec une population de près de 200 millions d'habitants.

L'ouverture des nouveaux vols marque l'entrée commerciale de la compagnie aérienne au Brésil, même si elle entretient de longue date des liens avec le pays. Le tout premier vol commercial d'Etihad Airways (à destination de Beyrouth), effectué il y a dix ans, fut opéré par un appareil loué et un équipage brésilien. Plusieurs de ces premiers membres d'équipage et pilotes travaillent encore aujourd'hui pour la compagnie basée à Abu Dhabi, laquelle est devenue depuis la première compagnie aérienne du monde avec sa propre flotte de 77 aéronefs modernes. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. parviennent à réaliser la meilleure progression internationale dans le rapport de compétitivité 2013 de l’IMD

Publié le 31/05/2013



S.A. Cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, vice-président, Premier ministre des E.A.U. et souverain de Dubaï, a félicité son frère, le Président des E.A.U., Son Altesse Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyan, pour la place de numéro un (1er) mondial des E.A.U. en matière d’efficacité gouvernementale, et pour avoir réalisé la plus forte progression dans le classement de compétitivité mondiale dans la Revue de compétitivité 2013, publiée par l’International Institute of Management Development, en Suisse. Ainsi, les E.A.U. atteignent le huitième (8e) rang parmi les nations les plus compétitives du monde.

En outre, les E.A.U. obtiennent le rang de numéro un (1er) mondial en cohésion sociale et en attitudes et valeurs. De plus, les E.A.U. se classent au quatrième (4e) rang mondial de la performance économique, au cinquième (5e) rang mondial de l’emploi et au sixième (6e) rang des pratiques de gestion, obtenant ainsi une progression impressionnante dans 19 domaines et faisant désormais partie des 10 nations les plus compétitives du monde.

Son Altesse Cheikh Mohammed ben Rachid a déclaré : « Mené par son Président, le peuple émirien a travaillé sous forme d’une même équipe. D’Al Sala’a à Al Fujairah, le Président se préoccupe de chaque citoyen et construit un avenir radieux pour notre nation entière. » En outre, Son Altesse a réitéré que « la collaboration continue des organismes gouvernementaux fédéraux et locaux a permis aux E.A.U. de réaliser, en une seule année, la plus forte progression dans le classement, et de devenir la huitième (8e) nation la plus compétitive dans le monde et numéro un (1er) mondial en efficacité gouvernementale. Cet accomplissement, qui est le fruit du travail de milliers d’équipes, dans les services gouvernementaux fédéraux et locaux de l’ensemble des E.A.U., constitue un message très clair pour le monde, selon lequel le peuple émirien ne se contentera de rien d’autre que de la première place. »

Par ailleurs, Son Altesse, qui a souligné le fait que cet accomplissement nécessitera des efforts supplémentaires et un dur travail de tous, a dirigé l’unification de tous les efforts afin de réaliser la Vision 2012 pour que les E.A.U. se classent parmi les plus grandes nations dans tous les domaines et aspects. Qui plus est, Son Altesse a ajouté qu’il est très optimiste quant aux capacités du peuple émirien à réaliser la Vision 2021 avant son échéance.

De plus, Son Altesse était très contente des progrès que les E.A.U. réalisent dans le rapport et dans l'obtention de la première place mondiale en matière de cohésion sociale et d'efficacité gouvernementale. Cette réussite indique la nature équilibrée et impartiale de notre moteur de développement.

En outre, Son Altesse a indiqué que les E.A.U. ont de grandes ambitions et que les années à venir verront apparaître plusieurs initiatives de développement importantes qui impressionneront le monde et porteront les E.A.U. vers des niveaux inédits de performance développementale et économique.

Concernant le rapport de compétitivité global, Son Altesse a conclu : « Je suis très optimiste quant à notre avenir, j’ai confiance en notre peuple et je sais que nous allons continuer à travailler dur. Notre objectif est et sera toujours la prospérité du peuple émirien. » La Revue de compétitivité internationale d'IMD, institut basé en Suisse, est l’un des rapports mondiaux annuels les plus complets sur la compétitivité des nations. Elle est largement consultée par les décisionnaires, les entreprises et les investisseurs. La Revue de compétitivité internationale classe et analyse les pays en fonction de plus de 300 critères, que ce soient des faits ou des données provenant d’études, sur la façon dont les pays utilisent leurs ressources afin d’améliorer la prospérité, notamment en matière de croissance économique, de préoccupations environnementales et de qualité de vie.

Les principaux facteurs de progression des classements des E.A.U. comprennent notamment des avancées impressionnantes dans tous les secteurs importants, mesurés par le rapport tels que l’efficacité gouvernementale, domaine dans lequel les E.A.U. sont passés de la 3e place de l’an dernier à la 1re place mondiale cette année, dans le domaine de la performance économique, où les E.A.U. ont progressé de 7 places pour devenir quatrième (4e) mondial, en matière d’efficacité d’entreprise, où les E.A.U. se classent actuellement au neuvième (9e) rang mondial, après une progression spectaculaire de dix places par rapport au classement 2012.

En dehors de l’amélioration de la performance émirienne dans tous les domaines du rapport, les E.A.U. ont réalisé une amélioration remarquable dans la majorité des sous-domaines essentiels du rapport, tels que l’emploi (passant du 15e au 5e rang), les pratiques de gestion (passant du 21e au 6e rang), l’économie nationale (passant du 13e au 8e rang) et le cadre sociétal (passant du 15e au 8e rang). – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. remportent les Oscars du voyage

Publié le 08/05/2013



Les E.A.U. se sont classés premiers parmi les pays du Moyen-Orient en remportant la majorité des Oscars de l’industrie du voyage, à Dubaï, dimanche soir.

Le pays a remporté 43 prix sur les 63 décernés lors des 20e Récompenses internationales du voyage, face à de grands hôtels et de grandes entreprises du voyage basés au Moyen-Orient. Etihad Airways, la Direction du tourisme d’Abu Dhabi, Burj al Arab et le Qatar étaient parmi les noms victorieux lors de la cérémonie 2013 des Récompenses internationales du voyage pour le Moyen-Orient.

« Le Moyen-Orient était la région parfaite pour inaugurer la grande tournée des Récompenses internationales du voyage 2013, plaçant ainsi la barre très haut pour le reste du monde afin de toujours élever les normes de l’excellence dans le voyage et le tourisme, » explique Graham E. Cooke, président et fondateur des Récompenses internationales du voyage.

L’élite de l’industrie – notamment des PDG de grandes compagnies de voyage, des ministres et des directeurs de comités touristiques – ont assisté à ce gala scintillant. Les Récompenses internationales du voyage, qui célèbrent leurs 20 ans cette année, sont reconnues dans le monde entier comme étant la plus grande reconnaissance du secteur des voyages, en distinguant les marques qui repoussent toujours les frontières de l’excellence de ce secteur.

Etihad Airways, l’une des étoiles les plus brillantes, est reparti avec une liste impressionnante de récompenses, notamment les prix de la meilleure compagnie aérienne du Moyen-Orient, de la meilleure première classe du Moyen-Orient et du meilleur personnel de cabine du Moyen-Orient.

Parmi les autres gagnants des pays du Golfe, le prix de la meilleure destination de voyage d’affaires au Moyen-Orient est allé à Doha, au Qatar. Le prix de la meilleure villa du Moyen-Orient est allé à Jumeirah Zabeel Saray, le prix du meilleur spa du Moyen-Orient au Talise Ottoman Spa de Jumeirah Zabeel Saray et le prix du meilleur nouvel hôtel du Moyen-Orient est allé au JW Marriott Marquis de Dubaï. Une nuée de récompenses ont été remportées par Atlantis, The Palm : meilleure station de Dubaï, meilleure suite d’hôtel de Dubaï et meilleure station du Moyen-Orient.

La montée continue d’Abu Dhabi au firmament du tourisme a également été récompensée. La ville a remporté une pléiade d’honneurs, notamment les prix du meilleur centre d’exposition et de convention du Moyen-Orient pour le Centre National d’Exposition d’Abu Dhabi, le prix du meilleur comité touristique du Moyen-Orient pour la direction du tourisme et de la culture d’Abu Dhabi, ainsi que le prix de la meilleure destination balnéaire du Moyen-Orient pour la plage de Saadiyat, à Abu Dhabi. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Ouverture du World Trade Centre d’Abu Dhabi en 2014

Publié le 26/04/2013


Les résidents de la capitale pourront bénéficier d’un ensemble de magasins, de restaurants, de lieux de divertissement et de logements de premier ordre, au cœur d’Abu Dhabi, lorsque le World Trade Centre ouvrira ses portes l’année prochaine.

Le WTCAD (World Trade Centre d’Abu Dhabi), mis en chantier par Aldar sur le site de 4,85 hectares de l’ancien Marché central, comprendra un centre commercial, une tour résidentielle, une tour d’affaires, un souk et un hôtel Marriott The Courtyard. Ensemble, ces aménagements permettront de vivre une expérience inégalée et unique en plein centre de la capitale.

Le souk est ouvert depuis août 2010. Le centre commercial et les bureaux devraient entrer en service en fin d’année. La construction des résidences et de l’hôtel The Courtyard sera achevée en 2014.

La liste des points de vente internationaux qui viendront s’installer au centre commercial du WTC, lequel conjugue architecture traditionnelle et luxe moderne, comprend le premier House of Fraser du Moyen-Orient, Ted Baker, Rodeo Drive, Tommy Hilfiger, Guess, Gerry Weber et Escada, pour n’en citer que quelques-uns.

Parmi les lieux de restauration informels on retrouvera certains des plus courus, tels que PF Chang, Le Pain Quotidien et Fatburger.

En matière de divertissement, le WTCAD offrira un complexe de huit salles de cinéma. En outre, pour compléter la gamme de services proposés, on y trouvera un cabinet médical, un supermarché Spinney et des salons de beauté.

« Le premier House of Fraser en dehors du Royaume-Uni, les jardins sur les toits et le vaste choix de points de vente et de restaurants, sont autant d’éléments qui nous enthousiasment et nous nous réjouissons à la perspective d’accueillir le public qui pourra faire ses achats dans une ambiance exceptionnelle inégalée et un cadre magnifiquement conçu », a déclaré David Wallace, directeur du centre commercial du World Trade Centre d’Abu Dhabi. Gulf News

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Boeing livrera les appareils d’Etihad Airways début 2014

Publié le 16/04/2013



Washington D.C. : John Wojick, premier vice-président de Boeing, a déclaré dans un communiqué exclusif transmis à l’Agence de presse des Émirats (WAM) que Boeing s’est engagée à livrer les appareils commandés par Etihad Airways au premier trimestre de l’année prochaine.

John Wojick a salué la décision d’Etihad Airways d’acheter 12 Boeing représentant une valeur totale de 10,3 milliards de dirhams. La commande qui a été signée comprend 10 Boeing 787-9 Dreamliners, ce qui porte à 41 le nombre total d’appareils achetés par Etihad. Ces appareils, qui doivent être livrés entre 2014 et 2019, feront de la compagnie le plus grand exploitant mondial de ce modèle d’avion.

Le vice-président, responsable des ventes de la division Avions commerciaux de Boeing, a déclaré que le modèle Dreamliner est l’un des meilleurs appareils au niveau des performances environnementales, puisqu’il consomme 20 pour cent de moins de carburant que les autres aéronefs de la même taille. Etihad a également des options et droits d’achat sur 25 « Boeing 787 » supplémentaires.

Wojick a souligné l’importance de la nouvelle ligne reliant Dallas à l’aéroport d’Abu Dhabi et la manière dont elle renforce les relations stratégiques entre les E.A.U. et les États-Unis. Il s’est également félicité de la volonté d’Etihad Airways de renforcer sa présence à Washington D.C, à la suite de l’ouverture, la semaine dernière à l’aéroport international de Dallas, de son salon d’attente VIP d’une valeur estimée à 6,8 millions de dollars. Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Bill Clinton : Dubaï est bien placée pour remporter l’organisation de l’EXPO 2020

Publié le 12/04/2013



L’ancien président américain Bill Clinton s’est adressé hier à des étudiants de l’Université américaine de Dubaï (AUD), à l’occasion de sa 6e visite au campus depuis l’allocution qu’il a prononcée en 2002 lors d’une cérémonie de remise de diplômes de l’université.

Au cours d’une séance publique à laquelle ont assisté plus de 500 des étudiants de l’AUD, le président Clinton a salué les réalisations des E.A.U. et la vision d’avenir du pays, soulignant la richesse de sa structure sociale diversifiée.

« Les pays qui se sont le mieux et le plus rapidement sortis de la crise économique difficile sont ceux dont le modèle de fonctionnement facilite la coopération entre tous les secteurs de la société, les races, les religions et les groupes ethniques et où les membres de la population trouvent un moyen de célébrer leurs différences et d’en être fiers, travaillant ensemble dans un esprit de responsabilité partagée », a expliqué le président Clinton.

« C’est ce que Dubaï et les E.A.U. représentent et, à mon avis, vous êtes bien placés pour remporter l’organisation de l’Expo 2020 parce que le modèle de prospérité partagée offert par Dubaï est plus important aujourd’hui que jamais et qu’il est une source d’inspiration pour de nombreux pays du Moyen-Orient. » Un peu avant, le président Clinton avait ouvert la session publique avec les étudiants par ces mots : « Je sui venu ici, à l’AUD, pour la première fois il y a 11 ans et j’adore cette université ! L’AUD représente l’avenir de cette région et du monde qui l’entoure. Mais ne vous reposez pas sur vos lauriers et continuez à faire ce que vous faites le mieux ici à Dubaï ! » Le Vice-Président exécutif de l’AUD Elias Bou Saab a souhaité la bienvenue à l’ancien président américain et déclaré : « À l’AUD, c’est toujours avec grand plaisir que nous accueillons le retour du président Clinton sur le campus. Nous sommes fiers de le compter parmi nos amis et de le saluer comme une véritable inspiration pour tous. » Il a tenu ces propos en présence du Président de l’AUD, le Dr Lance de Masi, du Consul général des États-Unis à Dubaï M. Rob Weller, de membres du Conseil d’administration de l’AUD, de M. Joseph Ghossoub et de plusieurs administrateurs et membres du corps académique.

Durant la session, les étudiants ont posé tour à tour des questions tournant autour de la paix au Moyen-Orient, du conflit en Syrie ainsi que de la situation en Corée du Nord et de l’opinion que le président a de l’Afrique en tant que continent en développement.

Le président Clinton a visité les studios et les installations de l’École Mohammed bin Rashid de communication avec Dean Ali Jaber et rencontré certains des étudiants de l’établissement qui y font leurs études dans le cadre du Programme de bourses Mohammed bin Rashid de l’AUD. Il a déclaré que le programme donne à des étudiants qui n’auraient pas eu sinon la chance de réaliser leur rêve, l’accès à une éducation de premier ordre dans les médias et qu’un exemple de sagesse et de générosité aussi remarquable est très rare.

Il a également rencontré les boursiers Clinton actuellement inscrits à l’AUD, qui étaient heureux de se faire photographier avec lui à l’occasion d’une cérémonie fêtant l’accueil à l’université du 155e boursier Clinton dans le cadre du programme de bourses d’études spécial créé en l’honneur du président. Ce dernier a également pris le temps de bavarder avec des membres de l’association étudiante de l’AUD. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. et l’Australie signent un accord de coopération

Publié le 09/04/2013



Conformément à son objectif stratégique, la Direction générale de l’aviation civile (GCAA) des E.A.U. a signé un protocole d’accord avec le ministère des Infrastructures et des Transports du Commonwealth australien le 1er avril 2013.

La signature de cet important protocole d’accord facilitera la rapide expansion des opérations aériennes civiles entre les deux pays. Il permettra également de renforcer le commerce, le tourisme ainsi que les échanges culturels entre eux.

Saif Mohammed Al Suwaidi, Directeur général de la GCAA, a signé le protocole d’accord au nom du gouvernement émirien, tandis que M. Mike Mrdak, Secrétaire au ministère des Infrastructures et des Transports l’a signé au nom du gouvernement du Commonwealth australien.

Ce protocole d’accord contribuera grandement à la promotion d’une coopération mutuelle pour l’amélioration de la sécurité de l’aviation civile. Cet objectif sera réalisé grâce au partage et à l’échange d’informations relatives à la sécurité de l’aviation civile ainsi qu’au développement des compétences techniques et de la formation dans le domaine de la sécurité de l’aviation civile.

La signature du protocole d’accord témoigne des liens cordiaux entretenus et nourris par les deux pays dans le domaine de l’aviation civile. Le gouvernement des E.A.U. représenté par la GCAA, continuera d’œuvrer en faveur du renforcement des liens dans d’autres domaines de l’aviation civile également. La GCAA s’attachera à signer avec d’autres pays disposant d’infrastructures d’aviation civile robustes des accords similaires qui pourront servir les intérêts du peuple et du gouvernement émiriens. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le GIBTM 2013 ouvre ses portes aujourd’hui

Publié le 26/03/2013



Le salon GIBTM 2013, qui ouvre ses portes aujourd’hui (lundi), offrira plus d’opportunités que jamais d’établir des contacts, de tirer des enseignements et de conclure des affaires grâce à toute une vague de nouveaux exposants, initiatives et concepts éducatifs.

La manifestation de cette année, qui se déroulera au Centre national des expositions d’Abu Dhabi (ADNEC) d’aujourd’hui à mercredi, accueille 70 nouveaux exposants, le nombre de destinations et d’entreprises européennes représentées ayant augmenté considérablement.

L’espace d’exposition s’est agrandi de 7 pour cent par rapport à 2012, avec la participation de plus de 35 pays. Parmi les destinations représentées pour la première fois figurent Madrid, la Serbie, Athènes, la Géorgie, le Maroc, l’Ukraine, San Francisco et la Belgique. Les exposants déjà présents l’année dernière, dont le royaume de Bahreïn, le ministère de la Culture, le secteur du tourisme, le Conseil du tourisme de Jordanie et Etihad Airways, ont quant à eux doublé au moins la taille de leur stand par rapport à 2012.

Point important pour les visiteurs, plus de 2 800 professionnels du secteur, comprenant des agences événementielles locales et internationales et des acheteurs de voyages d’affaires et d’incitation, y assisteront et, dans le cadre du programme « Hosted Buyer » du GIBTM, 265 acheteurs professionnels influents représentant des secteurs verticaux lucratifs, tels que le pétrole et le gaz, les produits pharmaceutiques, l’informatique, la finance et l’automobile, sont attendus.

Ayant recueilli la participation au salon d’un grand nombre de décideurs parmi les plus importants, l’organisateur du GIBTM, Reed Travel Exhibitions (RTE), prévoit qu’il s’y tiendra plus de 7 500 rendez-vous pris à l’avance.

« La forte augmentation de l’intérêt porté par les fournisseurs et les acheteurs influents prouve qu’après une reprise lente bien que soutenue depuis 2009, le secteur régional des voyages d’affaires, sous toutes ses formes, s’est fermement remis sur les rails grâce à la confiance dans l’économie régionale et à la création d’une multitude de locaux et d’installations de qualité exceptionnelle qui suscitent un intérêt mondial, » a déclaré la directrice des expositions au GIBTM Lois Hall. – The Gulf Today

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Ouverture du Centre d’affaires d’Abu Dhabi

Publié le 05/03/2013


Le Département du développement économique d’Abu Dhabi a annoncé hier l’entrée en activité du Centre d’affaires d’Abu Dhabi (ADBC), qui fait partie de l’ADDED, en présence de Mohammed Omar Abdullah, sous-secrétaire de l’ADDED, et de plusieurs hauts responsables de diverses autorités et conseils gouvernementaux de l’ensemble de l’émirat d’Abu Dhabi.

Le sous-secrétaire de l’ADDED et les hauts responsables venus de l’ensemble de l’émirat d’Abu Dhabi ont visité le centre et ses divers départements. On leur a présenté les services les plus importants assurés par l’ADBC, dont les solutions d’affaires électroniques novatrices visant à réduire le temps nécessaire pour obtenir une licence commerciale.

Nasser Ahmed Al Sowaidi, président de l’ADDED a déclaré : « Le Centre d’affaires d’Abu Dhabi (ADBC) est considéré comme une initiative majeure, adoptée par le gouvernement de l’Émirat d’Abu Dhabi et mise en place pour réorienter l’environnement des entreprises conformément aux normes internationales, qui s’inscrit dans le cadre d’un plan stratégique complet centré sur le développement de divers secteurs économiques ».

Et Mohammed Omar Abdullah, sous-secrétaire de l’ADDED, de préciser : « Le Centre offre trois types de services principaux, à savoir des services d’enregistrement et de délivrance de licences commerciales, des services interactifs sous la forme de propositions de consultation et des services de soutien aux entreprises et aux investisseurs, outre la fourniture d’informations utiles aux clients et partenaires stratégiques d’Abu Dhabi qui évoluent dans l’environnement commercial de l’émirat. L’ADDED a l’intention d’améliorer les services, ainsi que les conditions auxquelles sont soumis les acteurs commerciaux, afin de réduire le temps qu’il faut pour délivrer les licences commerciales, les démarches étant toutes regroupées sous le guichet unique de l’ADBC ».

Le Centre vise à renforcer les efforts en vue d’atteindre l’objectif de 90 pour cent de licences commerciales délivrées d’ici la fin 2013, quand le Centre sera relié à 15 entités publiques. En outre, d’autres entités seront également ajoutées dans un proche avenir pour porter le total à 45.

Le nouveau centre d’affaires, situé au siège social de l’ADDED, est extrêmement bien placé puisqu’il se trouve en plein centre-ville et bénéficie de l’existence de grandes aires de stationnement à proximité du bâtiment. Le Centre ultramoderne nouvellement construit a été conçu de manière à y inclure des services et aménagements judicieux, dont des salles d’attente spacieuses, un bureau de réception visible et des espaces d’accueil. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le commerce bilatéral E.A.U. – Corée du Sud se chiffre à 22 milliards de dollars

Publié le 05/03/2013


Le commerce bilatéral entre les E.A.U. et la Corée du Sud s’est chiffré à 22 milliards de dollars et les relations commerciales entre les deux pays sont sur le point de connaître une croissance renforcée, selon Fahad Al Gergawi, PDG du Bureau des investissements directs étrangers (IDE) à Dubaï.

Il a tenu ces propos lors d’une conférence de presse organisée ici pour annoncer le troisième Forum économique E.A.U.-Corée, qui se tiendra à Séoul les 27 et 28 mai 2013, dans l’objectif de renforcer les liens économiques et de créer un plus grand nombre d’opportunités d’investissement entre les deux pays.

Sur 200 participants, 80 sociétés basées aux E.A.U., dont 25 implantées à Dubaï, seront présentes au forum.

Attirant l’attention sur les 300 sociétés coréennes enregistrées aux E.A.U. et les 12 000 et quelques résidents coréens, Al Gergawi a affirmé : « Les sociétés et les investisseurs sud-coréens ont été les premiers à exploiter les avantages offerts par Dubaï en tant que pôle régional. »

« Le commerce non pétrolier entre Dubaï et la Corée du Sud a affiché une croissance constante au cours de la dernière décennie, grimpant de 19 milliards de dollars en 2010 à 22 milliards de dollars en 2012. »

Il a fait remarquer que par l’intermédiaire des E.A.U., les investisseurs étrangers pouvaient bénéficier d’un champ d’action plus large pour établir des liens avec les 2,2 milliards et plus de consommateurs du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie du Sud et exploiter le potentiel existant dans les domaines des services financiers, de la santé, des technologies vertes, du transport, du tourisme et de l’immobilier.

Ali Ebrahim, directeur général adjoint du service Planification et Développement du DED, a précisé que la Corée est le dixième partenaire stratégique des E.A.U. dans les secteurs essentiels.

« Il existe d’autres avenues que les E.A.U. et la Corée du Sud pourront explorer afin de créer des synergies transformatrices et Dubaï, en particulier, perçoit des opportunités énormes au niveau des technologies de pointe de la Corée du Sud et de l’importance qu’elle accorde à l’innovation et aux petites et moyennes entreprises », a-t-il ajouté.

Le commerce dans les zones franches

D’autre part, le commerce E.A.U.-Corée du Sud réalisé en zone franche représentait 2,2 milliards de dollars du montant global du commerce du pays en 2012, a déclaré Ebrahim Al Janahi, PDG adjoint et directeur commercial de Jafza.

« Nous comptons 50 sociétés coréennes à Jafza et la plupart de leurs activités ont trait aux infrastructures et à l’énergie nucléaire, » a-t-il précisé.



Le secteur de l’immobilier

L’émirat, qui se rendra au forum avec 12 sociétés immobilières basées aux E.A.U., souhaite renforcer le commerce immobilier entre les deux pays.

Selon Sultan Bin Mejren, directeur général du Dubai Land Department, bien que les investisseurs immobiliers à Dubaï représentent 195 nationalités, les investissements coréens dans ce secteur sont minimes et devraient être stimulés.

Le forum inclura un salon professionnel dans le cadre duquel se tiendront plusieurs réunions et débats entre les hommes d’affaires et les plus grandes sociétés coréennes ainsi qu’un certain nombre d’investisseurs, a déclaré le Dr Abdul Salam Al Madani, président d’Index Holding.

Le salon est censé attirer également plusieurs sociétés de différents secteurs tels que ceux du commerce, de l’informatique, de la fabrication, du tourisme, de la santé, de l’énergie, de la finance, de l’aviation, du bâtiment et de l’immobilier. – Gulf News

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Entrée en activité du Centre d’affaires d’Abu Dhabi en mars

Publié le 01/02/2013


Le Département du développement économique d’Abu Dhabi a annoncé que le lieu d’implantation de son Service d’octroi de licences commerciales, qui se trouvait au sein des bureaux de la municipalité d’Abu Dhabi, a été transféré à son nouveau bâtiment principal situé aux Banyans Towers.

Ce déménagement, qui a pris effet hier, a été décidé en préparation au lancement du Centre d’affaires d’Abu Dhabi au début du mois prochain.

Mohammed Munif Al Mansouri, Directeur exécutif par intérim du Secteur des Affaires commerciales, a déclaré que cette mesure s’inscrivait dans le cadre des efforts déployés par le Département du développement économique d’Abu Dhabi afin de faciliter toutes les transactions entre le service d’octroi de licences commerciales et ses clients et partenaires stratégiques, et de mieux être aux services de toutes les sociétés commerciales, professionnelles et de services de l’émirat d’Abu Dhabi.

Il a expliqué que des travaux étaient en cours en vue du développement du nouveau centre de services à la clientèle et en prévision du lancement du Centre d’affaires d’Abu Dhabi, lequel vise à créer un environnement économique évolué et à contribuer au renforcement des secteurs des affaires et du commerce de l’émirat d’Abu Dhabi. Le centre de services à la clientèle permettra aux établissements du secteur privé d’accomplir les procédures d’obtention de licences avec une facilité répondant aux attentes.

Le centre de services à la clientèle constitue, grâce à sa nouvelle structure, le noyau principal du Centre d’affaires d’Abu Dhabi. Il proposera aux hommes d’affaires de nombreux services, dans le cadre d’un ensemble d’initiatives qui ont été récemment relancées, afin de répondre aux besoins des entreprises. Il offrira entre autres l’établissement de services en ligne reliés à plusieurs organes gouvernementaux fédéraux et locaux, de manière à faciliter le traitement électronique des demandes de licences et l’octroi de celles-ci, dans le contexte du projet d’archivage en ligne, ainsi que plusieurs initiatives électroniques en collaboration et coordination avec des partenaires stratégiques du département, dans l’objet de faire gagner du temps et épargner des efforts aux clients.

Al Mansouri a précisé que l’objectif principal du Centre d’affaires d’Abu Dhabi était de simplifier les procédures en vue d’améliorer la compétitivité de l’émirat du point de vue de la facilité d’y faire des affaires, ainsi que son classement dans les rapports internationaux sur la compétitivité.

En lançant le Centre d’affaires, le Département du développement économique a l’intention d’améliorer les résultats globaux des activités commerciales et économiques de l’émirat en répondant à tous les besoins des citoyens ainsi que des hommes d’affaires et investisseurs étrangers. En effet, le Centre sera l’organe chargé de fournir toutes les données et informations sur les activités commerciales de l’émirat d’Abu Dhabi et jouera par conséquent un rôle stratégique dans l’amélioration et le développement de l’environnement économique de l’émirat.

Al Mansouri a exprimé sa reconnaissance envers la direction de la municipalité d’Abu Dhabi et a remercié celle-ci d’avoir abrité toutes ces années passées le centre des services commerciaux du Secteur des Affaires commerciales, ce qui a considérablement renforcé l’efficacité du Département du développement économique et l’a aidé à s’acquitter de ses responsabilités quant au maintien d’un environnement commercial propice dans la ville d’Abu Dhabi. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’aéroport de Sharjah affiche une hausse de 14 % du nombre de passagers transportés

Publié le 18/01/2013


Le nombre de passagers transitant par l’aéroport international de Sharjah a atteint l’année dernière une croissance à deux chiffres par rapport à l’année précédente, grâce principalement à l’expansion d’Air Arabia, selon l’Autorité aéroportuaire.

En 2012, plus de 7,5 millions de passagers ont transité par l’aéroport contre 6,6 millions en 2011, ce qui correspond à une croissance de 13,6 pour cent sur douze mois. Les mouvements d’aéronefs ont également augmenté de 3,5 pour cent pour atteindre un total de 65 975 durant la période de janvier à décembre l’année dernière, contre 63 737 pour la même période l’année précédente. Le fret manutentionné par l’aéroport en 2012 s’est élevé à 419 116 tonnes.

« La croissance, qui se poursuit après l’établissement d’une base très solide l’année dernière, provient principalement de la rapide expansion d’Air Arabia, qui constitue aujourd’hui la source de trafic passagers la plus importante de l’aéroport international de Sharjah, mais aussi de l’inauguration par les autres compagnies aériennes de vols supplémentaires à destination de l’aéroport et de la prestation de nouveaux services par les compagnies existantes. Cette croissance résulte également de l’attractivité de Sharjah en tant que destination commerciale et touristique et plaque tournante efficace », a déclaré le Dr Ghanem Al Hajri, président de l’Autorité aéroportuaire de Sharjah.

Le Dr Al Hajri a signalé que les projets en cours réalisés par l’aéroport auraient pour effet de stimuler la croissance des compagnies opérant depuis l’aéroport et porteraient la capacité de ce dernier à plus de huit millions de passagers par an. « Nous gérerons cette croissance avec efficacité en augmentant la capacité de l’aéroport, tant au sol qu’en termes de vols, tout en continuant d’améliorer le niveau global de service. Cela traduit l’engagement que nous avons pris envers les usagers, ainsi que notre soutien en tout temps », a-t-il ajouté.

« Le niveau de service offert aux compagnies aériennes ainsi que l’efficacité et la facilité d’exploitation, le tout à un prix compétitif, font que de nombreux transporteurs aériens restent intéressés par l’aéroport international de Sharjah. Nous sommes tout à fait conscients que nous devrons faire tous les efforts possibles pour maintenir cette performance. » – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Masdar et l’Institut international pour la paix lancent un groupe de travail sur l’énergie et la sécurité dans le cadre du Sommet mondial des énergies du futur

Publié le 18/01/2013


Un nouveau groupe de travail, chargé de se pencher sur les répercussions des questions d’énergie sur la sécurité et d’examiner divers moyens d’anticiper les conflits liés à l’énergie, a été lancé hier à l’occasion du Sommet mondial pour les énergies du futur par l’Institut international pour la paix (IPI), groupe d’experts spécialisés dans la recherche en matière de politiques basé à New York et Vienne, et Masdar, principale société d’Abu Dhabi spécialisée dans les énergies renouvelables.

Le groupe de travail a pour mission d’examiner le lien entre l’énergie et la sécurité et de renforcer les mécanismes multilatéraux visant à faciliter la coopération et à éviter ou désamorcer les conflits liés à l’énergie.

« L’énergie devrait être le moteur du développement et de la coopération et non pas une source de conflit », a déclaré M. Terje Roed-Larsen, président de l’IPI. Il a cité les tensions qui existent dans le nord de l’Irak, le sud du Soudan, le delta du Niger et la Méditerranée orientale comme exemples de l’instabilité causée par la rivalité dans l’accès aux ressources énergétiques.

Le Dr Sultan Ahmed Al Jaber, envoyé spécial des E.A.U. pour l’énergie et le changement climatique et PDG de Masdar, a observé : « La demande d’énergie devant augmenter, selon les prévisions, de près de 50 % au cours des 20 prochaines années, la concurrence pour l’obtention de ressources va s’intensifier. L’énergie est donc en passe de devenir une pièce essentielle du puzzle de la sécurité mondiale. Toute initiative importante permettant de résoudre la crise énergétique sera également un pas vers l’établissement de la paix et de la stabilité dans les pays du monde. » Parmi les autres intervenants de premier plan lors du lancement du groupe de travail figuraient le président de la République d’Islande Olafur Ragnar Grimsson et la directrice exécutive de l’Agence internationale de l’énergie, Maria van der Hoeven.

Le groupe de travail examinera les mécanismes multilatéraux actuellement en place qui permettent d’éviter ou de désamorcer les crises liées à l’énergie. Il déterminera quels enseignements ont été tirés des expériences passées et quelles mesures de renforcement de la confiance se sont révélées efficaces. Il examinera le rôle du secteur privé quant à la promotion de la coopération en matière d’énergie et centrera ses efforts sur les régions qui sont à la merci de conflits liés à l’énergie. Une attention particulière sera accordée aux régions telles que l’Arctique, l’Asie centrale, le Caucase et la Caspienne, la Méditerranée, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, ainsi que l’Afrique occidentale.

Le secrétariat du groupe de travail sera basé à Vienne (Autriche), un pôle important en matière de sécurité énergétique puisque s’y trouvent les sièges sociaux de l’AIEA, de l’OPEP, de l’ONUDI, et le nouveau bureau du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’initiative Énergie renouvelable pour tous, M. Kandeh Yumkella.

Dans le discours liminaire qu’il a prononcé lors du lancement du groupe de travail, M. Yumkella, en sa qualité de directeur général de l’ONUDI, a souligné les liens importants qui existent entre l’énergie, le développement et la sécurité et, de ce fait, l’importante contribution de ces trois objectifs à l’initiative Énergie renouvelable pour tous.

Depuis 1970, l’IPI s’attache à promouvoir la prévention et la résolution des conflits entre les États, et au sein de ceux-ci, en renforçant les capacités des instituts internationaux qui œuvrent pour la paix et la sécurité. Depuis 2008, l’IPI a convoqué dix groupes de travail sur le renforcement des capacités multilatérales par rapport à des questions comme le terrorisme, le crime organisé et le maintien de la paix.

Le nouveau groupe de travail sur l’énergie et la sécurité a été lancé dans le cadre du Sommet mondial des énergies du futur, manifestation en marge de la Semaine de la durabilité d’Abu Dhabi – le plus grand rassemblement consacré à la durabilité de toute l’histoire du Moyen-Orient. La conférence, qui se tient du 15 au 17 janvier 2013, a pour objet de pousser les investissements, d’encourager la collaboration et de donner aux sociétés une tribune où présenter des technologies de pointe prometteuses pour l’approvisionnement en eau. – Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Optimisme des investisseurs quant aux perspectives d’évolution du secteur hôtelier de Dubaï

Publié le 08/01/2013


Dubaï est le marché hôtelier le plus performant de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord et certainement celui qu’il faudra suivre en 2013, selon le tout dernier sondage du sentiment des investisseurs réalisé par Jones Lang LaSalle.

Depuis 2009, les hôtels de Dubaï font état d’une forte reprise quant au taux d’occupation et au prix moyen de la nuitée. « Compte tenu du ralentissement de la filière du développement et de la stabilité politique du pays, les investisseurs pensent que les fondamentaux opérationnels de Dubaï continueront de s’améliorer à court et moyen termes.

Dubaï est le marché hôtelier le plus performant de la région MENA et certainement celui qu’il faudra suivre en 2013, » a déclaré Gabriel Matar, directeur régional Moyen-Orient et Afrique du cabinet de conseil en hôtellerie Jones Lang LaSalle.

Selon les prévisions de STR Global, un autre cabinet international de conseil en hôtellerie, la capacité du secteur de l’hôtellerie de Dubaï affichera en 2013 une croissance à deux chiffres, alors que la région Moyen-Orient et Afrique s’apprête à ouvrir 150 nouveaux hôtels cette année.

Le rapport de STR Global concernant la filière construction pour cette région indique que Dubaï verra son offre d’hébergement augmenter de 28,6 % puisqu’il est prévu de construire 17 409 chambres. On prévoit également une forte croissance à deux chiffres des marchés de la construction hôtelière d’Arabie Saoudite et d’Oman.

D’après les prévisions de STR, on assistera en 2013 à une accélération de la construction de nouveaux hôtels par rapport à 2012. Ce cabinet de conseil précise que depuis le début de l’année, 46 hôtels ont ouvert leurs portes dans la région, augmentant la capacité d’hébergement de 10 510 chambres.

Jones Lang Lasalle a indiqué dans un rapport récent que la capacité totale d’hébergement de Dubaï afficherait une forte hausse, puisqu’aux 54 300 chambres proposées actuellement viendront s’ajouter 4 500 chambres d’hôtels supplémentaires qui devaient être achevées en 2012, et un total de 11 000 unités prévues d’ici à 2014.

La demande de biens immobiliers de luxe est la plus forte à Dubaï, Abu Dhabi et sur la Côte d’Azur, indique le tout dernier sondage du sentiment des investisseurs de JLL.

Alpen Capital indique dans son rapport sur l’industrie hôtelière du CCG que si le nombre de touristes se rendant aux E.A.U. était susceptible de croître à un taux de croissance annuel moyen de 5,3 pour cent entre 2012 et 2022, l’offre hôtelière devrait augmenter de 5,3 pour cent, passant de 96 992 hôtels à Dubaï et Abu Dhabi à 125 383 hôtels en 2016.

« Au Moyen-Orient et en Afrique, les attentes quant à la performance commerciale se sont considérablement améliorées depuis le dernier sondage sur les investissements hôteliers bien que les perspectives restent encore légèrement négatives à court et moyen termes. L’amélioration est due en partie à une stabilisation générale dans la région depuis le Printemps arabe et à un début de reprise des flux de touristes dans des pays comme l’Égypte et la Tunisie. »

Les exigences de rendement demeurent plus fortes dans la région MENA. À Dubaï, elles se situent à 10 pour cent, selon Matar. « Lorsqu’il s’agit du type de bien le plus prisé en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique (région EMEA), les résultats indiquent que 28,8 pour cent des répondants se montrent intéressés par les investissements dans les biens immobiliers haut de gamme, le sentiment pour cette catégorie de biens augmentant considérablement », constate-t-il.

Les résultats du sondage indiquent que la confiance dans les investissements hôteliers se maintient bien malgré les problèmes économiques en Europe. Les exigences quant au taux de capitalisation restent fermes : 7,2 pour cent en moyenne, des rendements plus élevés étant attendus pour les marchés d’entrée principaux, tels que Paris, Londres et dans certaines villes allemandes où les offres agressives ont conduit à une hausse des prix », indique Matar. Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’ambassade des E.A.U. au Japon lance son site Web

Publié le 04/01/2013


Le nouveau site Web officiel de l’ambassade des E.A.U. à Tokyo (Japon) a été inauguré par l’ambassadeur Saeed Ali Al-Nuwais.

L’ambassadeur a expliqué que les informations actualisées publiées sur le site Web renforceront les relations entre les E.A.U. et le Japon sur le plan économique, éducatif et consulaire, et appuieront le travail diplomatique et consulaire de la mission.

Selon le Dr Saeed Al-Dhaheri, conseiller de l’ambassadeur en matière d’informatique, le lancement du site Web s’inscrit dans le cadre des efforts du ministère des Affaires étrangères visant la création d’un portail électronique pour chacune des missions diplomatiques émiriennes.

Cela porte à 33 le nombre de sites Web lancés par le ministère des Affaires étrangères pour ses ambassades et ses missions diplomatiques, a-t-il observé. Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Boeing sélectionne des étudiants émiriens pour un stage international

Publié le 18/12/2012


La société Boeing [Bourse de New York : BA] a annoncé dimanche la sélection de trois étudiants émiriens dans le cadre de son Programme de stage International Business Intern Co-Op 2013. Ce programme annuel, lancé pour la première fois aux Émirats arabes Unis, permet aux étudiants retenus de passer six mois aux États-Unis dans les usines de la division Avions commerciaux (BCA) de Boeing situées à Renton (Washington).

Les trois étudiants sélectionnés dans le cadre du programme sont Zainab Al Junaibi, de l'Université américaine de Dubaï (AUD) et originaire d'Abu Dhabi ; Shamma Khalfan Al Nuaimi, de l'Université des Émirats Arabes Unis (UAEU) et originaire d'Al Ain ; et Maha Yaqoot Juma Harqoos, de l'Université Zayed (ZU) et originaire de Dubaï.

« Ce stage effectué auprès du leader mondial de la construction aérospatiale donnera aux étudiants la possibilité de contribuer à des projets qui auront une incidence mesurable non seulement sur notre entreprise, mais aussi sur l'industrie aérospatiale », a déclaré Jeffrey Johnson, président de Boeing au Moyen-Orient. Agence de presse des Émirats, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le Président inaugure officiellement le port Khalifa

Publié le 14/12/2012


Le Président Son Altesse Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan a exprimé hier sa fierté devant la réalisation de projets qui profitent aux citoyens du pays et renforcent l’économie nationale.

Il a tenu ces propos lors de l’inauguration du port Khalifa, qui se trouve au nord-est de la ville d’Abu Dhabi.

Le Vice-Président et Premier Ministre, Souverain de Dubaï, Son Altesse Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, le Général Son Altesse Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, Prince héritier d’Abu Dhabi et Vice-Commandant suprême des forces armées des E.A.U., et S.A. Cheikh Hamdan bin Zayed Al Nahyan, Représentant du Souverain dans la Région Ouest, ont également assisté à l’inauguration.

Le Président a ajouté que l’inauguration du projet, construit conformément aux normes internationales les plus récentes, représente un grand moment dans le processus de modernisation et de développement actuellement en cours grâce aux efforts de ses propres fils et au recours à l’expertise internationale.

Il a également observé que le pays apporte le soutien nécessaire à l’industrie du transport maritime, et notamment au port Khalifa qui, lorsque toutes ses phases de construction auront été achevées, deviendra l’un des ports commerciaux les plus importants de la région et du Moyen-Orient, puisqu’il bénéficiera de la situation stratégique des E.A.U. et servira de liaison entre les régions économiques du monde.

« L’inauguration de ce projet phare consolide les progrès accomplis vers la réalisation, avec assurance, de la « Vision 2030 d’Abu Dhabi » et contribuera également au maintien du taux élevé de croissance que connaissent les E.A.U., permettant ainsi de répondre aux attentes des citoyens du pays qui souhaitent la mise en place d’une base solide pour l’économie nationale », a déclaré le Président.

« Les E.A.U. sont bien décidés à mettre en œuvre des projets de grande envergure afin de favoriser le développement de l’économie nationale », a ajouté le Président, notant que cela renforcerait le statut des E.A.U. au sein de l’économie mondiale.

Cheikh Khalifa a exprimé sa reconnaissance pour les efforts nationaux qui avaient été déployés en vue de l’achèvement du projet, ajoutant : « Le soutien et le développement de nos ressources humaines et leur mobilisation, dans les différentes spécialisations, de manière à ce qu’elles puissent assumer leur rôle dans le développement du pays, est pour nous une priorité ». Il a souhaité à tout le personnel du port Khalifa bonne chance dans leur travail, afin que le plus grand profit possible puisse être tiré de l’énorme potentiel offert par le port Khalifa, qui deviendra une liaison vitale entre les E.A.U. et le reste du monde.

Lors d’une déclaration, le Dr Sultan Jaber, président de l’Abu Dhabi Ports Company (ADPC), a dit : « C’est pour moi un honneur de vous accueillir à l’occasion de l’inauguration officielle du port Khalifa, ce gigantesque projet économique qui a été mis en œuvre en un temps record pour rejoindre le secteur très avancé des ports maritimes aux E.A.U. et contribuer au renforcement de son rôle important. » Il a expliqué que la création du port Khalifa et de la Zone industrielle Khalifa (Kizad) contribuera au maintien du rythme de croissance économique que les E.A.U. connaissent actuellement.

Il a ajouté que le projet pourra accueillir tous types de cargos, et tout particulièrement les énormes navires, puisque la largeur du port et du chenal d’accès atteint 16 mètres et peut être augmentée à 18 mètres.

Le port Khalifa a été conçu de manière à pouvoir le développer et l’agrandir en plusieurs phases si la demande l’exige. La Phase 1 offrira une capacité de 2,5 millions EVP, qui pourra être portée à 15 millions EVP. - Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’équipe Expo 2020 poursuit son programme de sensibilisation à l’Université britannique de Dubaï

Publié le 13/11/2012


Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation actuellement en cours afin d’obtenir le soutien des citoyens à la candidature des E.A.U. à l’organisation de l’Exposition universelle de 2020 à Dubaï, l’équipe de l’Expo a ouvert cette semaine un kiosque d’information sur le campus de l’Université britannique de Dubaï (BUiD).

Ce kiosque, qui fournit aux visiteurs des informations essentielles sur la candidature des E.A.U. à l’Expo, a pour objet d’encourager les étudiants et le personnel enseignant à participer à la campagne nationale dont l’objectif est d’obtenir le droit d’accueillir le monde à la veille du 50e anniversaire des E.A.U.

Cette initiative lancée à la BUiD succède à d’autres programmes semblables récemment inaugurés à l’Université américaine de Dubaï, à l’Université canadienne de Dubaï, à l’Université de Wollongong à Dubaï et à l’Université Zayed. Ces actions s’inscrivent dans le cadre de toute une série d’initiatives visant à accroître la sensibilisation à la candidature des E.A.U. à l’organisation de l’Expo parmi les diverses communautés, y compris les jeunes, et ceci, au niveau national.

Au cours de cette journée d’information, l’équipe de l’Expo a attiré l’attention sur la manière dont l’Expo créerait pour les jeunes de nouvelles possibilités et leur permettrait de réfléchir ainsi que d’explorer leurs idées et d’établir des liens avec la communauté internationale, tout en s’informant de première main sur les solutions novatrices aux principaux défis mondiaux.

Le Professeur Abdullah Alshamsi, Vice-Président de la BUiD, a déclaré : « L’Université britannique de Dubaï a le grand plaisir de soutenir la candidature des E.A.U. à l’organisation de l’Exposition universelle de 2020 à Dubaï. Comme il s’agit d’une manifestation internationale qui cadre avec le plan stratégique du gouvernement de Dubaï et des E.A.U., et comme Dubaï est un pôle international sur le plan économique et commercial, nous sommes sûrs de réussir en raison des infrastructures urbaines intégrées et très développées déjà en place à Dubaï et des compétences de classe internationale dont la ville dispose en matière de gestion. » L’équipe de l’Expo a également encouragé les universitaires du pays tout entier à participer à la campagne, observant que ces initiatives de sensibilisation étaient essentielles pour impliquer les étudiants et appuyer la candidature des E.A.U. à l’organisation de l’Expo.

La ville de Dubaï (E.A.U.) rivalise avec quatre autres candidates à l’organisation de l’exposition universelle de 2020, à savoir Ayutthaya (Thaïlande) ; Ekaterinbourg (Russie) ; Izmir (Turquie) ; et Sao Paulo (Brésil).

La ville sélectionnée sera annoncée en novembre 2013 après un vote des 161 États membres du Bureau international des expositions – l’organisation internationale chargée de superviser l’appel d’offres, la sélection de la candidature à retenir et l’organisation des expositions universelles. - Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les ressortissants émiriens en tête de liste des courtiers immobiliers à Dubaï

Publié le 13/11/2012


À Dubaï, les ressortissants émiriens arrivent en tête de liste des coutiers immobiliers, suivis des Indiens et des Pakistanais, selon l’Agence de régulation du secteur immobilier (Rera).

Au cours des trois premiers trimestres 2012, le nombre total de courtiers immobiliers a atteint 3 094.

Six cent vingt ressortissants émiriens exercent actuellement la profession de courtiers immobiliers, alors que les Indiens arrivent en deuxième place avec 438 courtiers. Les Pakistanais, qui sont au nombre de 428 dans cette profession, se classent troisièmes, suivis des Britanniques (304 courtiers). Les Égyptiens se placent au cinquième rang avec 160 courtiers et les Philippins au dixième rang avec 59 personnes exerçant ce métier.

Yousef Al Hashmi, Directeur du Département Licences immobilières de la Rera, a appelé les ressortissants émiriens à maintenir la place importance qu’ils occupent au sein de cette profession en raison de leur expérience et de leur connaissance du marché immobilier émirien.

Il a attiré l’attention sur le succès de la Rera au niveau de la régulation et de l’organisation de la profession et des sociétés de courtage, soulignant qu’il n’est pas possible pour des particuliers ou des sociétés d’exercer des activités de courtage sans être inscrits au registre des courtiers de Dubaï, lequel a été créé par le Dubai Land Department en application de la Loi no 85 de 2006.

Afin d’instaurer la transparence sur le marché et de réglementer les activités de courtage, la Rera a fait connaître son projet de condamner les courtiers, et non pas leurs sociétés de courtage, à une amende s’il s’avère qu’ils ont trompé les investisseurs, coopéré avec des courtiers ne possédant pas de licence ou appelé leurs clients pour faire de la publicité ou la promotion d’un projet.

Au cours du premier semestre 2012, la Rera a imposé à 22 sociétés immobilières et de courtage des amendes s’élevant au total à 900 000 dirhams pour diverses infractions, et entre autres pour avoir dissimulé des informations aux investisseurs, avoir coopéré avec des courtiers ne possédant pas de licence, ne pas avoir respecté la confidentialité de la société et du client, avoir fait de la publicité commerciale par téléphone sans en avoir obtenu l’autorisation officielle et avoir négocié des marchés à l’insu de leur agence accréditée. – Emirates 24|7

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Abu Dhabi en passe d’atteindre un âge d’or alors que les grands noms de l’architecture font l’éloge de Saadiyat

Publié le 09/11/2012


La capitale est en passe d’atteindre un âge d’or, déclarait hier soir l’un des plus grands architectes du monde.

« C’est ici que tout se passe », a observé Jean Nouvel, l’architecte français qui a dessiné le nouveau musée du Louvre de l’île de Saadiyat.

« Je suis très fier de participer à la concrétisation de cet âge d’or, qui nous pousse à viser toujours plus haut et toujours plus loin parce que nos réalisations attirent l’attention du monde entier. »

Il a tenu ces propos aux côtés de l’architecte du Guggenheim Abu Dhabi, Frank Gehry, et de Norman Foster, créateur du musée national Zayed.

Les trois édifices constitueront le centre culturel de Saadiyat et leurs trois architectes étaient réunis hier soir à Manarat Al Saadiyat pour discuter de leurs travaux sur l’île et échanger leurs points de vue avec les professionnels du secteur.

Gehry a avoué avoir hésité avant d’accepter le projet du Guggenheim Abu Dhabi, mais il s’est déclaré heureux aujourd’hui d’y avoir participé.

« J’ai hésité parce que les voyages pour venir jusqu’ici m’effrayaient, a-t-il affirmé. Au départ, je pensais que ce serait impossible mais une fois ici, je suis tombé amoureux de la région. Mes amis ici ont déjà travaillé dans ce pays. Quant à moi, c’est mon tout premier projet dans la région. »

Il a parlé des efforts qu’il a faits pour comprendre la région, sa culture, ses priorités, sa langue. « J’ai l’impression aujourd’hui de n’avoir qu’effleuré la question. J’aimerais en savoir davantage et je veux y parvenir et, au fur et à mesure de l’évolution du projet, je passerai certainement plus de temps ici. »

Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait du legs que laissera l’édifice, sa réponse, prononcée avec le sourire, a déclenché le rire du public : « J’ai maintenant 83 ans. Je ne sais pas, mais j’ai peur qu’on ne le termine pas à temps pour que je puisse le voir. »

« Toutefois, j’ai eu de la chance – de nombreux bâtiments ont fait une différence dans les cultures qui les abritent. Je pense que cette collaboration avec les Émiriens a été très constructive et j’espère qu’elle laissera un legs. »

L’architecte a confié au public que pour lui le Guggenheim représentait un « espoir pour l’avenir » parce que les œuvres d’art qui y seront exposées proviendront d’artistes du monde entier.

Lord Foster, dont le cabinet Foster + Partners a également conçu Masdar City, a parlé d’énergie renouvelable et de faire « plus avec moins ».

« Ce qui est vraiment intéressant lorsque vous y allez, c’est que les lumières brillent de tous leurs feux. C’est un environnement très gourmand en énergie parce qu’il s’agit d’un complexe de laboratoires consacré à toute une série d’expériences sur l’énergie renouvelable. Ce qui est vraiment intéressant, c’est qu’on y produit plus d’énergie que l’on en consomme et, de ce fait, le complexe est alimenté entièrement par l’énergie solaire, et c’est remarquable », a-t-il déclaré.

Et de poursuivre : « Je suis d’accord avec Frank. C’est un environnement formidable et très progressif. Les innovations y sont nombreuses. »

Jim Weier, ancien architecte qui est aujourd’hui juriste à Abu Dhabi, est arrivé de bonne heure pour être sûr d’avoir une place. « C’est extraordinaire que ces trois personnes soient rassemblées dans une même pièce. Leurs œuvres architecturales se passent de commentaire », a-t-il observé.

« Les trois bâtiments seront de nouveaux édifices internationaux emblématiques et il est si rare de voir les génies qui les ont créés réunis ensemble sous un même toit ! »

Les trois bâtiments novateurs tant attendus constitueront les éléments centraux du Quartier culturel de Saadiyat, que la Tourism Development and Investment Company est en train de construire sur cette île de 27 kilomètres carrés.

Le promoteur immobilier, société détenue par le gouvernement, travaille à l’élaboration de plans depuis 2006, année de la création de ce quartier prestigieux qui compte parmi ses projets de développement phares.

La Direction du tourisme et de la culture d’Abu Dhabi, fruit de la fusion des deux organes distincts du tourisme et de la culture qui a eu lieu cette année, est propriétaire des trois musées.

Chacun aura un attrait particulier pour les visiteurs. Le Louvre Abu Dhabi, créé par un accord intergouvernemental entre la France et les E.A.U., couvrira tous les siècles et l’ensemble du monde. Il présentera des œuvres de différentes civilisations et cultures, allant de l’Antiquité à l’art contemporain. L’une des ses principales caractéristiques est une coupole de 180 mètres de diamètre.

Le Musée national Zayed est créé avec l’aide du British Museum. Il comportera cinq salles d’exposition, une bibliothèque, un service éducatif et un restaurant gastronomique.

Il fera honneur à la vie et aux réalisations de Cheikh Zayed, le Président fondateur des E.A.U., et célébrera également le riche patrimoine du pays.

De conception spectaculaire et très originale, les cinq tours en acier s’élèveront à des centaines de mètres. Leur forme s’inspire de l’aile d’un faucon ; un centre de fauconnerie et de conservation attirera l’attention sur le passe-temps favori de Cheikh Zayed, ainsi que sur son désir de faire de la protection des espèces sauvages et des terres l’une des premières priorités du pays.

Le Guggenheim mettra l’accent sur l’art contemporain transnational. Les visiteurs pourront y admirer des œuvres d’artistes émiriens tout comme des chefs-d’œuvre appartenant aux collections mondiales du musée.

Ce sera le plus grand musée Guggenheim du monde et le seul du Moyen-Orient. L’édifice se distingue par un ensemble de onze cônes emblématiques.

La construction des musées a subi de longs retards. On a publié en janvier un nouvel échéancier pour ces projets, promettant qu’ils seraient achevés d’ici à 2017. Le musée du Louvre Abu Dhabi devrait être terminé le premier, son inauguration étant prévue en 2015. Le musée national Zayed suivra et ouvrira ses portes en 2016 et le Guggenheim viendra compléter ce trio de classe internationale en 2017.

L’achèvement des musées du Louvre et Guggenheim était prévu au départ pour 2014, et celui du musée national pour la fin de cette même année. – The National

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Plus de 180 sociétés soutiennent la campagne de candidature des E.A.U. à l’Expo 2020

Publié le 19/10/2012


À la suite du récent lancement d’une initiative en ligne à l’intention des entreprises désireuses de soutenir la candidature émirienne, plus de 180 sociétés des E.A.U. et du monde entier ont pris l’engagement de renforcer la sensibilisation du public à la candidature déposée par le pays en vue de l’accueil de l’Exposition universelle de 2020 à Dubaï.

Le programme « Soutenez la candidature », accessible sur le site Web d’Expo 2020, fournit aux entreprises qui le consultent un formulaire de demande leur permettant de devenir supporters de la candidature à l’Expo 2020, ainsi que des matériels de campagne, dont des directives concernant la marque Expo, des fiches d’information, des posters et des logos haute résolution à utiliser sur la bannière de l’entreprise et qui pourront accompagner les signatures de courriels.

Depuis le lancement de cette initiative, des sociétés représentant un vaste éventail de secteurs d’activités se sont inscrites comme supporters de la candidature – dont 32 sociétés de fabrication, de construction et d’ingénierie , 20 sociétés actives dans le secteur de l’hôtellerie et des manifestations, 19 compagnies du secteur des médias, du divertissement et de l’édition et 17 sociétés de transport et logistique. Au total, des sociétés de 14 pays différents se sont engagées à soutenir la candidature des E.A.U. à l’Expo 2020, y compris des compagnies du Moyen-Orient, d’Australie, du Canada, de l’Inde, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Toute société souhaitant soutenir la candidature des E.A.U. est invitée à consulter le site émirien de l’Expo et à suivre les étapes indiquées pour se rendre à la page des supporters de la candidature. Les sociétés doivent remplir un bref profil les décrivant, après quoi une demande de supporter de la candidature est envoyée à l’équipe de l’Expo pour approbation. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

C’est la fin de la spéculation sur le marché immobilier émirien

Publié le 16/10/2012


Est-ce la fin de la spéculation et du surendettement sur le marché immobilier émirien ?

Si l’on en croit les chiffres publiés par Tamweel, société islamique de prêts immobiliers, 90 pour cent des personnes qui achètent un logement aux E.A.U. sont des utilisateurs finaux.

Les conclusions tirées par cette société, qui est cotée au Marché financier de Dubaï, sont basées sur l’analyse du financement du logement qu’elle a effectuée entre janvier 2011 et juin 2012.

Alors que le rapport moyen entre les prêts et la valeur des immeubles atteignait 80 pour cent en 2008, Tamweel indique qu’il se situe aujourd’hui à 75 pour cent, ce qui montre que les utilisateurs finaux cherchent à minimiser leur endettement.

« Au cours des 18 derniers mois, on a constaté un changement profond dans le secteur émirien du financement du logement », a observé Varun Sood, PDG par intérim de Tamweel.

« Aujourd’hui les clients sont bien renseignés. Ils font des recherches approfondies tant sur les immeubles que sur les produits de financement du logement. Ce qui est important, c’est que les clients ne cherchent plus à se surendetter et qu’ils sont désormais pleinement disposés à apporter une part importante de capital, ce qui constitue actuellement une caractéristique très saine du secteur émirien du financement du logement. »

Toutefois, Complete Limited, une société immobilière internationale qui gère plus de 800 biens immobiliers répartis dans 13 marchés mondiaux, indique que le rapport entre les prêts et la valeur des immeubles se situe globalement autour de 70 pour cent, mais qu’il est augmenté pour les cas méritants. Aux États-Unis, 60 pour cent est généralement le maximum.

La société affirme que les banques locales et internationales sont disposées à consentir des prêts aux investisseurs du Moyen-Orient ayant un revenu « convenable et stable » en raison du fait que la région est perçue comme une « refuge sûr ».

« Ceux qui investissent et espèrent voir augmenter la valeur de leur bien au cours des prochaines années privilégient les prêts à intérêt fixe. En effet, le fait de savoir que le taux d’intérêt ne peut pas varier dans les cinq années à venir et que le revenu de la location couvre le remboursement du prêt place la plupart des acheteurs dans une position très positive. », Chris Allen, Responsable Prêts hypothécaires chez Complete Ltd (Dubaï), a-t-il observé.

La semaine dernière, Emirates 24/7 signalait que la disponibilité croissante de prêts hypothécaires et les faibles taux d’intérêt favorisent la vente des logements achevés à Dubaï.

« Il se peut qu’il soit récemment devenu plus facile d’acheter un logement aux E.A.U. Depuis le début de l’année, plusieurs grandes banques ont baissé leurs taux d’intérêt dans le but d’attirer des demandes de prêts immobiliers, ce qui a eu un effet positif sur le marché immobilier de Dubaï », a confié Juma Ahmed Majid Al Ghurair, Directeur général d’Al Manal Development, à ce site Web.

À Dubaï, les transactions immobilières ont fait un bond de 21 pour cent par rapport à la même période l’année dernière pour atteindre 63 milliards de dirhams durant le premier semestre 2012.

Cependant, en 2011, le Dubai Land Department a fait état de transactions s’élevant à 143 milliards de dirhams, dont 60 pour cent du nombre total ont été contractées par le biais d’un prêt hypothécaire. Selon ce département, cela indique un « redressement du financement immobilier et la reprise d’activités prospères. »

NBC Capital a révélé dans un rapport que le marché des prêts hypothécaires reste extrêmement sous-développé dans les six pays du Conseil de coopération du Golfe par rapport aux critères internationaux.

Aux E.A.U., il ne représentait que quatre pour cent en 2005, mais il est estimé être passé à environ 14 pour cent en 2009, tandis qu’au Koweït et au Qatar il atteignait respectivement environ 14 et neuf pour cent. En Arabie Saoudite, il ne se situe qu’entre un et trois pour cent environ, alors qu’à Bahreïn, il est estimé à 4,5 pour cent. – Emirates 24|7

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Tawazun fait ses débuts au Qatar, à l’exposition internationale sur la sécurité interne

Publié le 09/10/2012


Tawazun Holding, société d’investissement stratégique spécialisée dans le développement à long terme des capacités de technologie et de fabrication industrielle des E.A.U., va faire ses débuts dans le salon de la défense, Milipol Qatar, qui commencera demain à Doha.

Du 8 au 10 octobre, Tawazun se joindra à plusieurs prestigieuses sociétés émiriennes en tant qu’exposant principal, au pavillon émirien hébergé par l'exposition. L’exposition émirienne occupe le plus grand pavillon pour le Moyen-Orient et les pays du CCG, ce qui permet de renforcer les liens entre les deux pays voisins.

Suite à une série de participations remarquables à plusieurs salons régionaux et internationaux importants cette année, Tawazun se prépare à exposer pour la première fois au salon de la sécurité interne. Il présentera les tous derniers produits et solutions proposés pour le marché dans le domaine de la sécurité intérieure, de la sécurité des personnes et de la protection des infrastructures.

Cette exposition, organisée sous la houlette de Son Altesse Cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, Émir de l’État du Qatar et du Prince Héritier, Son Altesse Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, rassemble des professionnels de l’industrie de la défense venant du Moyen-Orient, du Proche-Orient et de l’Asie, pour qu’ils présentent leurs produits et services au public et au secteur de la sécurité industriel.

Grâce à un grand éventail d’offres et un portfolio diversifié, Tawazun apportera plusieurs de ses produits de défense fabriqués aux Émirats, qui remportent un succès croissant, notamment des véhicules blindés fabriqués par le fabricant de véhicules de défense Nimr, des armes militaires et sportives produites par TADS (Systèmes de Défense Avancés de Tawazun) et Caracal International, des offres de gestion de tir de Remaya, des solutions de systèmes autonomes d’ADASI (Investissements dans les Systèmes Autonomes d’Abu Dhabi), ainsi que des munitions fabriquées par Burkan et CLA (Munition Légères de Caracal).

Parmi les produits exposés, Tawazun présentera la nouvelle gamme de munitions pour fusil, la première du genre fabriquée au Moyen-Orient, qui s’adresse au marché du tir sportif. Nimr exposera ses véhicules blindés 4x4 et 6x6, conçus pour les terrains difficiles et les conditions climatiques extrêmes de la région. Caracal International, fabricant de petites armes pour Tawazun, exposera divers pistolets, ainsi que des fusils CSR et CC10. ADASI exposera de nombreuses solutions innovantes, notamment Al Sabr, système ISR (Reconnaissance et Surveillance des Renseignements), ainsi que la toute dernière gamme de petits systèmes d’aérostat.

Saïf Mohamed Al Hajeri, PDG de Tawazun, explique : « Tawazun est peu à peu en train de s’établir comme un pionnier de la fabrication de solutions de défense et de sécurité de haute qualité. À Milipol, nous rencontrerons nos clients, partenaires et d’autres grandes entreprises de l'industrie pour leur montrer nos produits, obtenir leur opinion et continuer à travailler en étroite collaboration avec eux pour veiller à ce que nous concevions et produisions des produits qui répondent aux besoins industriels de la région. » – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’économie émirienne progresse grâce à une poussée de nouvelles commandes

Publié le 05/10/2012


L’activité commerciale non pétrolière du secteur privé des E.A.U. a augmenté en septembre, grâce aux nouvelles commandes, qui ont atteint leur plus haut niveau depuis 15 mois, selon une étude des directeurs d’achat publiée mercredi.

L’indice des directeurs d’achat des E.A.U. (PMI) a atteint 53,8 points en septembre, au lieu de 53,3 points le mois précédent, reflétant le rythme de croissance soutenu de l’économie dans un contexte de ralentissement mondial, a annoncé HSBC mercredi.

« L’activité du secteur privé non pétrolier émirien s’est renforcée en septembre, par rapport au mois précédent, soulignant la forte reprise de l’économie, » a poursuivi HSBC. Les stocks aussi ont continué à croître, mais à un rythme plus modeste qu’au mois d’août.

Les nouvelles commandes d’exportation ont augmenté pour le 28e mois d’affilée, malgré un taux marginalement plus élevé en août. Le nombre d’employés a augmenté en septembre, car les entreprises ont dû faire face à une augmentation de la production.

« C’est une lecture positive qui suggère que les E.A.U. sont l’une des rares économies au monde où la croissance du secteur privé s’accélère au lieu de ralentir, explique Simon Williams, économiste en chef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à HSBC.

Je suis encore inquiet de la dépendance des E.A.U. vis-à-vis des importations, et par le taux de croissance de l’emploi, qui est décevant. Mais pour l’instant, l’économie montre sa résistance et, avec le renforcement des nouvelles commandes, il y a de bonnes raisons d’espérer que les E.A.U. maintiendront cet élan jusqu’à la fin de l’année. »

L’indice PMI de HSBC, le premier en son genre à être publié dans le Golfe, a été réalisé grâce au prestataire de données Markit, d’après les données provenant des réponses aux questionnaires envoyés aux responsables des achats d’environ 400 sociétés du secteur privé.

Selon ce rapport, les niveaux de production ont augmenté en septembre, pour le 32e mois d’affilée. De plus, le taux de croissance, qui était le plus rapide en trois mois, est resté fort, tandis que la croissance des nouvelles activités a atteint son plus haut niveau en 15 mois, grâce à une amélioration des conditions du marché et à une demande accrue des clients, d’après le rapport.

Septembre est considéré comme le début de la haute saison aux E.A.U., lorsque les touristes, commerciaux et investisseurs retournent aux Émirats après la pause de juillet et d’août due aux fortes chaleurs.

Les bourses émiriennes confirment l’évaluation positive de HSBC. Le marché financier de Dubaï et la bourse d’Abu Dhabi ADX on respectivement progressé à ce jour de 19,80 et 10,30 %, ce qui représente les meilleurs résultats de toutes les bourses du golfe d’Arabie.

Cependant, Williams a ajouté qu’il était trop tôt pour se détendre concernant la croissance économique non pétrolière émirienne : « Je suis encore inquiet de la dépendance des E.A.U. vis-à-vis des importations, et par le taux de croissance de l’emploi, qui est décevant. »

Simon Williams reste optimiste : « Pour l’instant, l’économie montre sa résistance et, avec le renforcement des nouvelles commandes, il y a de bonnes raisons d’espérer que les E.A.U. maintiendront cet élan jusqu’à la fin de l’année. »

Concernant les prix, le prix des importations continue à augmenter, bien que le taux d'inflation ait légèrement baissé par rapport à août. Des prix d’achat plus élevés ont été le moteur clé de l’inflation générale des prix d’importation, car les fournisseurs ont augmenté leurs prix, en raison d’une plus forte demande d’importations. Les coûts de main-d’œuvre ont augmenté en septembre, mais l’inflation des salaires a été modeste selon la dernière enquête.

L’excellent rapport de HSBC sur l’économie est renforcé par une prévision de croissance économique révisée par la Banque Nationale d’Abu Dhabi de 3,3 %, au lieu des 2,6 % projetés au début de l’année, car le pays a produit davantage de pétrole, vendu à de meilleurs prix.

Selon l’économiste en chef du groupe NBAD, le Dr Giyas Gokkent, les E.A.U. sont en position d’augmenter leur production, étant donné la disponibilité d’une nouvelle capacité, si les événements continuent comme en 2012 avec le déclin de la production iranienne. « Cela aboutirait à une révision à la hausse de notre estimation de croissance actuelle. » – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Projet d’un gigantesque complexe immobilier à Dubaï

Publié le 02/10/2012


La Municipalité de Dubaï a dévoilé dimanche la proposition de construire un complexe immobilier de 93 000 mètres carrés, qui devrait sous peu accroître encore l’attractivité architecturale de l’émirat.

Le projet, dont le dessin a été révélé aux médias, est envisagé sous la forme d’un complexe polyvalent qui comprendra des centres commerciaux, des bureaux et des appartements et sera situé dans le quartier d’Al Gharoud.

Le Service des bâtiments de la municipalité a terminé l’étude préliminaire du projet et remis son rapport pour consultation détaillée et délibérations, a précisé le responsable de la section des Permis de construire, Yousuf Abdullah, dans un communiqué de presse.

Il a ajouté que le nouveau complexe rehausserait encore l’attractivité de Dubaï, déjà mondialement reconnue.

« Il comprend 70 magasins, 25 bureaux et 280 appartements résidentiels dont la superficie varie entre 148,6 et 222,9 mètres carrés. Le complexe offrira également 580 places de stationnement destinées aux visiteurs et aux résidents », a observé le responsable.

Toutefois, il n’a pas précisé quand le projet était censé recevoir le feu vert des autorités concernées. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Bill Gates doit intervenir au Sommet sur les médias d'Abu Dhabi le 9 octobre

Publié le 28/09/2012


Sous le parrainage de son Altesse le Général Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, Prince Héritier d’Abu Dhabi et Commandant Suprême Adjoint des Forces armées des E.A.U., le Sommet des Médias d'Abu Dhabi (ADMS) commencera le 9 octobre, avec la participation de plus de 400 dirigeants de l'industrie internationale des médias.

Ce sommet de trois jours se déroulera au Yas Viceroy Hotel, sur le thème « Redéfinir la frontière numérique ». L'ancien PDG de Microsoft, Bill Gates, fera le discours introductif. Le sommet portera sur les médias numériques dans les marchés émergents et sur la perturbation technologique qui crée de nouveaux canaux de distribution, potentiels de marketing et publics.

Les séances du sommet expliqueront comment encourager les compétences et talents numériques ; évoqueront les perspectives inter-industries et le dialogue Orient-Occident ; dévoileront les forces qui façonnent le paysage des médias et identifieront de nouvelles sources d'innovation, hors des centres de médias occidentaux traditionnels.

Le président du Sommet des Médias d'Abu Dhabi, Khaldoon Khalifa Al Moubarak, a déclaré : « L'évolution continuelle et le renforcement du sommet reflètent le développement permanent d'Abu Dhabi et des E.A.U., en tant que pôle pour l'industrie des médias. Comme lors des années précédentes, le sommet de 2012 permettra des découvertes uniques à tous les participants. De plus, l'édition 2012 placera davantage l'accent sur les talents émiriens, par le biais d'une série de cours magistraux et d'ateliers. » Le Sommet des Médias d'Abu Dhabi présente un ensemble unique de séances publiques haut de gamme, de forums informels et de conversations privées. Il regroupe le nec plus ultra des médias internationaux, des investisseurs et des acteurs de l'industrie créative, ainsi que leurs homologues dans les marchés émergents. Des entrepreneurs triés sur le volet et des startups seront également présents, afin de combler le fossé entre les dirigeants de l'industrie et les nouveaux arrivants qui dérangent l'ordre établi.

Cette année, le sommet présentera aussi de nouvelles séances pour donner aux entrepreneurs des médias locaux et régionaux un accès sans précédent aux entrepreneurs et aux investisseurs internationaux dans une série de présentations, d'ateliers, de cours magistraux et de conférences remplies d'inspiration. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Abu Dhabi promouvra son industrie du tourisme professionnel à IMEX America

Publié le 28/09/2012


À Abu Dhabi, l'industrie du tourisme étend son influence à tout l'État en faisant ses débuts, le mois prochain, à IMEX America – le plus grand salon des États-Unis consacré à ce secteur – à Las Vegas.

Huit acteurs importants de l'industrie locale se joindront à la Direction du Tourisme et de la Culture d'Abu Dhabi (TCA Abu Dhabi), dans un pavillon de 100 m².

Ce sont : Al Masaood Travel, l'un des principaux voyagistes de l'émirat ; The Ritz Carlton Abu Dhabi, sur le front de mer, qui va bientôt ouvrir ses portes et qui marquera l'entrée de cette marque de luxe dans la capitale émirienne ; la Société Nationale des Salons d'Abu Dhabi, qui gère le centre de convention et d'exposition le plus grand et le plus moderne du Golfe ; The Vision Destination Management; Emirates Palace, l'un des hôtels les plus opulents du monde ; le Yas Marina Circuit de pointe, qui accueille le grand prix annuel de F1 Etihad Airways à Abu Dhabi ; l'hôtel 4 étoiles Aloft Abu Dhabi, qui jouxte le Centre National d'Exposition d'Abu Dhabi et Etihad Airways, la compagnie aérienne primée des Émirats Arabes Unis (E.A.U.).

« Actuellement, les États-Unis se classent cinquième parmi les marchés étrangers les plus productifs pour Abu Dhabi pour les clients d'hôtel. Nous prévoyons un nombre croissant d'arrivées en provenance des États-Unis lorsque notre bureau de promotions récemment ouvert à New York sera fonctionnel, mais aussi grâce au lancement de vols Etihad entre Washington DC et Abu Dhabi en mars prochain, explique Moubarak Al Nuaïmi, Direction des promotions internationales à TCA Abu Dhabi.

Les États-Unis, qui abritent le plus grand marché d'associations et le siège social des sociétés du Fortune 500, représentent un terrain fertile comme marché source pour les manifestations et les rencontres. Abu Dhabi souhaite percer sur le marché du tourisme d'affaire (MICE) américain, par le biais d'IMEX, pour trois raisons. Tout d'abord, il s'agit d'un marché source riche pour nos manifestations prévues. Ensuite, c'est l'occasion de faire d'Abu Dhabi une marque positionnée sur la carte des meilleures destinations MICE dans le Golfe d'Arabie. Enfin, c'est la possibilité de faire appel au savoir-faire et aux connaissances de l'industrie MICE américaine pour dynamiser le développement et la croissance de nos acteurs MICE locaux. » Abu Dhabi, récemment élu « Meilleure destination MICE de luxe de l'année » lors de la 11e édition des Récompenses de l'industrie des voyages d'affaires en Chine, a fait des progrès significatifs au cours des deux dernières années en attirant de grandes conventions dans l'émirat. Le dernier contrat remporté sera l'accueil, en novembre 2012, de la Conférence internationale sur la neurologie et l'épidémiologie, qui regroupera 600 à 800 des praticiens les plus éminents de ces domaines dans la capitale émirienne.

Les autres grandes conventions prévues dans l'émirat d'Abu Dhabi comprennent notamment : le sommet mondial du Conseil international des voyages et du tourisme en avril 2013, auquel assisteront environ 1 000 des principaux décisionnaires de l'industrie des voyages et du tourisme ; le 16e Congrès mondial de la santé ou du tabac en 2015 ; la 20e réunion de la Société Asie-Pacifique sur la cardiologie en 2015 et la 70e conférence annuelle de l'Association mondiale des zoos et des aquariums en 2015.

« Après avoir parfaitement réussi à accueillir, en février, le Congrès mondial de l'ophtalmologie, auquel ont assisté plus de 10 000 participants, nos références en matière de grandes réunions ont été considérablement renforcées, explique Moubarak Al Nuaïmi.

Nous cherchons maintenant à nous appuyer sur cette réputation renforcée de capacité d'accueil, brillamment facilitée par un nombre de chambres accru dans une grande diversité de styles d'hébergement et à des taux compétitifs, dans des lieux innovants, avec un secteur de services locaux de plus en plus productif et perfectionné. Abu Dhabi prévoit un impact économique direct de ces manifestations professionnelles sur la croissance d'Abu Dhabi de 5,1 Md de dirhams (1,4 Md de dollars) d'ici à 2020. En 2010, selon une étude de TCA Abu Dhabi, 500 000 professionnels émiriens et étrangers sont arrivés à Abu Dhabi, avec une dépense moyenne par personne de 2 400 dirhams (657,50 dollars), soit une manne économique totale pour Abu Dhabi d'environ 2,4 Md de dirhams (640 millions de dollars).

À IMEX America, Abu Dhabi mettra en avant son projet Advantage Abu Dhabi, qui catalyse et suscite des manifestations professionnelles innovantes et viables, notamment des conférences et des expositions. TCA Abu Dhabi présente des propositions efficaces grâce à des incitations financières et non financières. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’équipe Expo 2020 lance des programmes de sensibilisation destinés aux établissements scolaires et aux universités

Publié le 21/09/2012


Conformément à sa mission d’accroître la sensibilisation du public en ce qui concerne la candidature des E.A.U. à l’organisation de l’Exposition universelle de 2020, l’équipe de l’Expo a lancé cette semaine deux programmes de sensibilisation afin d’encourager les collégiens, les étudiants et les professeurs d’université à participer à cette importante campagne nationale.

L’équipe de l’Expo a animé un point d’information lors de la Conférence « What Works » – manifestation organisée par l’Autorité de la connaissance et du développement humain de Dubaï à l’intention de 500 enseignants représentant chacune des écoles privées de l’émirat.

Les participants à la conférence, qui s’est tenue à l’Université Zayed, ont pu mieux s’informer sur les expositions universelles et découvrir comment leurs élèves peuvent soutenir la candidature émirienne et prendre part à cette initiative unique.

L’équipe a également ouvert un kiosque Expo 2020 sur le campus de l’Université canadienne à Dubaï, afin de susciter un soutien à la candidature et d’attirer l’attention sur les nombreux avantages que présente l’Expo pour les étudiants, et notamment sur le fait qu’elle offre des opportunités économiques accrues, qu’elle constitue une tribune permettant d’échanger de nouvelles idées et qu’elle fournit l’occasion de s’informer de première main sur les solutions innovantes aux plus grands défis mondiaux.

L’équipe de l’Expo a encouragé les universitaires du pays tout entier à participer à la campagne, observant que ces initiatives de sensibilisation étaient essentielles pour impliquer les élèves et appuyer la candidature des E.A.U. qui se proposent d’accueillir le monde en 2020.

La ville de Dubaï (E.A.U.) rivalise avec quatre autres candidates à l’organisation de l’exposition universelle de 2020, à savoir Ayutthaya (Thaïlande) ; Ekaterinbourg (Russie) ; Izmir (Turquie) ; et Sao Paulo (Brésil).

La ville sélectionnée sera annoncée en novembre 2013 après un vote des 161 États membres du Bureau international des expositions – l’organisation internationale chargée de superviser l’appel d’offres, la sélection de la candidature à retenir et l’organisation des expositions universelles.– Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

À Dubaï, l’immeuble résidentiel le plus haut du monde accueille ses premiers habitants

Publié le 14/09/2012


TAMEER, promoteur immobilier du Moyen-Orient, a annoncé la livraison de son projet résidentiel phare, la Princess Tower, qui s’élève à 414m mètres au-dessus de la ligne des toits de Dubai Marina.

En début d’année, la tour a été officiellement reconnue comme l’immeuble résidentiel le plus haut du monde par le Conseil sur les grands immeubles et l’habitat urbain (CTBUH) et le Livre Guinness des records (GWR).

La tour, qui occupe une superficie de terrain de 3 479 mètres carrés, comprend 6 étages en sous-sol, un rez-de-chaussée et 100 étages au-dessus.

La Princess Tower offre 763 logements individuels d’une, deux et trois chambres et des appartements-terrasses, ainsi que 957 places de parking. En outre, les 8 magasins situés au rez-de-chaussée assurent aux résidents la commodité de faire leurs achats sur place.

S’exprimant au sujet de la livraison du projet, Federico Tauber, Président de TAMEER, a déclaré : « Vu le raffinement croissant du marché immobilier émirien et l’énorme demande d’aménagements originaux et exclusifs, Tameer s’est lancé dans la construction de projets immobiliers ultramodernes, tels que la Princess Tower et l’Elite Residence. Nous sommes fiers d’annoncer l’achèvement de la Princess Tower qui est considérée comme une véritable prouesse en matière d’architecture et de construction, sans parler de son emplacement exceptionnel dans le quartier de Dubai Marina ».

L’étage multifonctions, au 97e niveau, comprend un espace de loisirs spécialement conçu et unique en son genre, où les résidents peuvent contempler une vue panoramique magnifique, à 360o, de la Marina, de Palm Jumeirah, de la route Sheikh Zayed et de tous les monuments repères, et organiser diverses activités de détente et réceptions.

Pour assurer un maximum de commodité et de souplesse en ce qui concerne les différentes activités susceptibles d’y être organisées, l’espace peut être divisé en plusieurs salles à l’aide de cloisons qu’il suffit de reconfigurer.

Aux 5e et 6e étages, les résidents disposent d’un grand nombre d’aménagements très prisés, tels que gymnases entièrement équipés, piscines, ainsi que salles de billard et de tennis de table.

Et Tauber de poursuivre : « Il n’a été possible de satisfaire à ces conditions de marché exceptionnellement exigeantes que grâce à l’aide des propriétaires de Tameer, au soutien et à la confiance de nos clients – dont nous reconnaissons et apprécions sincèrement la contribution – aux efforts de nos investisseurs, des entreprises, de l’équipe de gestion de Tameer, ainsi que des responsables gouvernementaux du Dubai Land Department, de RERA, de la Municipalité de Dubaï, de la Défense civile, et bien d’autres encore ». – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. se classent au 7e rang mondial pour l’efficience de leur marché du travail

Publié le 07/09/2012


Pour la septième année consécutive, le Forum économique mondial a classé l’économie émirienne parmi les plus efficaces du monde selon les critères d’innovation et de créativité.

D’après le Rapport 2012-2013 sur la compétitivité mondiale, publié mercredi à Genève par le Forum économique mondial, les E.A.U. se classent mondialement 24e sur 144 pays, grimpant de trois places par rapport à l’année dernière. Ce rapport évalue la compétitivité des pays selon 12 piliers correspondant aux trois stades principaux du développement économique : Stade 1 : Conditions de base ; Stade 2 : Facteurs dynamiseurs ; et Stade 3 : Innovation.

Les E.A.U. figurent parmi les économies tirées par l’innovation et la créativité depuis 2006. Aussi se classent-ils devant la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Italie et l’Espagne.

Reem Al Hashimy, ministre d’État et Présidente du Conseil émirien de la compétitivité, a déclaré que le rapport constituait une reconnaissance par la communauté internationale de la stature des E.A.U. en tant que pays parmi les plus avancés et les plus innovants, ceci grâce à la Vision 2021 envisagée par les dirigeants judicieux des Émirats, qui souhaitent faire du pays l’un des plus compétitifs du monde d’ici 2021.

Elle a ajouté que l’indice de compétitivité des E.A.U. concernant l’efficience du marché du travail a grimpé de 21 points pour atteindre le septième rang mondial, réitérant que les E.A.U. obtiendraient de meilleurs résultats encore dans les prochains rapports mondiaux sur la compétitivité.

Les E.A.U. se placent en tête de liste des pays arabes et au 5e rang mondial dans le rapport Doing Business de la Banque mondiale en matière de commerce transfrontalier. De même, ils se sont classés au 1er rang des pays arabes et au 17e rang mondial dans le récent rapport de l’ONU sur le bonheur dans le monde, ainsi qu’au 16e rang international au Classement annuel mondial de la compétitivité publié par l’IMD. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Dubaï devient la destination favorite des banques d’investissement

Publié le 29/08/2012


Dubaï est le lieu préféré des banques d’investissement britanniques dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, selon une étude.

Les banques d’investissement préfèrent travailler à Singapour plutôt qu’à New York ou à Londres, où elles sont confrontées à une moindre croissance des salaires et à une fiscalité supérieure, selon la société de recrutement Astbury Marsden.

Trente-et-un pour cent des personnes interrogées ont choisi Singapour comme lieu favori, suivi de New York (20 %) et de Londres (19 %), a expliqué le recruteur dans son « Étude des lieux préférés » annuelle.

Hong Kong et Dubaï ont obtenu respectivement 16 et 15 %. Selon l’étude, 60 % des banques pensent que la région Asie-Pacifique sera le plus grand centre financier dans 10 ans.

« Un environnement à forte croissance, à faible fiscalité et accueillant envers les banques comme Singapour se pose en parfait antidote face au sentiment de haute fiscalité et d’hostilité envers les banques que l'on ressent à Londres et à New York, a déclaré Mark Cameron, PDG d'Astbury Marsden. Les centres financiers de l’Ouest ont été vraiment maltraités depuis le début de la crise financière. » Les sociétés de services financiers de Londres sont fortement incitées par les gouvernements et les régulateurs à diminuer leurs revenus en raison de la colère publique face aux milliards de dollars d’aide des contribuables envers les banques, notamment la Royal Bank of Scotland et le Lloyds Banking Group.

Les financiers de Londres pourraient recevoir 2,3 milliards de livres Sterling (3,6 milliards de dollars) en primes pour 2012, le montant le plus bas en plus de 14 ans, car les cabinets financiers sont confrontés à de mauvaises conditions de transactions et à des licenciements, d’après ce qu’a dit le Centre for Economics & Business Research Ltd au mois de mai.

« Les villes comme Singapour et Hong Kong ont su rapidement tirer partie des difficultés de Londres et de New York, en sollicitant les banques d’investissement et en réagissant aux demandes des expatriés et des touristes concernant des divertissements tels que les sports, la musique et autres manifestations internationales, explique Mark Cameron.

Elles sont devenues des destinations appréciées des banques d'investissement expatriées et du personnel des hedge funds. » Astbury Marsden a mené son enquête auprès de 462 personnes fin juillet. – Bloomberg

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le service MMS Valeur d’Etisalat aide les entreprises émiriennes

Publié le 24/08/2012


Le service MMS Valeur d’Etisalat fournit aux clients professionnels, aux organisations d’État, aux sociétés multinationales, aux PME et aux fournisseurs de contenu des E.A.U. une solution multimédia automatisée afin d’améliorer le processus de communication.

MMS Valeur, l'application Internet prête à l'emploi d'Etisalat, qui utilise le protocole MM7, permet aux organisations d’échanger un grand nombre de messages MMS pour interagir efficacement avec leurs marchés cibles.

Ce service permet aux entreprises d’intégrer commodément leur propre application back-end selon leurs besoins commerciaux. Les clients professionnels peuvent demander leur code unique à 4 chiffres pour commencer à échanger des messages MMS avec leur base ciblée. Chaque code peut être adapté pour recevoir des demandes provenant de leurs clients, auxquelles les entreprises répondent en format multimédia.

À propose de ce service, Abdulla Al Ahmed, vice-président principal d’Etisalat chargé des transactions explique : « Les entreprises du monde entier et des E.A.U. en particulier utilisent les SMS et les MMS comme outils de marketing direct et de communication. Afin de répondre à cette demande commerciale de base, nous avons élaboré une solution de MMS flexible, personnalisable et économique pour nos clients, afin qu'ils interagissent avec leur clientèle, ainsi qu'avec leurs employés. »

Bien que le service MMS Valeur donne aux utilisateurs finals la possibilité de demander des informations et du contenu au moment où ils en ont le plus besoin, il permet aux entreprises d’envoyer des messages promotionnels et des offres spéciales de façon à tenir leurs clients informés à tout moment.

Selon les besoins de l’entreprise, les clients peuvent commodément s’abonner au service en payant au coup par coup, ou chaque mois, avec des réductions sur volume. – The Gulf Today

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les investisseurs étrangers injectent 22 milliards de dirhams dans l'immobilier de Dubai durant le premier semestre de 2012

Publié le 17/08/2012


Le Centre de promotion et de gestion de l'immobilier du Land Department (LD, Service foncier) de Dubai a annoncé que la valeur totale des investissements étrangers directs dans le secteur de l'immobilier de l'émirat a dépassé les 22 milliards de dirhams, ce principalement en raison des investissements réalisés par des investisseurs étrangers de diverses nationalités qui ont acquis 12 875 biens, dont des bâtiments, des terrains, des appartements et des villas résidentielles au premier semestre de 2012.

"Le secteur de l'immobilier se porte de mieux en mieux depuis deux ans. Le marché attire de nouveaux investisseurs étrangers, ce qui reflète la solidité de l'économie nationale et ses capacités de croissance excellentes", a déclaré Majida Ali Rashid, présidente du Centre de promotion et de gestion de l’immobilier. Elle a ajouté que l'augmentation de la confiance des investisseurs dans l'immobilier de Dubai et la croissance des marchés et transactions sur le plan de la qualité et de la quantité sont de bon augure pour la croissance future, que le gouvernement de Dubai recherche et encourage afin de garantir un avenir meilleur au pays et à ses citoyens.

Mme Rashid a souligné que les informations recueillies par la section "recherches et études" du département de développement de l'immobilier montrent que les acquisitions des investisseurs étrangers dans les projets de pleine propriété à Dubai continuent d'être dominées par les Indiens qui ont pris la première place depuis l'entrée en vigueur des règlements sur l’achat de propriétés par des étrangers. Les investisseurs indiens ont acheté au total 2 153 propriétés estimées à 3,751 milliards de dirhams, les Pakistanais venant en deuxième place avec au total à 1 814 propriétés représentant 1,713 milliards de dollars.
Elle a ajouté que les investisseurs britanniques ont fait, quant à eux, l’acquisition de 1 564 biens d'une valeur de 2,529 milliards de dirhams, ce qui les place au troisième rang sur le plan du nombre d'unités, tandis que les investisseurs russes et iraniens se sont disputés les quatrième et cinquième places, les Iraniens ayant acquis 1 057 biens d'une valeur de 1,515 milliards de dirhams et les Russes, 694 biens d'une valeur totale de 1,438 milliards de dirhams.

Les investisseurs saoudiens se classent en sixième place sur le plan des propriétés immobilières détenues à Dubai avec l’achat de 416 unités d'une valeur de 1,059 milliards de dirhams, suivis par les investisseurs américains qui prennent la septième place. Les Canadiens occupent la huitième place avec 329 biens immobiliers d'une valeur totale de 754 millions de dirhams.

D’après les données officielles, les investisseurs jordaniens ont acquis 268 biens immobiliers d'une valeur de 460 millions de dirhams, les investisseurs d'autres nationalités se partageant au total 4 165 biens immobiliers, d’une valeur de 8,234 milliards de dirhams.

Sultan Al Akraf, directeur en chef des services de l’inscription des biens immobiliers au département a déclaré que les chiffres enregistrés par celui-ci reflètent une tendance constante à la hausse et une croissance positive de la performance du marché de l'immobilier dans l'émirat, qui reçoit un soutien direct du gouvernement. Celui-ci déploie tous les efforts possibles pour garantir la stabilité et la croissance du marché afin d’attirer de nouveaux investisseurs et de stimuler leur confiance.
Il a fait remarquer que la valeur totale des transactions immobilières a dépassé 63 milliards de dirhams durant le premier semestre de l'année en cours, ce qui représente une croissance de 21 % par rapport à la même période de l'année 2011. Ces résultats documentés officiellement ont été obtenus au moyen de 18 953 transactions, dont la plupart concernaient des ventes et des prêts immobiliers, ainsi qu'un nombre limité de portefeuilles de locations et de prêts immobiliers et d'autres transactions. Les chiffres montrent clairement que le secteur est revenu à la normale, a-t-il conclu, les spéculateurs étant sortis du marché qui arrive à maturité, tandis que les investisseurs se sont montrés plus conscients de l'importance des investissements à long terme dans l'immobilier. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

La confiance mondiale dans les entreprises émiriennes atteint des sommets

Publié le 10/08/2012


Les E.A.U. arrivent en tête de la confiance mondiale dans les entreprises et sont seuls en territoire positif sur l’indice d’enquête économique mondiale, devant les États-Unis, le Royaume-Uni, Hong Kong, Singapour et autres pays du côté négatif de l’indice.
Ceci a été révélé dans l’Enquête sur les conditions économiques mondiales (GECS), au deuxième trimestre de 2012, réalisée par l’Association of Chartered Certified Accountants (Acca) et l’Institute of Management Accountants (IMA).

La reprise économique mondiale a encore ralenti, début 2012, d’après l’enquête. Mais les professionnels de la finance restent tout à fait confiants concernant la reprise émirienne.

Ils ont averti que la croissance des économies les plus développées du monde s’est encore interrompue et que l’économie mondiale est plus fragile que jamais depuis trois ans. L’enquête mondiale auprès de 2 700 comptables professionnels suggère que les signes de reprise de début 2012 étaient principalement dus à un optimisme mal placé et que la plupart des gains réalisés à ce moment-là ont maintenant disparu.

L’Indice de confiance du GECS dans la région et des marchés sélectionnés a révélé que les E.A.U. ont atteint un score de 7,9, alors que le reste des régions et marchés couverts par cet indice ont obtenu un score négatif.

Parmi les marchés bien représentaient dans l’enquête Acca / IMA, les E.A.U. sont restés les plus confiants, avec 35 % des personnes interrogées signalant une croissance de la confiance (au lieu de 42 %), contre 27 % signalant des pertes (au lieu de 23 %). Bien que la perte globale d’élan corresponde aux tendances mondiales, il est intéressant de noter que seuls les E.A.U. ont enregistré des gains de confiance nets au deuxième trimestre de 2012. Sans surprise, les attitudes positives envers l’économie mondiale sont également plus résilientes aux E.A.U. qu’ailleurs, avec 46 % des personnes interrogées pensant que la reprise est en bonne voie, au lieu de 53 %.

Les pressures de trésorerie semblent avoir considérablement diminué aux E.A.U. au cours des trois derniers mois, avec moins de professionnels s’inquiétant de la survie de leurs fournisseurs ou clients, et moins de paiements en retard. Il est important de remarquer que les nouvelles commandes semblent être en hausse.

En début de semaine, HSBC Holdings a déclaré que l’activité du secteur privé non pétrolier des E.A.U. avait continué à progresser en juillet, grâce à des volumes de production supérieurs. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’activité commerciale émirienne augmente légèrement en juillet

Publié le 07/08/2012


L’activité commerciale du secteur privé non pétrolier des E.A.U. a légèrement augmenté en juillet, par rapport au mois précédent, mais la croissance des commandes d’exportation a chuté brutalement, selon une étude des directeurs d’achat publiée dimanche.

L’indice des directeurs d’achat de HSBC E.A.U., qui mesure la performance des secteurs de la fabrication et des services, est monté à 53,4 points le mois dernier, par rapport aux 53,2 points de juin.

L’indice ajusté est resté au-dessus de la barre des 50 points, qui sépare la croissance de la contraction, selon l’enquête sur 400 entreprises du secteur privé.

« Bien que la chute brutale des commandes d’exportation soit troublante, dans l’ensemble, les données suggèrent que l’économie non pétrolière montre une certaine résilience, explique Simon Williams, chef économiste pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord chez HSBC.

Le principal score est encore fermement en territoire expansionniste, tandis que le résultat positif, les nouvelles commandes et les chiffres de l’emploi sont particulièrement encourageants dans cette économie mondiale troublée et au début de l’été du Golfe. »

La croissance des entreprises émiriennes a encore ralenti en juillet, à 53,7 points, le niveau le plus faible depuis mars, au lieu de 54,6 points en juin. Les nouvelles commandes sont restées stables, à 58,4 points.

La croissance des nouvelles commandes d’exportation a chuté brutalement, atteignant 50,6 points, le taux le plus lent depuis juin 2010, au lieu de 54,5 points le mois précédent, les entreprises indiquant qu’il est difficile d’accomplir des ventes.

L’emploi a encore progressé dans le secteur privé non pétrolier émirien en juillet, atteignant le taux le plus élevé depuis avril 2011, d’après l’enquête.

La croissance des prix de sortie a repassé la barre des 50 points en juillet, tandis que la croissance des prix d’entrée a ralenti, à 53,8 points, l’inflation d’entrée la plus faible depuis un an et demi.

L’inflation des prix à la consommation aux E.A.U., 3e exportateur de pétrole mondial, est descendue à 0,4 % par an en juin, d’après les données du gouvernement.

En juin, le ministre de l’Économie Sultan ben Saïd Al Mansouri a diminué ses prévisions de croissance du produit intérieur brut du pays cette année. Il a prévu une expansion d’environ 3 %, au lieu de 4,2 % en 2011, à cause de la faiblesse mondiale. – Gulf News

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’ADMA atteint sa plus haute production de pétrole

Publié le 31/07/2012


L’Abu Dhabi Marine Operating Company (ADMA-OPCO) a annoncé qu’elle a atteint actuellement sa plus haute production de pétrole depuis son entrée en activité.

Dans son rapport annuel 2011, la société signale que malgré les nombreuses difficultés qui entravent l’achèvement de projets clés, elle a été en mesure de parvenir au rythme de production visé en maintenant son niveau de production en 2011. Elle a également été en mesure de répondre aux besoins en gaz d’Adgas.

L’ADMA a révélé dans sont rapport qu’elle prévoit d’entreprendre des activités de développement au champ pétrolifère de Lower Zakum, afin de porter sa production de 200 000 à 425 000 barils par jour (b/j), et de faire passer la production du champ d’Umm Al Shaif de 100 000 b/j à 275 000 b/j, ce qui portera la production conjuguée de ces deux champs à 700 000 b/j d’ici 2015.

Dans une déclaration publiée dans le rapport, Ali Rashid Al Jarwan, PDG d’ADMA-OPCO, précise que la performance de la société dépasse les indicateurs clés de performance (KPI) qui avaient été fixés.

« Notre programme d’action pour la croissance a vu l’accomplissement de progrès considérables sur le plan des expansions de projet, du transfert de technologies et de l’accès à l’autonomie. Ayant mis en œuvre de nombreuses initiatives, nous avons réussi à maintenir notre forte croissance et à obtenir des résultats très positifs, malgré les énormes difficultés auxquelles l’industrie pétrolière et gazière est confrontée », a-t-il ajouté.

« Nos réalisations de l’année seront couronnées par la commémoration du 50e anniversaire de l’expédition de la première cargaison de pétrole brut produite au champ d’Umm Al Shaif Field, qui fut exportée via l’île de Das le 4 juillet 1962. Cet événement historique, qui a été un tournant dans l’histoire des E.A.U., sera fêté au cours du deuxième semestre 2012 », a déclaré Jarwan. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Une nouvelle loi relance la confiance dans le marché immobilier de Dubaï

Publié le 17/07/2012


Selon un prestataire mondial de services financiers et professionnels spécialisé dans l’immobilier, le secteur de l’immobilier de Dubaï, récemment classé comme le marché le plus transparent de la région Moyen-Orient/Afrique du Nord, est en passe d’être encore davantage stimulé par l’entrée en vigueur d’une loi imminente visant à protéger les investisseurs.

La nouvelle loi de Dubai Land, qui autorise les investisseurs à résilier leurs contrats et à se faire rembourser si les promoteurs enfreignent les modalités et conditions des accords, devrait renforcer la confiance des investisseurs, affirme le cabinet Jones Lang LaSalle (JLL) dans sa revue semestrielle du marché immobilier. Selon cette même revue, la loi fera également pression sur les promoteurs pour qu’ils mènent à bien leurs projets.

Aux termes de la nouvelle loi, qui garantira une plus grande transparence et une meilleure régulation du marché immobilier, les investisseurs pourront résilier leur contrat si la remise du bien immobilier est retardée de plus d’un mois. En vertu de cette nouvelle loi, les investisseurs auront également la possibilité d’exiger un dédommagement en cas de malfaçons constatées lors de la remise du bien immobilier.

« Des signes attestant du regain de confiance des investisseurs se sont manifestés dans le secteur immobilier sous la forme d’une demande constante de biens de qualité, bien situés et productifs de revenus », constate JLL dans son rapport.

Il signale que les principales transactions réalisées au cours du premier semestre 2012 ont été la vente du Bâtiment 6 du Gate Precinct au Centre financier international de Dubaï et la cession de la participation de 50 pour cent de Kerzner dans Atlantis the Palm Jumeirah à Istithmar World. En outre, un local polyvalent d’environ 1 060 m2 situé dans la Burj Khalifa s’est vendu en juin.

Le cabinet de conseil immobilier observe que le marché résidentiel connaît globalement une tendance positive. En effet, au deuxième trimestre 2012, le marché des villas a continué à surpasser le secteur des appartements.

« Les bâtiments résidentiels de qualité situés dans des quartiers bien établis continuent à mieux se vendre, tandis que les emplacements de second rang souffrent toujours de baisses au niveau des prix et des loyers », affirme-t-il.

Au cours du deuxième trimestre, environ 3 000 unités résidentielles supplémentaires sont arrivées sur le marché de Dubaï, portant le stock résidentiel total à environ 344 000 unités. Celles qui venaient d’être terminées étaient en majorité des appartements.

Parmi les projets notables remis durant ce trimestre figurent The Villa - phase trois à Dubailand, deux tours situées à Dubai Marina, trois bâtiments à la Dubai Silicon Oasis et un complexe de 26 bâtiments à l’International City, signale-t-il.

Au cours du premier semestre, peu de nouveaux immeubles de bureaux sont entrés sur le marché. « Les loyers demandés pour les bureaux de qualité sont restés stationnaires au deuxième trimestre, mais les loyers de second rang ont baissé. Le regroupement des occupants reste un objectif clé et, conformément aux tendances mondiales, on a vu à Dubaï une optimisation des portefeuilles au cours du premier semestre. Les plus grandes sociétés cherchent toujours à améliorer leur offre de locaux en proposant des baux plus souples. »

Le maintien d’une forte demande de locaux commerciaux dans les centres super-régionaux qui se portent le mieux, y compris le Dubai Mall et le Mall of the Emirates, s’est traduit par une hausse des loyers « prime » à 4 500 dirhams le mètre carré, observe JLL. « Toutefois, le marché de l’immobilier commercial devient de plus en plus un marché à deux vitesses et les plus vieux centres commerciaux, qui sont moins fréquentés, souffrent d’une baisse de la demande tant de la part des consommateurs que des détaillants, les petits propriétaires se voyant obligés d’envisager de nouvelles techniques en matière de marketing et de positionnement de produit. »

La reprise qu’a connue le secteur hôtelier en 2011 s’est poursuivie au cours du premier semestre 2012, les taux d’occupation atteignant 83 pour cent, contre 79 pour cent l’année dernière à la même période. « Cette croissance s’est réalisée principalement grâce au dynamisme du secteur du tourisme et au nombre très encourageant de visiteurs », selon le rapport de JLL. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

250 millions de dirhams : le bien immobilier le plus cher jamais mis en vente à Dubaï

Publié le 10/07/2012


Un hôtel particulier de 4 180 mètres carrés, construit sur quatre parcelles (5 574 mètres carrés) à la pointe de l’une des feuilles de palmier de Palm Jumeirah, est en vente.

Selon l’agence de Dubaï chargée de vendre la villa, il s’agit « du bien immobilier le plus cher jamais mis en vente à Dubaï », puisqu’on en demande un prix de 250 millions de dirhams, soit environ 59 800 dirhams le mètre carré, lequel n’est pas négociable.

L’hôtel particulier, qui appartient actuellement à un homme d’affaires très en vue, comprend 10 chambres avec salle de bains attenante, une salle de cinéma privée de 92,6 mètres carrés et 20 places, un gymnase, quatre salles de divertissement (majlis), deux bureaux, 2 salles familiales, un hammam, un sauna et un spa, deux piscines : une couverte et une extérieure, une cuisine, deux salles à manger : une familiale et une autre privée, des entrepôts et des garages pour six voitures.

Myles Bush, propriétaire de Power House Properties, a confié à Emirates 24|7 : « Nous sommes l’agent commercial « désigné » et il s’agit, bien évidemment, du bien immobilier le plus coûteux jamais vendu à Dubaï. Nous veillons à faire visiter l’hôtel particulier uniquement à des clients de haut niveau. »

De tels hôtels particuliers spécialement conçus sont rares et bâtis en majeure partie pour des personnes très fortunées. Ils sont construits à la pointe des feuilles de palmiers et sont rarement mis en vente sur le marché.

Emirates 24|7 a signalé que les prix des villas Signature et Garden Home de Palm Jumeirah ont augmenté, enregistrant une hausse moyenne comprise entre 11 et 25 pour cent au cours du premier semestre 2012 par rapport à la même période l’année dernière. Suivant leur emplacement et la vue qu’elles offrent, certaines des villas Signature se vendent aujourd’hui 50 pour cent de plus que l’année dernière.

Les données fournies par Edwards and Towers, qui se spécialise dans la vente des biens immobiliers des Palms, révèlent qu’en moyenne les prix des villas Signature ont augmenté de sept pour cent à 50 pour cent au cours du premier semestre 2012 par rapport à la même période l’année dernière.

Les villas de numéro élevé situées sur les feuilles K et E se vendent aujourd’hui 30 millions et 28 millions de dirhams, respectivement, alors que des villas de numéro élevé situées sur les feuilles P et F se vendaient 18 millions de dirhams, respectivement, et celles de numéro élevé sur la feuille C 15 millions de dirhams au cours du premier semestre 2011.

Une villa de numéro moyen située sur la feuille A se vend 17 millions de dirhams, alors que le prix d’une villa de numéro moyen placée sur la feuille D s’élevait à 16 millions de dirhams au premier semestre 2011.

Selon les statistiques publiées par propertyfinder.ae, les prix des villas Signature de sept chambres ont augmenté en moyenne de 10,79 pour cent pour atteindre 18,78 millions de dirhams au premier semestre 2012, contre 16,95 millions de dirhams au premier semestre 2011.

Le prix moyen d’une villa de six chambres a grimpé de 19,63 pour cent, passant de 17,57 millions à 21,02 millions de dirhams, alors que les villas de cinq chambres ont enregistré une hausse de 17,45 pour cent les portant de 17,59 millions à 20,66 millions de dirhams.

D’après les données relevées par le Département des ressources foncières de Dubaï (DLD), le nombre total de transactions réalisées à Palm Jumeirah s’élève à 719 et leur valeur a été estimée à 3,42 milliards de dirhams au premier semestre 2012.

En avril, le président de Nakheel Ali Rashid Lootah avait constaté que les prix immobiliers sur l’île de Palm Jumeirah étaient plus élevés qu’avant la crise, les biens immobiliers se vendant entre 15 600 et 16 150 dirhams le mètre carré. Il a ajouté qu’ils avaient réussi à vendre des parcelles situées sur la feuille N 30 pour cent plus cher que l’année dernière et que 70 pour cent de la feuille était vendue. – Emirates 24|7

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Burj Khalifa en tête de liste des quartiers commerciaux les plus actifs

Publié le 06/07/2012


La valeur totale des transactions immobilières a augmenté de près de 22 pour cent pour atteindre 27 milliards de dirhams au cours du premier semestre 2012 contre 22 milliards durant la même période l’année dernière, selon les données publiées par le Département des ressources foncières de Dubaï (DLD).

Le quartier de Burj Khalifa (Downtown Dubai et Business Bay) est arrivé en tête de liste des quartiers commerciaux les plus actifs en termes de valeur, tandis qu’Al Thanyah Fifth (Jumeirah Lakes Towers) a enregistré le nombre le plus élevé de transactions au cours du premier semestre de cette année.

Marsa Dubai (Dubai Marina) a affiché un total de 1 915 transactions représentant une valeur de 3,58 milliards de dirhams. Burj Khalifa a fait état de 1 846 transactions estimées à 3,6 milliards de dirhams, tandis que 2 249 transactions d’un montant de 2,26 milliards de dirhams ont été négociées à Jumeirah Lakes Towers.

Le nombre total de transactions effectuées à Palm Jumeirah a atteint 719, celles-ci représentant un montant estimé à 3,42 milliards de dirhams. Al Thanyah Fourth (Springs, Meadows, etc.) a enregistré 444 transactions d’une valeur de 1,77 milliard de dirhams, tandis qu’Al Thanyah Third (Greens, Views) a vu 567 transactions d’une valeur de 875 millions de dirhams.

En 2011, le DLD a enregistré 35 297 transactions d’une valeur de 143 milliards de dirhams, soit une hausse de 20 pour cent par rapport à 2010. Les emprunts immobiliers représentaient 60 pour cent du nombre total des transactions, ce qui, selon le DLD, signale la « reprise du secteur du financement de l’immobilier et le retour d’activités prospères. »

Dimanche, Asteco, cabinet immobilier basé à Dubaï, a déclaré que les appartements situés à Downtown Dubai, Dubai Marina et Palm Jumeirah restent parmi les plus recherchés des acheteurs et qu’ils ont vu des hausses de prix respectives de neuf pour cent, huit pour cent et huit pour cent au cours du deuxième trimestre 2012.

Les prix à Jumeirah Lakes Towers, Greens et au Centre financier international de Dubaï (DIFC) sont restés relativement stables, tandis que Jumeirah Beach Residence a enregistré une hausse de trois pour cent.

Dans la catégorie villas, Arabian Ranches a affiché une augmentation de prix de 16 pour cent, les Springs de 14 pour cent et Jumeirah Islands de 11 pour cent.

Les villas de Palm Jumeirah, à 17 200 dirhams le mètre carré, étaient les plus chères de Dubaï, suivies de celles de Jumeirah Islands et des Meadows qui se situent à 10 750 et 10 250 dirhams, respectivement. C’est à Jumeirah Village que les prix sont les plus bas, à raison de 5 400 dirhams le mètre carré, a constaté Asteco. – Emirates 24|7

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le secteur des biens immobiliers de Dubaï rebondit

Publié le 03/07/2012


Le marché de l’immobilier de Dubaï se montre vigoureux. En effet, selon une nouvelle étude publiée dimanche, les locations tout comme les prix des biens immobiliers de qualité ont affiché une reprise après être restés dans le marasme économique pendant des années.

« À Dubaï, les aménagements résidentiels de qualité ont rebondi au cours du deuxième trimestre après un premier trimestre stable, les loyers ayant enregistré une hausse moyenne de six pour cent pour les appartements et de neuf pour cent pour les villas », a déclaré Asteco, grande société de gestion immobilière des E.A.U., dans son rapport. Les prix à la vente ont affiché des hausses à deux chiffres dans trois grands ensembles et des augmentations de six à huit pour cent ailleurs, a-t-elle précisé.

« Après trois années de déclin au niveau des prix et d’activité restreinte en matière de ventes, le marché de l’immobilier est en bonne voie de reprise, les quartiers de qualité bien établis affichant une augmentation de valeur et de plus hauts volumes de transactions », a déclaré Elaine Jones, la Directrice générale d’Asteco. Vers la fin du premier semestre 2012, dans les quartiers de qualité bien établis les loyers ont enregistré des hausses moyennes de six pour cent.

Les appartements situés à Dubai Marina et au centre de Dubaï ont été les plus recherchés après avoir connu une hausse de 10 pour cent, la location d’un appartement de deux chambres atteignant entre 90 000 et 120 000 dirhams par an. « Les locataires déménagent pour s’installer dans des logements d’un bon rapport qualité-prix et ce sont les appartements d’une ou deux chambres et les villas de trois et quatre chambres qui sont les plus demandés. Pour ce qui est des prix, les aménagements résidentiels de qualité qui sont bien gérés continueront à imposer leur dynamique », a observé Elaine Jones.

D’après les analystes immobiliers, la réputation de refuge dont jouit Dubaï et ses mesures imminentes de protection des investissements ont considérablement favorisé la reprise de confiance des investisseurs mondiaux et régionaux, notamment au lendemain du Printemps arabe. Même certains des plus grands promoteurs immobiliers ont commencé, au cours des derniers mois, à vendre des unités résidentielles, notamment dans le haut de gamme, ce qui met en évidence la capacité de résistance du secteur, ont-ils observé.

Selon Asteco, les prix à la location ont suivi une tendance identique. Restés stables tout au long du premier trimestre, ils ont connu une hausse moyenne de neuf pour cent durant la fin du deuxième trimestre. Mirdiff a enregistré la plus forte augmentation, le loyer d’une maison de trois chambres ayant grimpé à 90 000 dirhams par an, soit un bond de 13 pour cent. Pour Arabian Ranches, l’augmentation a atteint 11 pour cent, la location d’une villa de trois chambres revenant aujourd’hui à 140 000 dirhams par an.

Les prix des appartements d’une, deux et trois chambres au centre de Dubaï, à Dubai Marina et à Palm Jumeirah ont augmenté respectivement de neuf pour cent, huit pour cent et huit pour cent au cours du premier semestre. Ailleurs à Dubaï, les prix sont restés relativement stables, les appartements de JBR ayant connu une hausse de trois pour cent.

Selon les prévisions d’Asteco, les prix à la vente, et notamment ceux des villas, continueront d’augmenter dans les quartiers de qualité. « Le nombre de propriétaires occupants a augmenté progressivement et parallèlement à l’amélioration des offres de financement des banques, laquelle devrait se poursuivre. On assistera également à une demande accrue de la part d’acheteurs étrangers qui cherchent à fuir les difficultés économiques de la zone Euro et l’instabilité politique des autres pays de la région », a constaté Elaine Jones.

Il n’en a pas été de même pour les locaux commerciaux qui, malgré une augmentation des demandes de renseignements concernant les locations au cours du premier semestre 2012 (durant lequel la situation au niveau régional s’est améliorée), il s’est avéré difficile de susciter un intérêt renouvelé pour Dubaï en tant que pôle d’affaires en raison d’une offre excédentaire et du fait que les termes des contrats sont dictés par les locataires. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les E.A.U. intensifient leurs efforts en vue d’accueillir l’Exposition universelle 2020

Publié le 12/06/2012


Une délégation de haut niveau dirigée par S. A. Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président de la Direction de l’aviation civile de Dubaï et du groupe Emirates, est partie hier pour Paris, où elle présentera dans les détails la candidature des E.A.U. à l’organisation de l’Exposition universelle de 2020 à Dubaï lors d’une assemblée générale des 160 États membres du Bureau international des expositions (BIE), l’organisation internationale chargée de superviser le calendrier, les appels d’offres, la sélection des candidatures et l’organisation des expositions universelles.

Cette présentation représente la deuxième des cinq chances que les E.A.U. auront de soutenir officiellement leur candidature auprès du BIE avant la sélection, en novembre 2013, du pays qui accueillera l’exposition.

Les membres de la délégation, dirigés par Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum en sa qualité de Président du comité, comprennent Mohammed Ibrahim Al Shaibani, Directeur général de la Cour de Son Altesse le Souverain de Dubaï, qui assure la fonction de Vice-président du Haut Comité pour l’accueil de l’Exposition universelle 2020 ; Reem Al Hashimy, ministre d’État et directeur général du Haut Comité ; Ahmed Abdullah Al Shaikh, Directeur général de l’Office des médias du gouvernement de Dubaï ; et Helal Saeed Al Marri, PDG du Dubai World Trade Centre.

La présentation de la candidature des E.A.U. au BIE aura lieu quelques jours seulement avant le déroulement de festivités nationales spéciales organisées au pavillon émirien de l’Expo universelle 2012 à Yeosu (Corée du Sud), manifestation qui durera trois mois et devrait attirer jusqu’à 8 millions de visiteurs du monde entier. Certains membres sélectionnés du Haut comité pour l’accueil de l’Exposition universelle 2020 se rendront en Corée du Sud pour ces festivités, qui se tiendront le 14 juin.

La candidature des E.A.U. à l’organisation de l’Exposition universelle 2020 rivalise avec celles de quatre autres villes : Ayutthaya (Thaïlande) ; Ekaterinburg (Russie) ; Izmir (Turquie) ; et Sao Paulo (Brésil). – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les banques des E.A.U. sont stables : FMI

Publié le 12/06/2012


Le système bancaire émirien ne montre aucun signe de détresse et la situation quant au financement des banques locales s’est stabilisée, mais tout choc sur les financements étrangers pourrait donner lieu à un certain resserrement des liquidités dans le secteur bancaire, selon le Fonds monétaire international (FMI).

« Les tests de résistance montrent que le système bancaire pourrait faire face à des chocs externes modérés de liquidités avec ses propres ressources, et que le stock de réserves de change de la banque centrale serait suffisant pour résister même en cas de choc fort », signale le FMI dans un rapport qu’il a préparé en vue de consultations avec les E.A.U. et publié ce mois.

« Néanmoins, du fait que les tests de résistance sont effectués sur le bilan consolidé du système bancaire, ils ne révèlent pas les différences de liquidité entre les banques individuelles. En outre, toute répercussion sur les liquidités bancaires pourrait être aggravée par les effets possibles d’un choc pétrolier », selon le rapport.

Le FMI suggère que les E.A.U. devraient développer rapidement des marchés intérieurs d’obligations afin de faciliter la gestion des liquidités des banques et permettre de réduire leur dépendance des financements étrangers.

Le ratio moyen d’adéquation des fonds propres des banques émiriennes s’élève à 20 pour cent et leur ratio de fonds propres de base (Tier 1) à 15 pour cent. Selon le rapport, depuis 2008 les autorités émiriennes prennent des mesures visant à renforcer certains des points faibles du système. « Les banques ont été recapitalisées et le ratio d’adéquation des fonds propres du système bancaire est monté à 21 pour cent. Les institutions financières plus vulnérables, y compris des banques, ont été fusionnées avec des établissements plus robustes », signale-t-il.

Bien que le montant des créances douteuses des banques soit plus élevé qu’il ne l’était avant la période de crise, ces dernières ont été plus réticentes à prendre des risques lors de l’accord de prêts, constate le FMI.

« Des progrès ont été accomplis sur le plan de la restructuration de la dette des entités contrôlées par le gouvernement émirien et plusieurs autres dettes d’entreprise font l’objet de discussions. Toutefois, les besoins de refinancement extérieur sont très importants, puisque 32 milliards de dollars de dettes souveraines et d’entités contrôlées par le gouvernement doivent venir à échéance en 2012 », est-il précisé.

Étant donné que le système financier des E.A.U. demeure fortement intégré et exposé à l’évolution de la situation financière mondiale, le rapport du FMI souligne la nécessité pour la Banque centrale des E.A.U. de continuer à surveiller étroitement la liquidité des banques individuelles et à encourager celles-ci à gérer préventivement les risques de liquidité.

« Il est également nécessaire de réduire la concentration croissante du crédit, de reconnaître plus catégoriquement les créances douteuses et de continuer à constituer une provision adéquate. Favoriser une culture d’évaluation plus rigoureuse des risques, soumettre régulièrement les banques à des tests de résistance et renforcer le cadre du système d’alerte précoce sont autant de mesures qui permettraient de réduire encore davantage les risques encourus par le système bancaire et de renforcer la stabilité financière », constate le rapport.

Le FMI note que le système bancaire émirien est modérément exposé en Europe. Les engagements en devises du système bancaire représentent environ 19 pour cent du passif total. Les prêts consentis aux E.A.U. par des banques de la périphérie de l’U.E. sont minimes, mais les prêts accordés par des banques du noyau central de l’Europe sont considérables. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Abu Dhabi accueille le Boeing 787 Dreamliner

Publié le 08/06/2012


Cet avion, décrit comme un appareil qui va « changer la donne » dans le secteur de l’aviation, s’est posé à Abu Dhabi pour la première fois hier soir.

Etihad Airways devrait devenir l’un des plus gros opérateurs mondiaux du Boeing 787 Dreamliner.

Le Dreamliner, dont l’arrivée dans la capitale marque la fin d’une tournée mondiale de sept mois, est l’avion le plus économique en carburant du monde dans sa catégorie. Il faut s’attendre à ce que la flotte d’Etihad se compose principalement d’appareils de ce modèle à l’avenir.

La compagnie aérienne nationale d’Abu Dhabi a commandé 41 Boeing 787 et dispose d’options d’achat sur 25 appareils supplémentaires.

Le Dreamliner consomme 20 pour cent de carburant de moins que ses concurrents, ce qui en fait un choix attrayant pour les compagnies aériennes internationales qui sont confrontées au coût élevé du carburéacteur et à une baisse de rentabilité.

« On peut le considérer comme un appareil qui va changer la donne », a observé John Downey, le Chef pilote du Dreamliner auprès d’Etihad, laquelle doit prendre livraison de son premier avion en octobre 2014. « D’ici la fin de la décennie, les prix du carburant pourraient avoir doublé et on sera peut-être contraint de retirer du service les avions moins économiques. »

Etihad a annoncé en décembre qu’elle achèterait 12 autres 787, représentant une valeur de 2,8 milliards de dollars (10,28 milliards de dirhams) et portant la commande à un total de 41 appareils. Qatar Airways, qui a été une des premières compagnies à acheter cet avion, devrait prendre livraison de son premier Dreamliner ce mois.

« C’est notre première escale à Abu Dhabi, a déclaré Lori Gunter, responsable de la communication Dreamliner. Etihad est un client très important pour nous et cet arrêt est le dernier de notre tournée. »

Au cours des sept derniers mois, l’avion s’est rendu auprès des fournisseurs et clients de Boeing dans plus de 30 villes.

Après un retard de trois ans, Al Nippon Airlines a été, en octobre dernier, la première compagnie à recevoir un Dreamliner.

Mme Gunter a précisé que Boeing construisait trois avions et demi par mois à ses deux chaînes de fabrication américaines et que la société espérait porter ce chiffre à 10 par mois d’ici la fin de l’année prochaine.

Le Dreamliner est constitué de matériaux composites, tels que fibre de carbone et graphite, qui représentent 50 pour cent du poids de l’appareil.

Les hublots sont de 30 à 60 pour cent plus grands que ceux des autres avions et la hauteur du plafond de la cabine est supérieure à 1,80 mètre.

« C’est un appareil qui sera très économique en carburant », a observé M. Downey, ajoutant que la compagnie aérienne prévoyait d’exercer ses options d’achat en vue de l’acquisition d’autres 787 à l’avenir.

« Nous avons une flotte toute neuve pour le moment, mais dans huit ans, les appareils nous paraîtront peut-être un peu vieux ».

Le Dreamliner est l’avion qui connaît le plus grand succès de l’histoire de Boeing, la société ayant reçu 800 commandes initiales.

Jusqu’ici, l’année a été très positive pour l’avionneur américain qui a battu son principal rival, Airbus, tant du point de vue du nombre de livraisons que du nombre de commandes d’avions.

Durant le premier trimestre de cette année, Boeing a obtenu 80 pour cent des commandes d’avions neufs, contre 20 pour cent pour Airbus.

L’année dernière, Airbus avait terminé l’année avec 64 pour cent des commandes d’avions, ne laissant à Boeing qu’une part de 36 pour cent seulement.

À l’exception de 2006, Airbus devançait Boeing depuis 2001 en matière de commandes. Au cours des 15 dernières années, la demande de transport aérien a doublé, selon les chiffres compilés par l’Organisation de l’aviation civile internationale, qui dépend des Nations Unies.

Etihad a augmenté de près de 5 pour cent sa participation dans le capital de Virgin Australia Holdings, le transporteur aérien d’Abu Dhabi a-t-il déclaré hier, après l’annonce de la nouvelle qu’il cherchait à élargir ses parts de marché en Asie.

La compagnie aérienne a déclaré mardi qu’elle avait acheté pour 35,6 millions de dollars d’actions sur le marché au cours des dernières semaines en vue de l’acquisition d’une part de 3,96 pour cent dans la deuxième compagnie aérienne d’Australie. – The National

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Le 6e Forum conjoint Abu Dhabi-Singapour s’est tenu à Abu Dhabi

Publié le 09/05/2012


Le 6e Forum conjoint Abu Dhabi-Singapour (ADSJF) s’est tenu hier à Abu Dhabi sous la coprésidence de Khaldoon Al Mubarak, président de la Direction des affaires exécutives d’Abu Dhabi et Lee Yi Shyan, ministre d’État singapourien au Commerce, à l’Industrie et au Développement national.

Le Forum a été organisé conjointement par la Direction des affaires exécutives (EAA), et International Enterprise (IE) Singapore, agence du gouvernement chargée de stimuler l’économie extérieure de Singapour. Ce Forum, qui a rassemblé environ 100 représentants du gouvernement et des entreprises d’Abu Dhabi et de Singapour, témoigne du développement continu et effectif des relations bilatérales entre les deux gouvernements.

Ayant placé l’élaboration de politiques et la croissance économique au centre de son mandat, l’ADSJF accueille régulièrement des délégations dans l’un et l’autre pays afin d’explorer les domaines d’intérêt mutuel et ceux dans lesquels ils pourraient agir en collaboration. Les initiatives d’importance menées à ce jour comprennent la mise au point d’un cadre garantissant aux investisseurs d’Abu Dhabi et de Singapour la protection de leurs investissements. Cet Accord de protection et de promotion des investissements (IPPA) favorise les investissements bilatéraux et renforce encore les liens économiques.

Parmi ces initiatives figurent également la création à Singapour d’un bureau régional par le fournisseur émirien de téléphones satellite, Thuraya, et la première collaboration secteur public-secteur privé en matière de protection environnementale à Abu Dhabi, dans le cadre de laquelle Pico World (Singapore) Pte Ltd et CPG Consultants Pte Ltd, appuyées par PUB Consultants Pte Ltd (une filiale à 100 pour cent de PUB, l’agence nationale singapourienne de l’eau) fournissent à l’Agence pour l’environnement d’Abu Dhabi (EAD)des services de conseil en conception au Centre de la réserve en zone humide d’Al Wathba à Abu Dhabi.

Dans le cadre du programme de formation « Al Nokhba » portant sur le développement du capital humain, 25 étudiants en ingénierie d’Abu Dhabi ont visité le campus de GLOBAL FOUNDRIES à Singapour, où ils ont approfondi leur connaissance de l’industrie des semi-conducteurs.

Le Département des transports d’Abu Dhabi et la Direction des transports terrestres de Singapour ont signé l’année dernière un protocole d’accord visant à intensifier la coopération entre les gouvernements en matière de ressources humaines et de formation, de gestion des connaissances et de conseils en projets.

Al Mubarak a déclaré : « Nous continuons à accomplir de nets progrès tant du point de vue économique que gouvernemental. Bien qu’il s’agisse aujourd’hui de la sixième édition du Forum, il reste encore d’importants domaines de collaboration à explorer et à développer ensemble ».

Et Lee Yi Shyan d’observer : « Depuis le lancement du Forum conjoint Abu Dhabi-Singapour en 2007, notre partenariat avec Abu Dhabi et les E.A.U. s’est élargi et intensifié. Outre le commerce et l’économie, nos agences collaborent dans de nombreux domaines. La présence à ce Forum de 65 hommes d’affaires et représentants gouvernementaux provenant de huit agences et cinq ministères singapouriens témoignent des partenariats importants et fructueux que nous gérons ensemble. L’interdépendance croissante des régions de l’Asie et du Moyen-Orient créera également pour nous de nouvelles possibilités de coopération ».

L’ordre du jour de l’ADSJF 2012 s’est ouvert aujourd’hui sur l’examen des enjeux et des enseignements économiques, dans le contexte de la crise financière mondiale, et la mise au point d’une feuille de route économique permanente concernant les collaborations bilatérales entre Abu Dhabi et Singapour.

De plus, des représentants de la société twofour54 d’Abu Dhabi et de la Direction du développement des médias de Singapour ont présenté des exposés sur les évolutions récentes du paysage médiatique.

Pour ce qui est des domaines spécifiques de collaboration, le Forum a examiné les progrès réalisés par trois Groupes de travail actuellement actifs.

Le partage d’informations concernant la garantie de la durabilité des ressources en eau et l’expérience de la récupération d’eau était à l’ordre du jour. Les deux parties ont également évoqué le succès de la Semaine internationale de l’eau à Singapour, ainsi qu’une éventuelle collaboration avec Abu Dhabi en vue de la mise en place d’une initiative semblable en 2013.

Le groupe représentant l’industrie des semi-conducteurs a exploré les domaines de collaboration liés à la recherche et au développement.

Par ailleurs, on a débattu des divers moyens de soutenir la présence de l’Advanced Technology Investment Company (ATIC) à Singapour.

La 6e édition de l’ADSJF s’est terminée par la signature d’un protocole d’accord entre le Conseil d’urbanisation d’Abu Dhabi et la Direction du réaménagement urbain de Singapour. Ce protocole d’accord sur trois ans fournit officiellement un cadre pour l’échange d’informations et le développement du capital humain entre les deux organisations.

Les relations bilatérales économiques et générales entre Singapour et les E.A.U. continuent de prospérer. Les chiffres indiquent que le commerce entre les E.A.U. et Singapour a enregistré un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de 13,8 pour cent entre 2007 et 2011.

En dehors du commerce, le nombre de personnes qui se sont rendues d’Abu Dhabi à Singapour a augmenté de 9 pour cent, passant de 11 321 en 2010 à 12 342 en 2011. Le nombre de visiteurs venus de Singapour à Abu Dhabi s’est également accru de 9,5 pour cent, s’élevant à 8 570 en 2011 contre 7 830 en 2010. – Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Jumeirah signe des accords en vue de gérer 50 hôtels

Publié le 01/05/2012


Le groupe Jumeirah a signé des accords en vue de gérer 50 hôtels, ce qui est en deçà de son objectif de 60 accords d’ici 2012, a déclaré son Président exécutif.

La société, qui gère des hôtels et stations de vacances appartenant au gouvernement de Dubaï, gérera au total entre 35 et 40 hôtels dans les cinq prochaines années et prévoit d’ouvrir cette année un hôtel en Azerbaïdjan, un au Koweït et un autre à Dubaï, Gerald Lawless a-t-il confié aux journalistes lors d’une conférence tenue à Dubaï. Le groupe exploite actuellement 20 hôtels et a signé des accords en vue d’en gérer 30 autres.

« Je dirais que nous sommes un peu en deçà de notre objectif de 60 hôtels, mais pas trop », a-t-il observé.

Le taux moyen d’occupation des hôtels de plage de Jumeirah s’élevait à 84,4 pour cent au cours du premier trimestre de cette année, tandis que celui des établissements de la société situés en ville était de 85,5 pour cent. Jumeirah est en passe de conclure trois accords de gestion en Arabie Saoudite, a-t-il ajouté. – Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

À Dubaï, les subventions du carburant se chiffrent à des milliards

Publié le 01/05/2012


D’après des documents officiels, Dubaï a dépensé des milliards pour s’assurer que ses automobilistes puissent faire le plein de carburant à bon compte.

La législation fédérale prescrit que l’Emirates National Oil Company (Enoc), détenue par le gouvernement de Dubaï, et sa filiale l’Emirates Petroleum Products Company (Eppco) doivent vendre le carburant à des prix subventionnés.

En conséquence, les compagnies perdent de l’argent sur les ventes de pétrole, obligeant le gouvernement de Dubaï à combler le déficit.

« L’Enoc et l’Eppco ont toutes deux enregistré des pertes de trésorerie ces dernières années en conséquence de l’imposition d’un prix fixe pour le carburant », révèle le gouvernement de Dubaï dans un prospectus publié afin d’attirer les investisseurs lors de sa prochaine émission de dette.

« Pour compenser ces pertes, le gouvernement de Dubaï accorde une subvention à ces deux sociétés. »

À la fin de l’année dernière, Dubaï avait déboursé 5,59 milliards de dirhams (1,52 milliard de dollars), selon le prospectus.

« Cela représente un prélèvement important sur les ressources déjà limitées du gouvernement », a déclaré Simon Williams, Économiste en chef de HSBC pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« Le prix du carburant devrait être plus élevé, mais il est difficile de voir comment on pourrait l’augmenter vu les répercussions sociales d’une telle mesure. »

L’Enoc et l’Eppco vendent le carburant à 1,72 dirham le litre. Contrairement à l’Abu Dhabi National Oil Company (Adnoc), le groupe de Dubaï ne dispose pas de sources intérieures suffisantes de pétrole brut, ce qui l’oblige à acheter du carburant à l’extérieur aux prix internationaux. Dans le passé, l’Enoc s’est amèrement plainte de devoir vendre le carburant à perte et l’année dernière elle a fermé toutes ses stations-service situées à l’extérieur à Dubaï.

En octobre, la société prévoyait une perte annuelle de 2,7 milliards de dirhams pour 2011, une année où les prix pétroliers ont atteint un niveau pas vu depuis 2008.

« Ceci a également de graves incidences sur notre capacité à élargir notre réseau de stations-service afin de répondre à la demande croissante », a fait remarquer l’Enoc.

Le prix du pétrole a continué d’augmenter cette année. Ayant atteint un prix moyen de 107 dollars le baril l’année dernière, le pétrole brut Brent (brut de la mer du Nord) s’est vendu en moyenne à 119 dollars le baril au cours du premier trimestre de cette année.

En 2010, les prix pétroliers ont augmenté par deux fois à Dubaï et, selon de nombreux observateurs, d’autres hausses étaient en perspective.

Toutefois, on a augmenté les dépenses afin d’améliorer le niveau de vie des ressortissants émiriens, mettant ainsi fin à la spéculation.

Après la fermeture des stations-service de l’Enoc et de l’Eppco situées à l’extérieur de Dubaï, l’Adnoc a commencé à élargir son réseau émirien de stations-service. L’Abu Dhabi Company aurait prévu de construire, d’ici à la fin de l’année, 234 stations sur l’ensemble du pays, dont un grand nombre dans les émirats plus pauvres du Nord.

Les E.A.U. ne sont pas les seuls à fournir à leurs habitants du carburant à prix subventionnés. Le carburant des Émirats est le plus cher du CCG.

Dans aucun des autres États membres le prix du carburant ne dépasse 1,14 dirham. Les stations-service saoudiennes le vendent pour l’équivalent de 48 fils seulement.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime qu’en 2010 les gouvernements du monde entier ont subventionné la consommation de carburant à hauteur de 409 milliards de dollars, augmentant de ce fait les émissions de carbone de 4,7 pour cent. Seuls 8 pour cent des subventions ont profité aux personnes se situant dans les tranches de salaires les plus faibles, a fait remarquer l’AIE.

En Arabie Saoudite les subventions sur les matières de base représentent environ 10 pour cent du PIB, selon HSBC. – The National

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Central Market est renommé World Trade Centre

Publié le 24/04/2012


La société Aldar Properties d’Abu Dhabi a renommé son mégaprojet immobilier à utilisation mixte situé dans le centre ville pour l’appeler « World Trade Centre » (Centre de commerce international) au lieu de « Central Market » (Marché central). Le projet qui comprend un quatre étoiles, un centre commercial, des quartiers résidentiels haut standing ainsi que des immeubles de bureaux sera revigoré par ce changement de nom.
« La moitié des locaux de vente au détail est louée car les grandes marques ont été intéressées par l’offre immobilière, a constaté Mohammed Al Mubarak, président directeur général adjoint d’Aldar Properties, lors de propos tenus avec des journalistes en marge du salon Cityscape Abu Dhabi 2012.
S’étendant sur plus de cinq hectares de terrains de premier choix, l’aménagement immobilier comprend deux gratte-ciel : le Trust Tower de 59 étages et The Domain qui est un immeuble résidentiel de 382 mètres de haut. Sa composante de vente au détail, The Souk, compte 250 boutiques ainsi que 20 cafés et restaurants, tandis que l’Emporium, appuyé par House of Fraser, est la toute nouvelle destination mode d’Abu Dhabi. Au sujet de Yas Mall, qui se trouve sur l’île de Yas en dehors de la capitale, Al Mubarak a observé que ce centre commercial, qui sera la deuxième destination shopping du pays, ouvrira ses portes fin 2013, sa construction étant en cours.
Les sociétés de vente au détail se sont montrées fortement intéressées par ce centre commercial de 235 000 mètres carrés. En effet, plus de 60 pour cent des locaux ont déjà été loués et des accords sont en place avec cinq des plus grands groupes de vente au détail des E.A.U. : M.H. Alshaya, Landmark, Dubai Holding Group et Liwa Trading Enterprises. Comme il l’a précisé, le promoteur immobilier est financièrement à l’aise. Lorsqu’on lui a demandé si le marché immobilier d’Abu Dhabi se dirigeait vers une consolidation, il a estimé que ce dernier était « en croissance ».
Al Mubarak a observé qu’Aldar Properties, qui possède une vaste banque de terrains dans la ville, envisageait divers projets. « La demande de logements de qualité reste forte », a affirmé le PDG adjoint.
Il a mentionné un projet d’aménagement résidentiel de luxe (Al Bateen Park) situé à Al Bateen, quartier chic de la capitale, qui a été lancé l’année dernière et dont 85 % des parcelles sont vendues, et l’aménagement haut de gamme d’Al Ward dont 90 pour cent sont vendues.
Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Appel d’offres pour le Louvre Abu Dhabi

Publié le 27/03/2012


Abu Dhabi a invité les entreprises en bâtiment à soumettre des offres de préqualification pour les travaux de construction de son musée emblématique du Louvre Abu Dhabi, qui sera situé sur l’île de Saadiyat.
La Tourism Development and Investment Company (TDIC), qui est chargée du développement des sites touristiques de l’émirat, a invité les entreprises en bâtiment à exprimer leur intérêt et à demander avant le 31 mars un document de préqualification, qu’elles devront remettre d’ici au 5 avril. Le projet a bénéficié du faible coût des matériaux de construction et d’un fort ralentissement de l’activité dans le secteur du bâtiment.
En janvier, à l’issue d’un examen détaillé, le Conseil exécutif d’Abu Dhabi a donné le feu vert à plus de 20 projets infrastructurels.
Parmi ces projets figurent des musées, l’agrandissement de l’aéroport international d’Abu Dhabi, la construction de routes, d’établissements d’enseignement, d’hôpitaux et de zones industrielles ainsi que des projets de logement pour les ressortissants émiriens.
Dessiné par Jean Nouvel, le musée constituera un édifice emblématique au sein du Quartier culturel de Saadiyat, complexe culturel, commercial et de loisirs comprenant également des aménagements résidentiels de haut standing dont le coût est estimé à 27 milliards de dollars. L’élément distinctif du Louvre Abu Dhabi sera sa coupole, de 180 mètres de diamètre, planant au-dessus d’un ensemble de bâtiments et de voies d’eau.
Faite d’un entrelacement de différents matériaux, la coupole laissera passer une lumière diffuse qui éclairera les espaces situés en dessous, créant un effet magique. Le Louvre Abu Dhabi devrait ouvrir ses portes en 2015.
Construit sur l’île de Saadiyat à Abu Dhabi, le Louvre Abu Dhabi, qui s’étend sur 24 000 mètres carrés, se présente sous la forme d’un complexe de pavillons, de places, d’allées et de canaux évoquant l’image d’une ville flottant sur l’eau. Les travaux de terrassement ont été réalisés en 2009 et la pose des pieux achevée en juillet 2010. Un cadre supérieur d’une importante entreprise en bâtiment d’Abu Dhabi a observé que l’annonce laissait présager de meilleures perspectives économiques aux E.A.U. « Nous l’attendions », a-t-il précisé. Cela créera entre 4 000 et 5 000 emplois dans le secteur du bâtiment pendant trois ans et offrira des possibilités aux grosses entreprises ainsi qu’à des centaines de sous-traitants.
« Le principal marché de travaux comprendra le gros œuvre et la superstructure en béton, les charpentes métalliques et la couverture décorative de la coupole, les travaux de génie mécanique, les installations électriques et la plomberie, le transport vertical, les installations spéciales de sécurité, l’aménagement intérieur et les travaux extérieurs », précise le document de préqualification.
TDIC construira quatre musées dans le Quartier culturel de l’île de Saadiyat afin d’attirer les touristes dans l’émirat, lequel abritera le Guggenheim Abu Dhabi et le Louvre Abu Dhabi, outre le Musée national Zayed et le Musée maritime.
Le projet comprend également un Centre des arts de la scène. Sa composante loisirs inclura des boutique-hôtels.
S’étendant sur 27 kilomètres carrés, le projet de l’île de Saadiyat, qui devrait être achevé en 2020 et dont le plan directeur est d’une densité particulièrement faible, est fondé sur une philosophie respectueuse de l’environnement, lit-on sur le site Web de la TDIC.
Selon le site Web, Saadiyat accueillera en fin de compte un nombre de résidents estimé à 145 000 et sera dotée d’un éventail complet d’aménagements touristiques et de loisir, ainsi que d’institutions civiques et culturelles.
Saadiyat représentera un pôle commercial dynamique offrant des propositions d’hébergement, de commerce de détail, résidentielles et culturelles de classe véritablement internationale, qui en feront une destination de prédilection. Khaleej Times

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Kizad accueille un premier locataire au sein de son pôle logistique pour 73,5 millions de dirhams

Publié le 13/03/2012


La zone industrielle Khalifa d’Abu Dhabi (Kizad) a annoncé hier qu’un premier locataire, l’Al Batha Trading & Industry Group, allait s’installer à son pôle logistique.
Un bail d’aménagement de terrain (Musataha) de 50 ans a été signé par Khaled Salmeen, Vice-Président exécutif des Zones industrielles auprès de l’ADPC (Abu Dhabi Ports Company), et Cheikh Salem Bin Mohammed Al Qasimi, Vice-Président du groupe Al Batha.
Une parcelle de 27 511 mètres carrés sera allouée au groupe Al Batha au sein du pôle logistique de la Zone A de Kizad. Al Batha, qui y installera des locaux frigorifiques ainsi que des entrepôts à température contrôlée et à température ambiante, distribuera des produits pharmaceutiques, des boissons, des denrées alimentaires et d’autres marchandises.
Grâce à la signature de ce bail avec Kizad, Al Batha, dont le siège social se trouve à Sharjah, aura la possibilité d’élargir ses activités sur le marché local et d’accéder aux marchés régional et mondial, ce qui lui permettra d’accroître sa clientèle. Les faibles coûts d’exploitation et de fonctionnement offerts par Kizad représentent un avantage concurrentiel dont le groupe Al Batha tirera profit en installant des locaux frigorifiques dans lesquels il conservera des boissons et des denrées alimentaires en parfait état.
S’exprimant sur l’accueil du premier locataire au pôle logistique de Kizad, Khaled Salmeen a déclaré : « Nous sommes très heureux d’accueillir notre premier locataire au sein du pôle logistique de Kizad. Nous sommes persuadés que nos relations avec le groupe Al Batha, renforcées par les solutions stratégiques proposées par Kizad en matière de commerce, garantira aux deux parties des résultats rentables. Les infrastructures en cours de construction à Kizad devraient être achevées dans moins d’un an dans la Zone A, dont l’ouverture est prévue au quatrième trimestre 2012. Nous nous réjouissons à la perspective d’accueillir d’autres investisseurs dans un proche avenir. »
Cheikh Salem Bin Mohammed Al Qassimi a observé : « Les services à valeur ajoutée et les aménagements modernes inégalés de Kizad nous ont incité à choisir de préférence cette zone industrielle. Les services proposés par Kizad et son modèle économique inégalable correspondent à l’engagement que nous avons pris de contribuer au développement économique des communautés que nous desservons. Nous avons hâte de nous implanter à Kizad et de faire usage des aménagements qui y sont offerts.
L’Al Batha Trading & Industry Group est l’un des plus grands groupes commerciaux privés des E.A.U. Il comprend plus de 20 sociétés autonomes couvrant divers secteurs, dont ceux de l’automobile, de l’industrie pharmaceutique, des contrats, de la fabrication, de l’électronique, des biens de consommation courante, de l’immobilier et de l’éducation. - Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Dubaï et TheCityUK signent un accord de partenariat visant à renforcer la collaboration entre les centres financiers

Publié le 24/02/2012


Les entreprises de Dubaï devraient retirer un avantage du nouveau partenariat établi entre le Centre financier international de Dubaï (DIFC), le pôle commercial et financier qui relie les marchés émergeants de la région aux marchés développés d'Europe, d'Asie et du continent américain, et TheCityUK, l'organe indépendant responsable de la promotion des services financiers et professionnels au Royaume-Uni et à l'étranger.
Le DIFC a signé avec TheCityUK un protocole d'accord portant sur l'échange de compétences financières, juridiques et en matière de réglementation, grâce à une collaboration dans des domaines d'intérêt mutuel, et notamment l'établissement de liens plus étroits au niveau de l'éducation, de la formation et des qualifications. L'accord devrait améliorer considérablement le renforcement des capacités du DIFC, étant donné ses ambitieux plans de croissance.
Le protocole d'accord a été signé par Chris Cummings, PDG de TheCityUK, et Abdulla Al Awar, PDG de l'Autorité du DIFC, en présence de Son Excellence Abdullah Mohammed Saleh, Gouverneur du Centre financier international de Dubaï et du Lord-Maire de la Cité de Londres (la City).
« Notre statut de pôle financier mondial se manifeste dans nos infrastructures de classe internationale et notre juridiction de droit commun, qui fournissent aux entreprises internationales et régionales un cadre stable leur permettant de bénéficier des possibilités offertes par les marchés émergeants de la région. Le vivier de professionnels qualifiés qui existe au centre, dont une partie provient de divers pays du monde et l'autre a été formée dans des institutions universitaires britanniques de renom présentes au DIFC, est un autre élément qui a contribué à notre développement. Nos perspectives de croissance pour les cinq prochaines années prévoient une forte augmentation de nos effectifs, ce qui représente des possibilités extraordinaires pour les jeunes professionnels et les professionnels en cours de carrière qui s'intéressent à l'exposition aux marchés émergeants du monde, ainsi que pour les institutions présentes au centre », a déclaré Abdulla Al Awar, PDG de l'Autorité du DIFC.
« Il ne fait aucun doute que les entreprises britanniques contribueront à notre croissance en nous apportant leurs compétences spécialisées et nous nous sommes engagés à leur fournir un point d'accès aux possibilités qu'offre la région. Ce protocole d'accord ouvrira la voie à la poursuite d'une coopération mutuellement bénéfique. »
« Nous percevons cet accord avec le DIFC comme un important point d'accès au Moyen-Orient pour les entreprises britanniques, ce qui permettra de créer des emplois et de générer une croissance dans les deux pays. Cet objectif sera réalisé en aidant à bâtir ce centre financier international – créant ainsi des opportunités supplémentaires pour les entreprises britanniques au fur et à mesure du développement du DIFC, lequel assurera le lien entre les marchés émergeants de la région et les marchés du monde entier. Les compétences britanniques en matière de services financiers et de prestations professionnelles connexes sont déjà en forte demande dans la région, ce qui bienvenu et stimulera la croissance au Royaume-Uni », a observé Chris Cummings, PDG de TheCityUK.
« Le Royaume-Uni entretient des liens de longue date avec le DIFC. TheCityUK et le DIFC partagent des objectifs communs en ce qu'ils veillent à ce que le secteur des services financiers et professionnels puisse opérer dans un marché mondial bien régulé, transparent et compétitif. Ce protocole d'accord est la manifestation de notre engagement permanent de travailler en étroite collaboration avec le DIFC dans toute une gamme de secteurs différents pour le bienfait de toutes les parties concernées », a déclaré Alderman David Wootton, Lord-Maire de la City et Président du Conseil consultatif de TheCityUK.
Le DIFC est une zone financière et fédérale gérée par le gouvernement de Dubaï. Il compte 848 sociétés enregistrées actives, dont 18 % sont britanniques. Parmi les spécialisations représentées figurent : le secteur bancaire et les marchés de capitaux, l'assurance, la gestion des actifs et les services professionnels. La finance islamique constitue un point fort particulier. TheCityUK et le DIFC feront équipe dans le cadre de manifestations conjointes visant à promouvoir Londres et Dubaï comme lieux de première importance pour la fourniture de services financiers et de prestations professionnelles connexes, ainsi que l'attraction d'investisseurs. TheCityUK apportera au DFIC des conseils quant à la manière de créer à Dubaï un organe équivalent chargé de la promotion du secteur émirien des services financiers.
L'initiative est appuyée par UK Trade '&' Investment, qui travaille en collaboration avec les entreprises britanniques afin d'assurer leur succès sur les marchés internationaux et incite les meilleures compagnies étrangères à se tourner vers le Royaume-Uni comme partenaire de choix à l'échelle mondiale. - Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’aéroport international de Dubaï jugé le meilleur aéroport du Moyen-Orient au classement ACI

Publié le 17/02/2012


L’aéroport international de Dubaï s’est distingué lors de la remise des prix Qualité des services aéroportuaires du Conseil international des aéroports (ACI) pour 2010, remportant le prix du Meilleur aéroport (Moyen-Orient), ainsi celui de la Meilleure amélioration (M.-O.). L’excellente performance de l’aéroport international de Dubaï à la remise des prix les plus convoités de l’ACI vient à la suite de résultats tout aussi impressionnants en matière de croissance du trafic en 2010, lequel a enregistré une hausse de 15,3 pour cent pour atteindre 47,2 millions de passagers.
L’aéroport international de Dubaï s’est également classé au troisième rang des meilleurs aéroports du monde dont le trafic annuel est de 40 millions de passagers ou plus.
« L’aéroport international de Dubaï est parvenu à un haut niveau de croissance en 2010. En effet, son trafic a dépassé de plus d’un million de passagers les prévisions annuelles initiales, tandis que des améliorations considérables ont été apportées sur le plan de la qualité du service clients. Nos performances tant en termes de croissance que de service clients témoignent du travail accompli par notre personnel et de la coopération entre nos nombreux partenaires. L’obtention du prix ASQ marque une étape significative dans le parcours plus ambitieux que nous avons entrepris afin de devenir l’aéroport le plus fréquenté et le meilleur du monde », a observé Paul Griffiths, PDG de Dubai Airports, après la remise des prix à l’aéroport international de Dubaï. En 2010, plus de 300 000 questionnaires ont été complétés par les passagers dans les aéroports participant à l’enquête ASQ. Ces questionnaires ont servi à établir le classement des cinq meilleurs aéroports dans chacune des catégories ASQ – au niveau mondial, par taille et par région, ainsi qu’un prix pour la meilleure amélioration des services (également par région).
L’enquête ASQ auprès des passagers évalue la satisfaction des clients par rapport à tout un éventail de paramètres de prestation de services qui suivent l’expérience des clients dans un aéroport depuis leur arrivée jusqu’à la porte d’embarquement. L’analyse de ces données « en temps réel », saisies le jour du voyage, sert de guide permettant de mieux harmoniser la prestation des services avec les attentes des clients. En établissant un point de comparaison entre des aéroports du même type, ASQ permet à ces derniers de voir où ils se placent par rapport à leurs pairs. Ceci permet ensuite aux aéroports de classer par ordre d’importance leurs projets d’amélioration et de justifier leurs investissements dans de nouveaux aménagements et services. - Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Les hôtels d’Abu Dhabi voient une augmentation de leurs bénéfices

Publié le 14/02/2012


Certains des établissements sont déjà complets pour le Congrès mondial d’ophtalmologie qui débutera ce jeudi et se prolongera jusqu’à lundi prochain.
« Il est certain que février sera un bon mois, principalement en raison du Congrès mondial d’ophtalmologie », a affirmé Philippe Anric, le directeur général de l’hôtel Centro Al Manhal de Rotana à Abu Dhabi. « Nous sommes complets [pour cette manifestation]. Il est difficile de trouver une chambre. La plupart des hôtels sont complets pour cette période. Les prix ont augmenté. Si l’on compare le volume et la demande, c’est pour nous un mini Grand prix de formule 1. »
Une saison riche en manifestations a permis jusqu’ici cette année de tempérer les inquiétudes liées aux récentes ouvertures d’hôtels et à la concurrence accrue entre eux.
Le secteur des expositions est un important moteur économique pour la capitale et les autorités travaillent activement à son expansion, le Centre national des expositions d’Abu Dhabi (Adnec) ayant produit des recettes de 2,38 milliards de dirhams (647,9 millions de dollars) en 2010.
Le Centro, où le coût de la nuit d’hôtel est de 350 dirhams, a pu demander jusqu’à 900 dirhams pendant la durée de la conférence. « Ce sera formidable pour Abu Dhabi », a observé M. Anric. « C’est le type de manifestation qu’il nous faut. Ce serait merveilleux si nous pouvions en avoir une comme celle-ci tous les trois mois. »
L’Adnec a précisé que le congrès d’ophtalmologie devrait attirer 12 000 participants et utiliserait toutes les salles de conférence du centre.
Le secteur des expositions joue un rôle important en stimulant les activités commerciales dans la ville, a constaté la chaîne hôtelière Millennium.
« Je pense qu’Adnec fait un travail formidable, même si la situation mondiale est très peu encourageante », a affirmé Ali Hamad Lakhraim, le président directeur général de Millennium & Copthorne, Moyen-Orient et Afrique.
Les hôteliers ont observé que d’autres manifestations, y compris le Championnat de golf d’Abu Dhabi le mois dernier, la Volvo Ocean Race et le Sommet mondial des énergies du futur, ont permis d’enregistrer de bons niveaux d’activité dans la ville, malgré l’augmentation de l’offre de chambres.
Le Fairmont Bab Al Bahr prévoit aussi d’afficher complet lors du congrès d’ophtalmologie. « Les affaires marchent très fort en ce premier trimestre de l’année », a précisé Arshad Hussain, le directeur Ventes et Marketing de cet hôtel de luxe.
« Au cours des deux premiers mois de la nouvelle année, on a enregistré de fortes performances en raison des importantes manifestations qui se sont déroulées dans la ville », a-t-il ajouté.
« Par rapport à l’année dernière, l’hôtel a affiché de très bons résultats tant du point de vue du taux d’occupation que de celui des recettes. Notre statut d’hôtel principal du Congrès mondial d’ophtalmologie nous a permis de parvenir à une croissance plus forte [des recettes par chambre disponible] que l’année dernière. »
Toutefois, le reste de l’année demeure préoccupant. « Les deux prochains trimestres seront plus difficiles vu le nombre d’ouvertures d’hôtels prévues dans la ville », a observé M. Hussain. The National

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

L’incertitude mondiale provoque un ralentissement de la production du secteur non pétrolier des E.A.U.

Publié le 06/01/2012


La croissance des entreprises dans le secteur privé non pétrolier émirien est tombée en décembre à son plus bas niveau depuis quatre mois, selon la toute dernière publication de l’Indice des directeurs d’achats (PMI) de la banque HSBC.
D’après le rapport, le rythme de croissance de la production, de même que celui des nouvelles commandes, a ralenti le mois dernier, tandis que les niveaux d’emploi ont stagné. De plus, il n’est guère probable que la situation s’améliore beaucoup durant le premier trimestre 2012 en raison des perspectives économiques mondiales peu encourageantes.
Le PMI de la banque HSBC, qui mesure l’activité économique de 400 entreprises privées des E.A.U. dans les secteurs de l’industrie manufacturière, des services, du bâtiment et de la vente au détail, a reculé à 51,7 points en décembre, contre 52,5 points en novembre. L’indice ajusté demeure supérieur à 50 points, niveau qui marque la séparation entre la croissance et le repli économique. « La production du secteur privé non pétrolier émirien a continué d’augmenter au cours de la durée de la dernière enquête », constate le rapport HSBC. « Toutefois, le taux de croissance s’est modéré à partir de novembre pour atteindre son niveau le plus bas depuis trois mois, ce qui reflète une tendance à la baisse de la croissance des nouvelles entreprises et une réduction moins marquée des travaux inachevés » est-il ajouté.
Le PMI est un indicateur composite ayant pour objet de donner un aperçu chiffré de la performance du secteur privé non pétrolier.
« Bien qu’un faible PMI indique une croissance languissante du secteur privé non pétrolier émirien, nous prévoyons que d’autres facteurs contribueront à une trajectoire de croissance ascendante », a précisé dans une note le cabinet Services bancaires et financiers de Frost and Sullivan.
« La reprise du secteur immobilier, un secteur bancaire rentable et des réformes gouvernementales visant les villes industrielles des émirats d’Abu Dhabi et de Dubaï figurent parmi les facteurs susceptibles de dynamiser les activités manufacturières. Toutefois, toutes ces mesures favorisant la croissance risquent d’être occultées par l’incertitude qui plane autour de la zone euro. La combinaison des facteurs susmentionnés devrait conduire à une légère amélioration des statistiques PMI, laissant prévoir une croissance anémique durant les deux trimestres prochains », a ajouté Frost and Sullivan.
Croissance de la production
Les entreprises émiriennes ont enregistré une production solide en décembre, mais les données indiquent que le taux de croissance s’est modéré pour s’établir à son niveau le plus bas depuis trois mois. Le nombre total de nouvelles commandes reçues a également augmenté à un rythme ralenti, atteignant 56,0 points contre 56,2 points le mois précédent.
Le mois dernier, le niveau d’emploi dans le secteur privé non pétrolier a stagné pour la première fois dans l’histoire de l’enquête vieille de 29 mois, l’indice se situant à 50,0.
« Globalement, les données continuent d’indiquer que le secteur privé non pétrolier émirien, relativement diversifié, connaît un ralentissement en raison de son exposition aux conditions extérieures », a constaté dans une note le cabinet d’études Capital Economics.
« De plus, comme le secteur bancaire émirien éprouve toujours des problèmes, il y a peu de chances que la demande intérieure puisse compenser le ralentissement causé par la baisse de la demande extérieure.
Parallèlement, les conditions du marché du travail se sont dégradées. L’embauche a stagné en décembre, quand la composante emploi a chuté à 50,0, contre 50,9 le mois précédent. Il s’agit de la valeur la plus faible depuis le début de la série en août 2009 », était-il précisé dans la note.
Gulf News

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Emirates élargit ses horizons en Amérique du Sud

Publié le 06/01/2012


La compagnie aérienne Emirates a élargi son réseau de destinations en Amérique du Sud en reliant Dubaï à Buenos Aires et Rio de Janeiro, desservant ainsi une plus grande partie du continent américain.
L’avion du vol inaugural 247 d’Emirates a atterri pour la première fois à l’aéroport international de Rio de Janeiro-Galeão (Aéroport international Antonio Carlos Jobim), où il a été accueilli avec le salut traditionnel au canon à eau.
L’avion, piloté par le capitaine argentin Marcos Medina, et ensuite reparti pour assurer sa première correspondance vers Buenos Aires, où de hauts représentants du gouvernement et des autorités aéroportuaires dirigés par Enrique Meyer, le ministre argentin du tourisme, ont accueilli la délégation VIP d’Emirates conduite par Thierry Antinori, Vice-président exécutif – Ventes Passagers Monde.
Parmi les autres membres de la délégation VIP à bord du vol figuraient l’ambassadeur argentin aux E.A.U., Ruben E. Caro ; l’ambassadeur émirien Mohammed Eissa Al Zaabi ; Abdulla Ali Al Saboosi, Directeur du Département des affaires américaines et pacifiques ; le ministre émirien des Affaires étrangères ; Adnan Kazim, Vice-président principal de la division Planification et recherche et Nigel Page, Vice-président principal, Opérations commerciales, Continent américain.
Non seulement ce nouveau service de liaison à destination de deux des villes les plus dynamiques d’Amérique du Sud sur le plan économique renforcera les liens commerciaux avec les E.A.U., mais il permettra aux voyageurs de découvrir l’étendue des destinations desservies par Emirates aux quatre coins du monde », a observé Thierry Antinori, Vice-président exécutif – Ventes Passagers Monde.
« Emirates offrira à ses clients du Brésil et d’Argentine le service de liaison le plus efficace et le plus confortable à destination du Moyen et du Proche-Orient, y compris les quatre destinations de la compagnie en Chine et ses deux points d’accès au Japon, qui sont des partenaires commerciaux importants pour les deux pays », a ajouté M. Antinori.
Le vol Dubaï-Rio de Janeiro-Buenos Aires est assuré par un Boeing 777-300ER qui offre huit suites privées en première classe, 42 sièges-lits horizontaux en classe Affaires et 304 sièges en classe économique. Emirates dessert aujourd’hui 118 destinations dans 69 pays. Au cours des deux prochains mois, la compagnie aérienne lancera cinq autres destinations : Dublin, Lusaka, Harare, Seattle et Dallas. - Emirates News Agency, WAM

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE

Taqa cède des actifs au Canada

Publié le 23/12/2011


Abu Dhabi National Energy Co (Taqa) a conclu un accord portant sur la cession, au Canada, de certains de ses actifs pétroliers et gaziers pour une somme gardée secrète, la société a-t-elle déclaré dimanche.
Taqa North, une entité de la société, prévoit de conclure la vente en mars 2012, a précisé Taqa dans une déclaration adressée à la bourse de Dubaï. Les actifs situés dans le Sud-Est Saskatchewan assurent une production d’environ 4 000 barils de pétrole par jour.
Taqa, qui est détenue à 75 pour cent par le gouvernement d’Abu Dhabi, a investi ces dernières années dans un petit nombre de compagnies canadiennes.
En octobre, elle a annoncé son projet d’investir 46,6 millions de dollars canadiens dans WesternZagros Resources, donnant à l’explorateur pétrolier implanté au Canada un sursis financier essentiel à l’approche du forage de son prochain puits important dans le Kurdistan, au nord de l’Irak. Reuters

RETOUR HAUT DE PAGE | WAM - NOUVELLES DE DERNIRE HEURE